Donkey Kong Country 3 (SNES)

 








Développement scénaristique
Jouabilité & Gameplay
L'image
Le son
Note générale


Sortie du jeu : novembre 1996
Développeur : Rare (Rareware)
Editeur : Nintendo
Genre : plate-formes / adresse

Support : cartouche de 32Mb
Version testée : Euro
Voix dans le jeu :
Textes à l'écran : FR
Difficulté :
Multi-joueurs : 2 joueurs simultanément

Abréviations : DKC 3 - SDK 3
Titre alternatif : Super Donkey Kong 3 : Nazo no Krems Shima
Prix au lancement : 450 Frs
Score des ventes : 3.51 Millions


Aussi disponible sur :







Les sites partenaires :





_________________________________

Pages vues (depuis avril 2016)




Visiteurs uniques (depuis avril 2016)

Donkey Kong Country 3

Dixie Kong Double Trouble


Donkey Kong Country
Pourquoi appeler un jeu Donkey Kong Country, si ça fait 2 épisodes qu'on ne joue plus Donkey ?
suite et fin. Dernier épisode de la trilogie des DKC sur 16bits et on sent bien que Rareware s'essouffle. Peut-être parceque l'inspiration se fait "Rare" mais aussi parce que la Nintendo 64 pointe "enfin" le bouts de ses circuits et que le développeur est déjà sur d'autres projets, notamment GoldenEye qui sortira 9 mois plus tard. De même, les faibles ventes du jeu (par rapport à ses 2 prédécesseurs) s'explique par le fait que les PlayStation et Saturn ont déjà un an (et encore je parle de la sortie Euro, car elle ont déjà 2 ans au Japon) et que la pauvre Super Nintendo, 16bits de son état, fait encore de la résistance. Mais pour être franc, je crois surtout que son succès relativement modeste, est dû à sa qualité très en dessous des Donkey Kong Country et Donkey Kong Country 2 : Diddy's Kong Quest... Au niveau de l'histoire, après 2 bonnes heures de jeu, toujours pas de scénario en vue ! En fait, on est lâchés dans une aventure sans sens, sans but, hormis jouer à des jeux débiles, tuer des Kremlings et sauver quelques oiseaux. Pas bien passionnant tout ça... La prise en mains est restée à l'identique. Le jeu est donc parfaitement jouable mais le gameplay n'a pour ainsi dire pas bouger d'un pouce depuis le Diddy's Kong Quest. On peut toujours récolter 2 types monnaies (l'une sert à payer les jeux, l'autre à acheter des objets dans les bazars), on peut retourner chez mamy Wrinkly pour sauvegarder autant qu'on veut (il sera d'ailleurs rigolo de la voir jouer à la N64) et les jeux à base de questions, se partagent la vedette avec d'autres, plus interactifs (style les mini-jeux de Zelda III). Ces changements vont directement dans la lignée du second épisode et font un peu misère à la vue des modifications entre les 2 premiers opus. La seule vraie nouveauté (et encore) c'est la carte où on peut se déplacer quasi librement, mais c'est maigre. Oops ! J'allais oublier de vous parler du nouveau personnage : Kiddy Kong. Il remplace Diddy, ressemble légèrement à Donkey mais n'est pas bien mature (c'est encore un bébé).


Kiddy est
Les graphismes ont beaucoup perdus depuis le premier épisode, et je ne parle pas des musiques...
le cousin de Dixie et avec lui, il sera toujours possible de faire des galipettes spéciales mais rien de neuf, tout sort de l'épisode 2. Autre oubli, on pourra toujours se transformer en bestiole ou plus simplement les chevaucher. On retrouvera l'espadon par exemple et un seul nouveau : l'éléphanteau. C'est les vaches maigres, l'inspiration n'ayant pas traversée les bureaux de Rare pour ce jeu. Techniquement, Donkey Kong Country n'est plus ce qu'il était. Toujours en images de synthèses, le sprite de Dixie est entièrement reprit du 2 (Diddy était reprit du 1) et Kiddy parait plus neuneu que bébé. Certains ennemis ont disparus, d'autres sont apparus et d'autres encore, se sont vu modifiés. Par exemple, les guêpes sont devenues motorisées. N'importe quoi !! On est pas dans Sonic que je saches. Du coup, le jeu perd de sa crédibilité et son univers propre. Graphiquement si la cartouche de 32Mb est encore à la tâche, j'ai été déçu par le résultat. Ca baisse, ça baisse, ça baisse ! Déjà que DKC 2 était globalement moins beau que le 1 (mais gardait de superbes passages), DKC 3 est sans doute le moins beau des 3 puisqu'il restera moyen tout au long du jeu. Alternant des décors corrects et des passages complétement vides, le résultat est décevant. Mais comparons ce qui est comparable, je juge cet état de fait par rapport aux épisode précédents, car face aux production Super Nintendo "classiques", DKC 3 reste un beau jeu. Côté animation, rien à dire, le titre reste pour une fois, fidèle à lui même. Il est vrai qu'il n'y a presque plus d'effets spéciaux, surtout face à l'épisode 2 qui en comptait beaucoup, mais je reste toujours admiratif devant la fluidité de l'animation, le détail de chaque mouvement. Enfin évoquons la partie sonore. Véritable enchantement dans le premier opus, légère perte de vitesse dans le 2, c'est une véritable daube dans le 3 ! Ce qui sauve la note, c'est la conservation de bruitages rigolos et efficaces, bien en adéquation avec l'univers du titre. Mais encore une fois, Rare ne s'est pas foulés puisque ce sont les mêmes dans les 3 épisodes. Quant aux musiques, compositions insipides qui passent totalement inaperçues, elles prouvent une fois de plus qu'au fil des suites, les développeurs perdent de leur génie initial.



Donkey Note
Kong Country 3 est un sympathique jeu de plate-formes mais... Il faut avouer que la recette est excellente, le jeu reste toujours addictif et difficile, jouable et impressionnant grâce à ces graphismes en images de synthèses mais... La reprise d'anciennes ficelles qui firent les beaux jours des précédents épisodes, ainsi qu'une grave déperdition au niveau technique, me donne une nouvelle preuve qu'au fil du temps, la plupart des jeux régressent. La profondeur du titre est bonne mais les originalités sont trop maigres et la réalisation est largement en deçà de Donkey Kong Country et Diddy's Kong Quest, pour être aduler comme ses prédécesseurs. Cette 3e itération reste un sympathique jeu de plate-formes/adresse sur lequel les fans accrocheront mais pour ma part, Rareware aurait due s'arrêter au premier épisode, qui était LE blockbuster ultime de la 16bits de Nintendo. Après, ça n'a été qu'une question d'argent, de magie qui s'est perdue avec le temps, de réalisation de moins et moins bonne, et tout ça est bien dommage...



Test réalisé par iiYama

septembre 2006 (mise à jour : novembre 2013)