Dragon Ball Z 4 (SNES)

 








Note générale


Sortie du jeu : mars 1996
Développeur : Bandaï
Editeur : Bandaï
Genre : combats

Support : cartouche de 24Mb
Version testée : Japonaise
Voix dans le jeu : JAP
Textes à l'écran : JAP

Difficulté :
Multi-joueurs : 2 joueurs simultanément
Abréviation : Dragon Ball Z 4 - DBZ 4
Titre alternatif : Doragon Boru Zetto Haipa Dimenshon
Score des ventes : 210.000





Les sites partenaires :





_________________________________

Pages vues (depuis avril 2016)




Visiteurs uniques (depuis avril 2016)

Dragon Ball Z

Hyper Dimension


Avant toute chose,
Hyper Dimension est l'un des rares qui utilisent SA-1, un chip additionnel
il faut savoir qu'il existe 2 versions du jeu : la version World et la version Japonaise. Dans la version Japonaise, le mode scénario est inclus. Assez sympa, bien que mal construit par rapport à celui du 2, il a le mérite d'être là. Ainsi à l'image de DBZ 3, Bandaï a littéralement amputé son jeu, lors de son expatriation hors de l'archipel alors que traduire des textes, ce n'est pas ce qu'on fait de plus compliqué. Ainsi en version Française (car nous sommes le 2e consommateur mondial de Mangas ! ainsi nous avons toujours une place privilégiée) si nous avons droit à un jeu traduit, le scénario (soit tout l'intérêt du soft selon moi) a disparu, sans doute par pure fainéantise de la part des développeurs, on le désintéret de Bandaï pour nous. C'est toujours les mêmes qui se font avoir de toute façon... L'intro, si on peut parler d'intro, est minimaliste et le jeu propose 3 modes : combat (contre la machine ou à 2 joueurs), tournoi (jusqu'à 8 joueurs) et entraînement. Le mode training ne proposant même pas les détails des coups spéciaux, autant dire qu'il sert à rien. Niveau gameplay, on reprend la base de Dragon Ball Z 3 mais on change ce qui faisait son originalité. En gros, Hyper Dimension est devenu un jeu de combats quasiment comme les autres puisqu'il n'y a plus de super pouvoirs méchamment furieux comme avant. On galère 2 plombes pour sortir le moindre kameha et quand on s'aperçoit qu'il est tout petit et qu'il suffit de sauter pour l'éviter, on finit par se battre qu'avec des coups normaux. Plus proche d'un jeu de combats classique donc, il ne reste que peu de coups impressionnants. On retrouve quand même quelques subtilités supplémentaires comme l'évitement en se déplaçant vers le fond du décor ou le fait de pouvoir se battre en l'air (malheureusement on ne peut plus passer de l'un à l'autre avec un simple bouton). Techniquement, notre Hyper Dimension n'est pas non plus le meilleur jeu de la console. Je dirais même qu'on en est loin. L'animation est mal décomposée, les décors ne sont pas trop mauvais mais salement pixellisés, dans les combats en l'air, un sympathique effet mode7 anime le décor mais cause des ralentissements... pas besoin que je continue je crois. Les musiques sont moyennes, la plupart des bruitages sont sourds, les voix ne sont pas top qualité... que de déceptions !


10 persos sont au choix :
Graphiquement c'est pas mal mais un étrange grain gâche un peu le tout
pour un jeu sorti très tard, c'est maigre, et ce n'est pas une traduction tout en Français des quelques passages de dialogues, qui compenseront une réalisation technique arriérée et un mode scénario tranché dans le vif. Désolé mais ce jeu ne m'a pas emballé. Car il faut penser que ce dernier Dragon Ball Z est sorti en 1996, et qu'à cette époque, les consoles 32bits faisaient déjà leur révolution. Après 3 épisodes, je pensais que Bandaï allait faire mieux, apprendre de leurs erreurs. Ca aurait été pourtant facile étant donné la réalisation des 3 opus précédents mais encore une fois, on voit bien les limites créatives de cette petite société de jouets. DBZ 4 n'est pas un mauvais jeu, mais il aurait fallu qu'il sorte 3 ans plus tôt. Alors je sais, je le dis souvent et je le répèterai autant de fois qu'il le faudra, mais les Dragon Ball Z ne valent pas la moitié d'un Street Fighters II sur la même console. Les réalisations sont bâclées, le nombre de personnages est toujours trop juste, quand les version FR se font pas déposséder de leur mode scénario. Pour faire de ce manga culte un bon jeu, il aurait fallut que la licence soit achetée par Capcom ou SNK parce que Bandaï et son équipe de pizzaïolos à la manque, n'aura fait que des jeux moyens alors qu'il y avait matière à faire de grands hits. Je suis désolé pour les nombreux fans de tous ces jeux mais je vous demande d'ouvrir les yeux 5 minutes et de jouer à un Samuraï Shodown ou un Fatal Fury Special, toujours sur Super Nintendo, pour voir de quoi la console est réellement capable. Pour ma part, j'ai toujours préféré le Dragon Ball Z 2 et aujourd'hui que j'ai fait les 4 versions d'affilié, je confirme que c'est bien celui-ci le meilleur. Les Dragon Ball Z sur Super Nintendo ne sont pas des jeux minables pour autant (il y a pire) mais c'est à croire que lorsque le top fut atteint, Bandaï s'efforca de faire de pire en pire. Je suis peut-être un peu dur mais en étant un minimum objectif (mon avis est partagé par beaucoup de monde), on s'attendait à franchement mieux. C'est vraiment dommage...


Test réalisé par iiYama

mars 2007