Daytona USA (SAT)

 






   


Développement scénaristique
Jouabilité & Gameplay

L'image (éd. classique)
L'image (éd. Championship)

Le son
Note générale


Sortie (édition classique) : juillet 1995
Sortie (édition championship) : novembre 1996
Développeur (édition classique) : SEGA AM2
Développeur (édition championship) : SEGA AM3
Editeur : SEGA
Genre : courses

Version testée : Européenne
Doublage : US
Textes à l'écran : US
Support : 1 CD

Difficulté (édition classique) :
Difficulté (édition championship) :
Multi-joueurs (édition classique) : non
Multi-joueurs (édition championship) : 2 joueurs en link

Titre alternatif : Daytona USA Deluxe
Prix au lancement : 350Frs
Score des ventes : 700.000 (les 2 éditions Saturn cumulées)


Aussi disponible sur :




Les sites partenaires :





_________________________________

Pages vues (depuis avril 2016)




Visiteurs uniques (depuis avril 2016)

Daytona USA

(Championship Circuit Edition)



S'il y a un jeu qui aura
Les 2 versions ne proposent pas les mêmes modes de jeu, mais l'édition Championship se veut malgré tout plus riche
marqué des millions de joueurs, c'est bien Daytona USA. Avant lui est sorti le pionnier Virtua Racing (imposant un hardware révolutionnaire à savoir le SEGA Model1) mais SEGA a vite été concurrencé par un féroce acteur du secteur : Namco. Avec ses System11 et 22, le bougre a vite imposé son Ridge Racer comme le meilleur jeu de courses de ce début 90. Mais SEGA, si à l'époque on l'appelait le "Roi de l'Arcade", ce n'était pas pour rien et en effet, en 1993 au Japon (pas avant 1994 en Europe et aux Etats-Unis) il nous sort Daytona USA, un tout nouveau jeu de courses qui va vite mettre tout le monde d'accord. Grâce à un tout nouvel hardware, le SEGA Model2, le développeur nous dévoile un savoir-faire sans comparaison. Le cabinet, souvent à 2 places, nous permettait de nous immerger dans la chaleur des courses de NASCAR, avec notamment un volant à retour de force, un gros écran et un système audio 4.1 (je sais tout ça car je rappelle aux lecteurs que le jeu d'Arcade fut mon métier pendant quelques années). C'était du jamais vu à l'époque ! Evidemment, comme les consoles de salon se rapprochaient peu à peu des performances des bornes d'Arcade (ce qui a toujours été le fantasme des constructeurs et des joueurs de cette époque), on a tous rêvé de voir un jour Daytona USA dans notre salon. Si une version Mega Drive 32X a été envisagée, elle fut vite annulée (cet hardware ayant fait un bide) et tous les regards se sont par conséquent tournés vers la dernière née de la marque : la SEGA Saturn. Avant de commencer, on notera qu'il existe 2 versions de ce jeu. Sorti en 1995, au line-up de la machine Européenne, il y a ce que j'appelle l'édition classique. Puis 15 mois plus tard sortira l'édition Championship, censée corriger le tir un peu oblique du premier jet. La version classique a été développée par la célèbre SEGA AM2 (celle-là même qui a créé le jeu d'Arcade), quand l'édition Championship a été développée par l'équipe SEGA AM3. Le prestige n'est plus le même. Sachez aussi que pour coïncider avec la sortie de la console en Europe, SEGA a poussé au cul l'AM2 pour qu'ils finissent le développement à temps (sans doute qu'ils voulaient le faire pour le line-up US voire même japonais mais le jeu ne devait vraiment pas être prêt), ce qui peut expliquer certaines tares génétiques de l'édition classique. Car il faut bien comprendre que le portage s'est fait au prix de grosses concessions techniques, puisque la Saturn ne peut en aucun cas rivaliser avec le Model2.




