Skyblazer (SNES)

 








Développement scénaristique
Jouabilité & Gameplay
L'image
Le son
Note générale


Sortie du jeu : mars 1994
Développeur : Ukiyotei
Editeur : Sony Imagesoft
Genre : action / plate-formes

Support : cartouche de 8Mb
Version testée : Française
Voix dans le jeu :
Textes à l'écran : US

Difficulté :
Multi-joueurs : non
Titres alternatifs : Karuraô - Karuraou - Sky Blazer
Prix au lancement : 450Frs





Les sites partenaires :





_________________________________

Pages vues (depuis avril 2016)




Visiteurs uniques (depuis avril 2016)

Skyblazer








Bien avant de
Comme d'habitude le scénario n'atteint pas des sommets
s’imposer comme fabricant de hardware avec sa marque PlayStation, Sony s’impliquait déjà dans le secteur du jeu vidéo grâce à différents partenariats, dont un avec Nintendo pour la conception de sa console 16 bits (le chip sonore de la Super NES est d’origine Sony). Mais comme il n’y a pas de petit profit, la firme nippone s’était aussi découvert une vocation d’éditeur, ce qui l’amena à distribuer différents titres, dont ce Skyblazer, un soft d’action/plate-forme développé par le studio Ukiyotei. Jouer au jeux vidéo de manière régulière comporte un risque auprès du joueur lambda : celui de devenir blasé face aux piètres scénarii proposés. Et on ne peut pas dire que les développeurs fassent un gros effort pour relever le niveau. Tout comme Mario doit à chaque épisode sauver la princesse Peach, le point de départ de bon nombre de softs se base sur le caractère cyclique de l’opposition forces du Bien/forces du Mal. Je vous en parle parce que la trame de Skyblazer en est un exemple criant. En des temps reculés, les forces du Panthéon mystique (en gros, les gentils) se sont opposées à Ashura et ses seigneurs de guerre (les méchants). Cet affrontement se solda par la victoire d’un puissant sorcier nommé Sky Lord (à n’en pas douter, un héros!), et le monde put enfin goûter à la paix et à l’harmonie. Seulement voilà, plusieurs siècles plus tard, coup de théâtre! Raglan, le seigneur des ombres, parvient à libérer Ashura, et les guerres reprennent de plus belle à la surface du globe. Seul Sky, le dernier descendant du légendaire Sky Lord, pourra stopper Ashura et mettre ainsi fin au chaos. C’est là que commence votre aventure dans la peau de Sky. Voulant sauver Arianna, notre héros s’est frotté une première fois à Ashura (vous prendrez part à cet affrontement dans les premières minutes du jeu). Mais ce dernier était beaucoup trop puissant. Grâce aux conseils d’un vieux sage, Sky devra donc prendre son mal en patience et d’abord acquérir différents sorts et capacités, avant d’affronter à nouveau son pire ennemi, avec cette fois, quelques chances de sortir vainqueur de ce combat. S’il fallait cataloguer Skyblazer, il irait tout droit dans la case « plate-forme ». Tout le level design du jeu va d’ailleurs dans ce sens, avec une construction des niveaux telle que ce seront vos aptitudes au pad qui feront toute la différence. Mais le jeu ne propose rien d’insurmontable non plus en terme de difficulté puisque, nous y reviendrons, Skyblazer est relativement facile. Plate-formes diverses (mobiles ou non), sauts multiples et castagne seront donc de la partie, avec un personnage principal qui, dans ses mouvements et ses coups, rappelle pas mal les héros de beat-them-all.


