Starwing (SNES)

 








Développement scénaristique
Jouabilité & Gameplay
L'image
Le son
Note générale


Sortie du jeu : 1993
Développeur : Nintendo - Argonaut Software
Editeur : Nintendo
Genre : combats aériens

Support : cartouche de 8Mb + SuperFX
Version testée : Euro
Voix dans le jeu : US
Textes à l'écran : US

Difficulté :
Multi-joueurs : non
Prix au lancement : 450Frs
Score des ventes : 3 Millions






Les sites partenaires :





_________________________________

Pages vues (depuis avril 2016)




Visiteurs uniques (depuis avril 2016)

Star Fox

Starwing


Nintendo,
Grâce au SuperFX, les capacités 3D de la SNES sont décuplés
toujours en quête d'apporter plus à ses joueurs, a mis au point avec l'aide d'Argonaut Software, un CPU surpuissant : le SuperFX. Un chip 32bits qui seconde la Super Nintendo dans les calculs de la... 3D ! Grand précurseur de son état (les Saturn et PlayStation ne sortiront que un an plus tard au Japon) ce jeu de combats aériens futuriste est tout en 3D et ce, sur une console qui n'est pas du tout prévue pour ça, puisque 16bits (puissance de calcul insuffisante). Mais la puissance sans maîtrise n'est rien c'est ainsi que Môsieur Shigeru Miyamoto, heureux papa de 2 beaux enfants très prolifiques pour Nintendo (Mario et Zelda), entre en jeu en créant Fox McCloud, le personnage principal du titre. Chez Nintendo on aime bien avoir un héros sous la patte, plutôt que de balancer un bête shoot "sans charactère". Et ils ont raison puisque l'aventure se déroule en équipe (de temps en temps il faudra sauver ses collègues d'un poursuivant) et moult dialogues entre alors en ligne de compte. Le scénario est d'ailleurs assez sympa : le père de Fox a disparu en tentant de mettre fin aux agissements du terrible Andross et Fox a décidé de reprendre le flambeau de son père. Avec ses camarades Falco Lombardi, Slippy Toad et Peppy Hare, il lutte contre les forces d'Andross qui viennent d'envahir Corneria. En arrivant à Venom (la planète d'Andross), Fox décide de se battre seul à seul pour enfin savoir où est son père... Starwing (Star Fox aux USA et au Japon) est donc le précurseur de ce qui sera quelques années plus tard, des jeux comme Air Combat. Le SuperFX est donc intégré à la cartouche et c'est lui qui s'occupe de gérer toute la 3D, la console faisant le reste (la jouabilité, le son et la 2D). Et le résultat est là !



Même si
Star Fox n'est pas qu'une démo technique, c'est aussi un excellent shoot
parfois les décors sont un tantinet vides, la plupart sont beaux, colorés et la majeure partie des éléments du décor (comme les ennemis) sont en 3D polygonale plate : le Flat Shading (pas de plaquages de textures faut pas pousser, c'est une Super Nintendo tout même). Et on rentre vite dans le jeu avec des passages impressionnants (j'ai toujours aimé la 3D comme ça ^.^) qui donnent des frissons ! On se surprend même à se pencher pour éviter un mur (c'est ridicule je sais, mais ça prouve bien qu'on est dans l'action). Vous l'aurez compris, l'animation est bluffante, le SuperFX faisant très bien son travail, le jeu restant toujours très fluide (quelques petits ralentissements sont à prévoir mais rien de gênant). Le reste de l'aspect technique n'est pas mit de côté pour autant puisque le son est d'une grande qualité : musiques polyphoniques superbes (bien dans l'esprit du jeu), bruitages efficaces et voix digitales impeccables (en Anglais ou à base de blobobloubup). Rien à redire, tout est bon. Seul un framerate un peu bas et une jouabilité un peu lourde, sont à critiquer. Mais c'est dû à la 3D et aux calculs de trajectoire que le FX doit fournir et qui ralentissent un peu les réactions de l'appareil. Mais lorsqu'on est habitués, il n'y a plus de problème. Le jeu est tout de même assez ardu (bien qu'on peut le finir en easy mais dés le niveau normal, ça se complique drastiquement). L'intro et l'épilogue sont également en 3D (ils en profitent) et sont superbes.



Si Note
on y réfléchit bien, à part une jouabilité de "semi-remorque", Starwing est une révolution dans un genre où on ne l'attendait pas. De la "vraie" 3D (pas comme dans View Point où tout est précalculé), une animation en béton, des sensations fortes, une bande-son cinématographique et un fun que les années n'ont jamais réussies à ternir. C'est un peu le résumé de cette perle du jeu vidéo, un titre très en avance sur son temps et d'un Nintendo qui (à l'époque) tenait la distance. Malgré le temps qui passe, je suis toujours aussi fan et je crois bien que ce n'est pas prêt de changer.



A savoir : cliquez pour ouvrir


Test réalisé par iiYama

septembre 2005