Tomb Raider : Sur les Traces de Lara Croft (PSX)

 








Développement scénaristique
Jouabilité & Gameplay
L'image
Le son
Note générale


Sortie du jeu : novembre 2000
Développeur : Core Design
Editeur : Eidos interactive
Genre : aventure - exploration

Support : 1 CD
Version testée : Française
Voix dans le jeu : FR
Textes à l'écran : FR

Difficulté :
Multi-joueurs : non
Abréviation : TR5
Titres alternatifs : Tomb Raider V - Tomb Raider Chronicles
Prix au lancement : 350Frs


Aussi disponible sur :







Les sites partenaires :





_________________________________

Pages vues (depuis avril 2016)




Visiteurs uniques (depuis avril 2016)

Tomb Raider

Sur les Traces de Lara Croft


Après 4 chapitres
L'histoire n'est pas passionnante
à la qualité oscillante, voici le 5e épisode d'une série à rallonge (il est rare de voir 4 suites d'un même jeu sur la même machine), Tomb Raider Chronicles (son nom anglo-saxon) nous narre les aventures de la belle Anglaise à titre posthume (elle est censée être morte à la fin de La Révélation Finale). Ces plus proches amis se réunissent un jour de pluie pour se souvenir de ses aventures passées. Voilà pour la trame générale, et c'est déjà... passionnant. Le jeu nous emmène au travers de 4 scénarios distincts et sans rapport les uns avec les autres, dans des lieux dont on se fout éperdument. J'annonce de suite que ce Tomb Raider n'a pas, encore une fois et à l'instar des épisodes 2 et 3, l'envergure mystique et envoûtante du premier ou du 4e opus. Détails :

  • Level 1 : Rome. J'en parle même pas tellement ça ressemble au niveau de Venise (Tomb Rraider II) et tellement ce niveau est sans intérêt.

  • Level 2 : à la recherche de la lance du destin. Un artéfact mythique pour un niveau banal qui rappelle les niveaux aquatiques de Tomb Raider II mais cette fois sur fond de base militaire et de sous-marin Russe. Si quelques passages sauvent les meubles, y'a quand même pas grand chose à se mettre sous la dent.

  • Level 3 : l'île noire. Là aussi ça sent le déjà-vu puisque ça ressemble à la jungle de Tomb Raider III, en plus court et en plus simple. Ici aussi, l'intérêt est assez réduit même si on y retrouve Lara adolescente (le même sprite que dans l'épisode IV, ils se sont pas foulés) et que par conséquent ce sera essentiellement des phases de plates-formes puisqu'elle n'a pas d'arme.

  • Level 4 : seul niveau à peu près intéressant puisqu'ici la mission est de retrouver l'Iris, l'artéfact volé par Von Croy au début de Tomb Raider IV. Voilà un regain d'attrait pour ce quart de scénario d'autant que ce niveau possède une notion (et je dis bien "notion") d'infiltration. On doit endormir des gardes avec du chloroforme, faire des one-shots en pleine tête, se déplacer en silence... ce n'est pas du Metal Gear Solid mais c'est déjà pas mal. En plus on sera équipé de "série" d'un MP5 à visée laser. C'est certainement le seul niveau intéressant du jeu.