L'un des double cabinet classique de Daytona USA sur Arcade


Bon trêve de blabla,
La prise en mains est resté très rustre cependant, le jeu jouit malgré tout de l'aura de la version Arcade
Daytona USA c'est quoi exactement ? Et bien c'est un jeu de courses tendance NASCAR (qui est l'acronyme de National Association for Stock Car Auto Racing) où le but est simple : finir en pole position. Pour ça nous avons entre les mains une voiture dont on a le choix de prendre la boite automatique ou manuelle. Nous avons aussi 4 vues disponibles (capot, raz de bitume pour un max de sensations et 2 vues externes) et à l'origine, le jeu ne proposait que 3 circuits, pour 3 niveaux de difficulté, avec bien entendu passage aux checkpoints pour rallonger son temps. Tout ceci a fait de Daytona USA un jeu très original et surtout qui a séduit un parc de joueurs immense à travers le monde. Sur Arcade, c'était du jamais vu, ce titre-là est d'ailleurs longtemps resté une référence dans le genre et le maitre-étalon d'un SEGA autrefois innovant et imbattable (les choses ont bien changées depuis). Lorsqu'on creuse un peu le fond du sujet, Daytona USA ce n'est pas que ça. On pourra noter que le jeu impose un système de dégâts (certes assez sommaires mais bien présent), une grosse difficulté selon le mode de jeu et une jouabilité assez rêche. En effet, que ce soit sur Arcade comme sur Saturn, la jouabilité est sans consession. Très sensible, dénuée de toute finesse, elle est à l'image de ces courses américaines sans grande cervelle. Compatible avec le 3D Pad et en toute logique avec le volant, il aurait été appréciable que l'une ou l'autre version propose enfin une maniabilité un peu plus souple. Mais au moins, on ne viendra pas se plaindre de ne pas retrouver les sensations d'origine. Au niveau du contenu, l'édition classique se contente des 3 niveaux originaux mais propose tout de même quelques variantes. On a le choix entre le mode Arcade et le mode Saturn (dans ce dernier on aura plusieurs véhicules à disposition, véhicules au comportement routier variés ça va de soi), mais aussi des modes de jeux qui pimentent l'expérience : normal, Grand Prix et Endurance. Les options permettent de régler son jeu à sa convenance, notamment en termes de difficulté (temps au tour et aggressivité des concurrents), ce qui rendra pour la première fois, les courses accessibles (on se souvient tous de la difficulté abusive de la version Arcade). Maintenant sachez que le titre ne propose pas de mode multi-joueurs et qu'à moins d'être un fan inconditionnel, on en aura vite fait le tour. Pour ce qui est de la version "Championship Circuit Edition", SEGA a voulu frapper un grand coup, en proposant un mode multi à 2 joueurs (malheureusement pas sur la même console, uniquement en link) et surtout plus de contenu. En effet, désormais on peut choisir entre 8 voitures très différentes niveau conduite et surtout il y a 2 nouveaux circuits, qui s'ajoutent aux 3 déjà existant.


On dispose
La bande-son est nullissime mais c'est surtout les graphismes qui ont beaucoup soufferts du portage :(
également de 3 modes de jeu : Arcade, Time Attack et Versus (adieu les modes Grand Prix et Endurance, dommage). En contre-partie les options ont été largement réduites, la difficulté est remontée en flèche et techniquement, malgré de grandes promesses, c'est à peine mieux... En effet, le plus grand problème de ce Daytona USA, quelque soit la version, c'est la réalisation. Sur l'édition classique, nous avons même des graphismes franchement dégueulasses ! C'est hyper pixellisé, les décors ont largement perdus en couleurs et en détails, les voitures sont hyper anguleuses mais le pire reste un clipping hyper agressif et un framerate complétement poussif qui n'arrive pas à 20 images/seconde. Si bien sûr on peut imputer ce ratage technique au fait que SEGA voulait absolument sortir le jeu pour le line-up Européen, on peut légitimement se dire que c'est un beau gâchis. Finalement il valait sans doute mieux attendre quelques mois et arriver à Noël, pour s'assurer de meilleures ventes et surtout sortir un jeu mieux fini. Maintenant comme évoqué, l'édition Championship (sorti plus d'un an après, je le rappelle) arrivait avec plein de promesses. Si pour le contenu on a été assez bien servi (même si on aurait aimé plus de circuits et un multi local, mais bon passons) cette version nous a surtout fait miroiter qu'on allait enfin avoir un Daytona USA propre et performant. Et bien ce sera pour une autre fois ! Ok, je l'admets, le framerate est bien meilleur (environ 30 images/seconde), les graphismes sont un peu plus fins, les voitures un peu mieux faites et le clipping est un peu moins virulent. La tuile, c'est que le jeu est également plus lent que dans l'autre version et que si on y regarde bien (moi j'ai joué aux 2 versions coup sur coup, je sais de quoi je parle), c'est pas encore la panacé. Autant le dire franchement, c'est moche ! Et encore je ne vous parle pas de collisions gérées à l'arrache ou de cette interface qui nous bouffe littéralement la vue. Bref, s'il y a un léger mieux, la Saturn est clairement capable de mieux (il suffit de regarder WipEout tourner), quand la PlayStation (sa principale concurrente) a très vite démontré son énorme potentiel. Ai-je besoin de rappeler que Ridge Racer est quasiment identique à l'Arcade ? Très performante au niveau des graphismes, la console de Sony avait impressionné. Pire, à la sortie de l'édition Championship (fin 1996), la concurrence a déjà acceuillie WipEout 2097, Ridge Racer Revolution et Rage Racer. Vous en conviendrez que la pauvre Saturn est alors vraiment larguée, déclassée par rapport à une concurrence féroce qui aligne les hits les uns sur les autres. Terminons avec la partie sonore. L'édition classique nous propose l'horrible bande-son de l'Arcade (un truc à vomir !) quand l'édition Championship nous propose des remix. Certaines pistes sont sympas mais la plupart sont mauvaises... enfin c'est déjà mieux que dans l'autre version.



Que ce soit Note
une version ou l'autre (lédition classique parue en juillet 1995, ou la Championship Edition sortie en novembre 1996), Daytona USA sur Saturn est décevant, avant tout pour sa réalisation. Maintenant c'est sûr, l'édition Championship Circuit Edition est plus agréable, légérement plus aboutie mais elle se fait littéralement pulvérisée par la concurrence. En clair, même s'il est mal-aimé, je préfère encore me mettre Daytona USA 2001 sur DreamCast car sur Saturn, il y a mieux à jouer que ces portages (raté ?) de cette ancienne gloire de l'Arcade...



Test réalisé par iiYama

mai 2013