Il ne tient
Malgré son contrôle un peu "voltige" le jeu est jouable et propose un gameplay simple
pas en place (même si vous ne bougez pas, le perso est animé… une vrai pile électrique ce Sky !) et enchaîne les coups avec aisance, possédant un combo efficace de coup de poing et de coup de pied. Mais plus encore que sa gestuelle, ce sont ses aptitudes spéciales qui, sur certains aspects, vous feront penser immédiatement à un autre jeu tournant lui aussi sur Super NES : Demon's Crest. Comme dans le jeu de Capcom, Sky est particulièrement agile et pourra s’accrocher aux parois et autres murs, voire même se déplacer le long de ceux-ci à la verticale. Il pourra également voler, mais pas tout le temps, ni à tout moment : des niveaux spécifiques plus orientés « shoot-them-up » sont présents à cet effet. Enfin, il pourra obtenir de nouvelles capacités ou pouvoirs (à utiliser avec la magie, et donc, de manière parcimonieuse) en battant les inévitables boss qui peuplent le jeu, et une des clés de sa progression résidera dans le choix judicieux du bon pouvoir au bon moment. Ceux-ci se répartissent entre pouvoirs spéciaux d’attaque (arc de cercle offensif, dash aérien, tir magique multi directionnel…) et pouvoirs affectant l’état du perso (régénération de sa jauge de vie par exemple). Lorsque Sky utilise certains pouvoirs, il n’est pas sans rappeler un certain Sangoku dans sa version Super Sayien, ce qui est loin d’être une mauvaise référence sur le plan visuel. Pour en revenir aux niveaux, sachez que ceux-ci baignent dans une atmosphère très « heroïc-fantasy », avec quelques notes hindoues/bouddhistes insufflées par la musique du jeu, certains décors et le look des boss. Le premier d’entre eux en est un bel exemple puisqu’il s’agit d’une sorte de génie/divinité sortant d’une lampe. L’ambiance n’est cependant pas aussi sombre que dans Demon’s Crest, puisque les couleurs utilisées ici sont le plus souvent assez vives. Dans la quasi-totalité des niveaux, Sky progressera à pied. Le jeu comporte aussi, comme je vous le disais, quelques niveaux orientés shoot-them-up. Dans ceux-ci, équipé d’ailes, Sky ne pourra effectuer que 2 actions : voler sur toute la surface de l’écran et tirer sur les ennemis, tout ceci dans un niveau qui défile automatiquement. On soulignera aussi la présence de passages tout en mode 7, lorsque Sky passe d’une île à l’autre sur la carte générale du jeu. Ceux-ci font office de stages bonus : votre perso y est vu de dos (genre Space Harrier) et votre but sera de ramasser un maximum de cristaux pour obtenir des vies supplémentaires. Ici, si vous loupez votre coup, vous ne perdrez pas de vie mais vous aurez laissé passer une bonne occasion de gagner des 1up. En fin de compte, s'il y a bien un dénominateur commun entre tous les niveaux du jeu, c’est leur taille (relativement courte) et leur relative facilité.


Certains passages
La réalisation fait honneur au support
vous demanderont bien un petit peu plus d’habileté, mais Skyblazer n’est certainement pas le genre de jeu où l’on reste bloqué à un endroit pendant trois jours. De plus, la présence des mots de passe donnés après chaque niveau réussi n’arrange pas vraiment les choses dans ce domaine. Malgré le poids des ans, le soft d'Ukiyotei a encore de beaux restes ! Ceux qui l’ont connu lors de sa sortie s’en souviennent encore avec émotion. Après l’écran-titre qui fait craindre le pire (on a rarement vu aussi dépouillé et cheap sur la console de Nintendo, avec le titre du jeu tout seul sur fond rouge), on est très vite rassuré. Le soft présente de belles couleurs, la plupart du temps bien assorties, et les décors qui illustrent le monde de Sky sont fins et très bien dessinés. A certains moments, on remarquera bien une répétition de certaines parties des environnements, mais rien de vraiment bien méchant. Les animations sont tout aussi agréables à l’oeil, avec surtout un gros travail effectué sur les mouvements de Sky, qui bouge de manière très fluide à l’écran. Sur le plan strictement visuel, Skyblazer s’en tire donc très bien avec, comme si cela ne suffisait pas, quelques effets judicieusement placés (principalement pour les boss), tels que zooms, rotations et déformations de sprites. Les développeurs peuvent être fiers du boulot abattu. Les mélodies qui vous berceront pendant votre aventure sont de qualité, avec des sonorités exotiques, qui font un peu penser à de la musique hindoue. Aussi pêchues et agréables soient-elles, elles ne sont, selon moi, pas aussi remarquables que les graphismes (terme judicieusement utilisé ici, s’il en est, puisque le but d’un morceau musical est quand même de se faire remarquer !). Elles ont d’ailleurs tout juste le temps de frapper l’esprit du joueur puisque, point déjà évoqué, le jeu est relativement court, avec en tout et pour tout une petite vingtaine de niveaux. La jouabilité est, quant à elle, peut-être un peu plus sujette à discussions. La plupart du temps sans histoire, les mouvements de Sky (et surtout ses sauts) proposent une inertie un peu particulière, avec un perso très réactif. Ce qui donne au final une maniabilité difficile à cerner, tout du moins au début. Chacun appréciera en fonction de sa propre expérience, mais sachez que c’est juste un léger point faible. On fait avec et c’est loin d’être un défaut qui plombe le reste du jeu.



Skyblazer Note
n’est pas un hit absolu de la Super NES, mais avec ses graphismes de tout premier ordre et, de manière plus générale, son parcours sans faute sur le plan technique, il parvient sans difficulté à faire passer de très bons moments et à marquer les esprits, que ce soit auprès des joueurs qui y ont joué à l’époque, ou des incultes qui, comme votre serviteur, l’ont connu sur le tard, à une époque où la Super NES n’occupait plus le devant de la scène.



Test réalisé par Kenshiro

Retrouvez l'article original sur La Memoire Du Pad
novembre 2009