Final Fight 3 (SNES)

 








Développement scénaristique
Jouabilité & Gameplay
L'image
Le son
Note générale


Sortie du jeu : 1995
Développeur : Capcom
Editeur : Capcom
Genre : beat-them-all

Support : cartouche de 24Mb
Version testée : Américaine
Voix dans le jeu : US
Textes à l'écran : US
Difficulté :

Multi-joueurs : 2 joueurs simultanément
Abréviation : FF 3
Titre alternatif : Final Fight Tough (JAP)
Prix au lancement : 450Frs






Les sites partenaires :





_________________________________

Pages vues (depuis avril 2016)




Visiteurs uniques (depuis avril 2016)

Final Fight 3








Encore une
Une petite intro sympa...
exclusivité Nintendo, Final Fight 3 ne verra le jour que sur la 16bits de la marque. En doublant la taille de la ROM, Capcom a enfin pu laisser libre cours à son imagination. Bien que le résultat soit très classique, pas mal d'innovations débarquent mais la réalisation, certes bonne, aurait pu être bien meilleure pour une console en fin de vie. Haggar est de retour pour casser du punk mauve et de la tapiole du couteau, avec cette fois 2 nouvelles recrues et le retour du charismatique Guy. A la fin de Final Fight 2, le calme avait reprit son cours, à la fois dans le monde et dans les rues de Metro City. Un matin, Haggar (toujours maire de la vieille ville) reçoit la visite de son vieil ami Guy, lorsque tout à coup une bombe explose et sème le chaos dans le quartier. Guy se joint immédiatement à Haggar afin d'aller casser de la gueule, lorsqu'ils font la rencontre de Lucia (une secrétaire ?). Vient ensuite se joindre à cette fine équipe Dean qui, pour sa part, veut venger sa famille décimée par les punks. Encore une fois le scénario est bidon mais l'intro est bien réalisée et quelques cut-scènes interviennent entre les niveaux. Finalement, le tout reste sympa. Du point de vue du gameplay on peut le dire, il y a enfin du changement ! Tout d'abord je tiens à dire que le contrôle est exemplaire. Jamais mise à mal, la jouabilité est réactive et les commandes sont simples. Gardant le gameplay de base (propre à la série), Capcom fait évoluer son jeu dans le bon sens. Au rang des nouveautés nous avons un "hold" qui permet de maintenir la direction de son personnage lorsqu'on se déplace afin de faire une sorte "strafe". Il y a une chope arrière, différente de celle de l'avant et on peut enfin courir (en pressant 2 fois une direction). D'ailleurs, c'est en courant qu'on pourra effectuer un enchaînement spécial, idée reprise de Streets of Rage II (sur Mega Drive). Mais ce n'est pas tout puisqu'Haggar et Guy possèdent une autre attaque spéciale. En faisant un quart de cercle + attaque (manip' type "boule de feu"), Haggar projette un poing dévastateur et Guy fera carrément une sorte d'Hadoken ! Bon, une fois de plus c'est pas nouveau puisque le concept sort de Street of Rage II, lui même copiant Street Fighter II (un vrai mic-mac).


En plus, la boule de feu
Le gameplay de Final Fight évolue enfin. Il était temps
de Guy ressemble à celle de Blaze et le coup de poing d'Haggar, à celui de Max. Sans atteindre la diversité technique de sa source d'inspiration, Final Fight 3 se dote enfin d'un gameplay plus riche et varié. Les personnages sont cette fois au nombre de 4 : c'est bien, avec cette série on va crescendo. Si Dean est assez puissant, il n'est par contre pas terrible à manier avec en plus un charisme à chier (on dirait un bossu ou un malade du dos) et la seule fille du jeu, n'est pas spécialement jolie (si, jy tiens !), ni même puissante. Il ne reste que nos 2 bons vieux compères, et après tout, c'est eux qui ont fait la renommée de la série. Capcom propose 3 modes de jeu et un menu d'options. Passons ce dernier pour étoffer le sujet du premier. Il y a le mode 1 joueur, le mode 2 joueurs et l'intéressant mode 2 joueurs auto. En fait, le principe est simple : le joueur 1 est humain, le second (que vous choisissez aussi) est contrôlé par l'IA. Ca permet d'avoir l'illusion d'avoir un ami (là, j'suis dur ^^) et surtout de finir le jeu plus facilement. Il est juste dommage que le "CPU player" fasse un peu n'importe quoi. La difficulté est bien dosée et une jauge de puissance est apparue. Plus vous cognez, plus elle se remplit. Une fois pleine, le mot SUPER apparaît pendant un temps et vos techniques de combats évoluent et sont plus puissantes. Sympa... Dans la trempe de l'épisode 2, les couleurs sont bien choisies mais les décors sont banals. Le nouveau bestiaire est assez étoffé (Andore a toujours l'air aussi bête !), Haggar ressemble de plus en plus à un étrangleur d'ours et les 2 nouveaux personnages sont très moyens. Alors il ne reste que Guy en parfait "j'me-la-pète-man" pour offrir un sprite réellement satisfaisant. Les nouveaux boss sont plus ou moins copier-coller sur les épisodes précédents mais il est regrettable de voir que le ridicule ne tue pas.


Il y a peu d'armes
Techniquement, pour une console en fin de vie, la SNES était capable de bien mieux
dans le jeu et Capcom ne s'est pas foulé à faire un nouveau sprite pour ces dernières puisqu'ils ont collés le-dit objet sur le perso sans se soucier si le résultat était convenable. Evidemment c'est ridicule au possible !! Lorsque Guy porte une barre à mine, il l'a tient du bout des doigts et l'a à moitié sur la gueule. N'importe quoi ! Autre détail tapant correctement dans le débile : les boss usent encore de la technique du coup de cul ! Oui un peu comme dans Castle of Illusion. Je m'explique : 1 boss sur 2 sautera en l'air pour vous retomber dessus, les fesses en avant. Si on pouvait pardonner le ridicule de la situation en 1989 lors du premier Final Fight, je dois avouer qu'en 1995, ça fait vraiment con ! Certes de bonne qualité dans l'ensemble, les mouvements auraient gagnés à être un peu plus fluides. Bien souvent la mauvaise décomposition des mouvements jure sur le crédible de l'action. Mais ne soyons pas trop dur, l'ensemble est plus que correct. Les boss ont une bonne taille même si la réalisation tient plus de Rival Turf que du Final Fight Arcade et c'est suffisamment rapide pour offrir une action soutenue. Les Final Fight n'ont jamais eu de bande-son digne de ce nom et ce n'est pas cet épisode 3 qui changera la donne. Les musiques sont franchement passe-partout (genre musiques de supermarché) et les bruitages manquent vraiment de patate. Restent des voix correctes mais trop peu nombreuses.



Cet Note
épisode, qui clôture les aventures 16bits de ce brave Haggar, se révèle le plus sympa d'entre tous sur Super Nintendo. Techniquement, il n'est pas le meilleur (bug, ridicule du port des armes, musiques merdiques et graphismes moyens), c'est surtout le fun qui donne une bonne impression. Plus rapide, plus diversifié et proposant à nouveau l'excellent Guy, Final Fight 3 est un bon jeu à savourer sans prise de tête seul ou à 2, avec ou sans ami, en slip ou en caleçon (ahhh cette référence made in '90 ! ^_^ ). Pour un jeu que j'ai découvert 10 ans après sa sortie (il y a 15 jours je ne savais même pas qu'il existait), il m'a agréablement surpris.



Test réalisé par iiYama

septembre 2006