Dragon Ball Z (SNES)

 








Note générale


Sortie du jeu : 1993
Développeur : Bandaï
Editeur : Bandaï
Genre : combats

Support : cartouche de 16Mb
Version testée : Euro
Voix dans le jeu : JAP
Textes à l'écran : FR
Difficulté :

Multi-joueurs : 2 joueurs simultanément
Abréviation : DBZ
Titre alternatif : Dragon Ball Z Super Butôden
Prix au lancement : 450 Frs
Score des ventes : 1.45 Millions





Les sites partenaires :





_________________________________

Pages vues (depuis avril 2016)




Visiteurs uniques (depuis avril 2016)

Dragon Ball Z








Il y a certains
La jouabilité est loin d'être exemplaire
lecteurs qui me réclament des tests. N'ayant pas forcement l'envie ou le temps de répondre à leurs attentes, ils s'en retrouvent vexés sans raison. Chaque article demande une certaine investigation et si le jeu est en plus assez mauvais, j'aurai même pas la motivation d'y jouer. Pour ce qui est de Dragon Ball Z, c'est un peu différent. Je suis fan du Manga, j'ai certains OAV, j'ai passé comme la majorité des gens de 30 ans, mes mercredi le nez devant la TV pour regarder comment Goku et ses potes allaient sauver le monde. Seulement, les adaptations de ce manga culte (sans doute le plus grand jamais sorti) sont loin, très loin de ce qu'on en attendait. Bandaï, qui était à la base un fabricant de jouets, s'est soudain mis en tête de faire des jeux à licence (Sailor Moon, Ramna 1/2, DBZ et autres) sans s'en donner les moyens. Avec une équipe de bras cassés composées de développeurs intérimaires, de designers daltoniens et de scénaristes dyslexiques, Bandaï n'a jamais rien fait de bon avec ses licences sur consoles 8 et 16bits. Même sur PlayStation/Saturn c'était mauvais. Bon, il est vrai que sur les générations suivantes ça s'est (un peu) arrangé mais en attendant, ils se sont fait un paquet de fric sur le dos des fans avec des jeux loin d'être à la hauteur. Le sujet d'aujourd'hui porte donc sur la première adaptation Super Nintendo de la licence à succès car il faut savoir que les DBZ sur Super Nintendo ont étés parmi les jeux les plus exportés de la console. Ca faisait bien longtemps que je n'avais pas joué à ce premier Dragon Ball Z. C'est la première adaptation de l'univers d'Akira Toriyama dans un jeu de combat sur Super Famicom. La cartouche s'ouvre sur une petite intro résumant très brièvement le combat opposant Goku à Piccolo, combat qu'ils sont sur le point de réitérer lors du championnat. 8 personnages sont jouables (14 avec un code) pour un gameplay loin de ce qu'on connaissait à cette époque là.


Votre "fighter"
Les graphismes ne sont pas de la première fraicheur
peut donner des coups de poings, de pieds, il y a des projections, des enchaînements, des coups spéciaux (via le bouton A) et enfin, avec le bouton X on peut monter dans les airs pour des combats plus pimentés (la grosse nouveauté du jeu) ou redescendre. La première chose qui surprend c'est que l'écran se scinde en 2 si les opposants s'éloignent (les combats du dessin-animé n'étant pas toujours au corps à corps) et que les coups spéciaux sont atypiques. Loin d'un simple "hadoken", il impose une petite scène scriptée assez sympathique. Il est par contre étrange que lorsque un adversaire est à terre et vous en l'air, le kameha parte droit devant (?). Chaque perso peut avoir jusqu'à une double barre de vie et les combats se déroulent sur un seul round. Il y a même une jauge de force/fatigue, qui vous empêchera d'utiliser vos pouvoirs à outrance. Côté modes de jeu, on retrouve le story classique, le mode championnat, le versus et les options (qui proposent pas mal de paramétrages, plus les manips des coups spéciaux). Côté son, on a de bons bruitages, de superbes voix et de très belles musiques. Comme quoi, ce n'est pas parce qu'on s'appelle Bandaï qu'on ne sait pas composer. Mais dans tout ce bonheur, il y a quand même pas mal de défauts. La même année est sorti Street Fighter II Turbo sur la même console et franchement, les 2 réalisations n'ont rien à voir. Ici les mouvements ne sont pas fluides, les sauts sont approximatifs, les coups spéciaux sortent mal, graphiquement c'est pas terrible et pour finir, la difficulté est déséquilibrée.



L'un Note
dans l'autre, ce premier DBZ n'est pas un mauvais jeu mais il aurait pu être bien mieux. Très original, c'est sa réalisation technique moyenne et sa difficulté, qui vous lassera, une difficulté sans doute engendrée pour une jouabilité bancale. Dragon Ball Z reste un jeu sympa et fun, surtout à 2 mais ça s'arrête là. A réserver aux fans de l'oeuvre de Toriyama ou ceux qui ont en mare de jouer aux soft de Capcom...



Test réalisé par iiYama

mars 2007