Stunt Race FX (SNES)

 








Développement scénaristique
Jouabilité & Gameplay
L'image
Le son
Note générale


Sortie du jeu : 1994
Développeurs : Nintendo - Argonaut Software
Editeur : Nintendo
Genre : courses

Support : cartouche de 8Mb
Puce additionnelle : SuperFX
Version testée : Euro
Voix dans le jeu : -
Textes à l'écran : FR

Difficulté :
Multi-joueurs : 2 joueurs simultanément
Titre alternatif : Wild Trax (JAP)
Prix au lancement : 450Frs
Score des ventes : 350.000






Les sites partenaires :





_________________________________

Pages vues (depuis avril 2016)




Visiteurs uniques (depuis avril 2016)

Stunt Race FX








On le sait,
Malgré la présence d'un SuperFX et d'un cadrage qui bouffe presque 50% de l'écran, le jeu reste très lent
un système 16bits n'est pas assez puissant pour créer une image en 3D. Et pourtant grâce au SuperFX, un co-processeur arithmétique créé par Argonaut Software, la Super Nintendo a été en avance sur son temps en portant en son sein, le fabuleux Starwing. Surfant sur ce nouvel engouement pour la 3D (qui portera le succès des consoles Saturn et PlayStation), Nintendo s'est dit que faire un jeu de courses serait sympa. Seulement, à la différence de Starwing, un jeu de bagnoles doit être jouable et aller vite pour être fun. Largement en retard sur le planning, l'équipe de développement a demandé à Shigeru Miyamoto (le père de Zelda, Fox McCloud et Mario) de venir en renfort afin de donner du corps au jeu. Et il est vrai qu'on retrouve un peu la "patte Miyamoto" dans ces voitures aux grands yeux et dans cet emballage plutôt mignon. Les voitures sont au nombre de 3 (plus une moto cachée) et Nintendo leur a volontairement donner des bouilles rigolotes, afin de destiner le titre aux plus jeunes. On le retrouve aussi dans la bande-son avec des musiques limite infantiles, les bruitages étant tout aussi légers. Comme je le disais, il y a 3 véhicules différents qui ont chacun 2 caractéristiques : la carrosserie et la vitesse. Nous avons donc un 4x4 solide mais lent, une voiture de course rapide mais fragile et l'entre-deux avec une voiture standard. Pendant la course, on trouve 2 types d'items : santé et boost. Tout est dans le titre : l'item de santé remonte votre jauge de vie (carrosserie) et celui de boost... du boost ! Et pour gagner, le boost doit être utilisé avec intelligence. Bien placé, un 4x4 peut mettre un vent à une voiture de course. C'est d'ailleurs le boost qui vous aidera généralement à finir premier. Jouable sans plus, la maniabilité est un peu lourde, les véhicules tournant lentement. Malgré tout, on peut les aider en pressant L ou R, à la façon d'un WipEout ou plus proche de la Super Nintendo, d'un F-Zero. 3 vues sont proposées dont une intérieure pas mal buguée. Heureusement, les 2 vues extérieures s'en sortent mieux et sont aussi nettement plus lisibles, car le framerate est généralement bas.


Comprenez par là
Le mode 2 joueurs n'y change rien, le contenu est assez chiche et on fait vite le tour du jeu
que le scrolling n'est pas fluide, en plus de ne pas être très rapide (sans parler du mal aux yeux). J'ai testé le jeu 2 fois (en version Euro 50hz puis en version US 60hz) et même en NTSC 60hz le résultat était tout juste correct. Même si voir de la 3D sur sa vieille Super NES reste une prouesse en soi, même si c'est impressionnant de le voir tourner, le moteur 3D reste quand même faiblard, le SuperFX ayant bien plus de mal avec ce jeu qu'avec Starwing. Et pourtant, les développeurs ont tout fait pour améliorer les choses. Le clipping est important (les éléments du décor apparaissent au dernier moment), les circuits sont très courts et un énorme cadre mange plus de 40% de l'écran (il reste 54% de la surface d'affichage exactement !). Mais rien n'y fait, le jeu est lent et par conséquent, même s'il reste sympa et rigolo, on se lasse vite. Dommage aussi qu'on ne puisse pas configurer son pad, le menu d'options étant inexistant. Stunt Race FX propose 4 types d'épreuves. Test Run : c'est un essai libre sur un circuit, on peut prendre la voiture qu'on veut et rouler autant qu'on veut mais on est seul en piste. Speed Trax : c'est le mode championnat. 2 niveaux difficulté sont proposés mais ça reste assez facile. Il y a aussi un bonus-stage où on conduit un semi-remorque (celui qui transporte votre caisse à savon) mais il est parfaitement injouable. Stunt Race : "stunt" voulant dire "cascade", ce mode propose de collecter le plus d'étoiles possible, en temps limité et sur 4 terrains assez originaux. La glace, la terre, une piste à bosses et un lac sont au menu. Dommage que pour sortir de ce mode, il faille faire un Reset de la console... Enfin il y a le Battle Trax : c'est tout simplement le mode 2 joueurs. Les fenêtres d'écran sont minimisées au maximum (il ne reste plus que 45% de la surface d'affichage !) et les circuits sont encore plus courts que dans le mode Speed Trax. Ici aussi il faut faire un Reset pour en sortir. Et bien voilà, comme je l'annonçais un peu plus haut, on fait finalement vite le tour de ce Stunt Race FX. 4 courses, 4 modes cascades, 4 pistes pour le mode 2 joueurs mais entre nous, en 2 heures la boucle est bouclée.



Avec Note
son visuel impressionnant pour le support et un mode 2 joueurs qu'on peut féliciter d'être présent (car c'est rare dans les jeux de courses de cette génération), on ne peut que regretter d'avoir un moteur 3D aussi toussif, qui offre un framerate poisseux et un bon nombre de bugs (comme des effacements de plaquages par exemple). En plus de ça, la jouabilité est lourde et finalement on s'ennuie. Nous avons donc un jeu à réserver aux plus jeunes, dont l'ambiance un peu "cul-cul la praline" plaira à coup sûr. Quant à moi, je retourne me faire quelques tours de pistes sur Burnout Paradise pour me détendre...



Test réalisé par iiYama

avril 2008