  • Pour ce
    Après un épisode 4 génial, comment les développeurs ont ils pu nous pondre ça ?
    qui est de la réalisation, on reprend le moteur graphique du très bon Tomb Raider IV et pas mal d'idées des précédents épisodes... malheureusement pas les meilleures. Nouveaux Tomb Raider égale nouveaux mouvements et cette fois Lara fera le funambule (marcher sur une corde), fouillera divers placard, étagères ou tiroirs, et jouera de la barre parallèle. C'est pas mal mais ça ne fait pas le poids face à la pléthore de nouveaux bugs ! En effet parfois Lara fera ce qu'elle veut : elle saute dans n'importe quel sens, tombe sans même bouger ou pire encore, reste bloquée sans raison. Après 5 ans de travail sur un même type de jeux, Core Design n'est (toujours !) pas capable de faire en sorte que ça fonctionne correctement... c'est une honte ! Pour le reste de la jouabilité, ça reste un Tomb Raider, donc très jouable (quand ça ne bugge pas !). Pour dire qu'ils ne se sont pas foulés, on retrouve l'austère menu d'objets du précédent épisode (avant, chaque épisode voyait au moins ça modifié), le même thème principal lors de l'intro, le même principe de page d'intro en 3D, les mêmes armes lorsqu'elles sont disponibles... bref ça sent de suite le jeu fait "à-la-va-que-j'te-pousse" histoire de faire de ce Noël 2000, une dinde bien farcie sans trop se fouler. De plus cet épisode est presque une insulte aux fans de la série tant le game-plan est outrageusement simple (on ne cherche pas bien longtemps son chemin ou la résolution des maigres énigmes). Un flagrant manque d'inspiration a sévi sur le soft. L'aventure est assez pénible sur certains points comme le fait de repartir de zéro, tant sur le plan des armes que des medikits au passage du scénario suivant. Recommencer chaque nouveau niveau avec les simples flingues et 1 gros medikit en poche, alors qu'on s'était fait suer à constituer un petit arsenal, ça fout les boules !


    Pour couronner
    La réalisation a drastiquement rechutée...
    cet aspect chiant du soft, le jeu n'est même pas foutu de se souvenir qu'elles armes étaient utilisées pendant le niveau. Ainsi, après n'importe qu'elle cut-scène, c'est les simples flingues qui sont commis d'office. Une nouveauté dont on se serrait bien passer. Dans la continuation, il est dommage de voir le panel d'armes aussi réduit. Ainsi dans le premier niveau, seuls le fusil à pompe, le Magnum et Uzis seront à trouver, dans le second il y a le pompe, les Uzis et un Desert Eagle, le 3e niveau n'a pas d'arme et pour le dernier, seul le MP5 est dispo (encore que là, on ne s'en plaindra pas). Parlons image. Certes le moteur 3D de Tomb Raider IV est performant mais ici, il ne fera aucun miracle. Les niveaux ne sont pas laids, il y a de belles couleurs, des effets de brumes, d'ombres et de lumière mais encore et toujours, les textures ont la bougeotte, les effacements de plaquage sont de la partie et faut être franc, on est loin de la beauté d'une muraille de Chine ou des divers levels de l'Egypte, tant en terme de graphismes que de mysticisme. En plus quelques saccades signent leur grand retour ! La modélisation des PNJs est bonne (pour une PSX bien sûr, on ne peut pas trop en demander) et les vidéos sont de qualité. Ce qui m'emmène à parler du son. Le doublage (tout en Français) est un peu en dents de scie. Je veux dire par là que lors des vidéos le doublage est impeccable mais lors des cut-scène 3D c'est tantôt bon, tantôt pas vraiment crédible. Pour ce qui est des bruitages, ils restent dans le commun de la série et les musiques ont un peu baissées en terme symphonique par rapport à la précédente aventure.



    Au final que Note
    penser de ce 5e épisode ? Et bien il n'aurait jamais du sortir ! Pas que le jeu soit mauvais, il prolonge le mythe Tomb Raider mais tout d'abord le soft est trop court puisqu'il faut 6 à 7h pour le finir avec tous les secrets. C'est sans doute l'épisode le plus concis de la série et on est très loin des 17 à 20h pour finir l'épisode 4. Ensuite il est trop facile à cause de son game-plan simpliste ou de ses énigmes vues et revues. Enfin, la réalisation parait complètement bâclée puisqu'elle récupère tout des anciens chapitres, en apportant un bon lot de bugs au passage. Les scénarios sont on-ne-peut-plus banals, les levels traversés manquent de ce charisme si chèrement récupérée par le 4e opus et les développeurs ont repris leur mauvais goût pour les pentes glissantes à outrance (les fans comprendrons). On ressort donc de l'aventure plutôt déçu. Pas que le jeu soit fonciérement mauvais mais au bout de 5 épisodes, on attend autre chose qu'un remake des mauvais passages de Tomb Raider II et III. De toute façon, on sent bien qu'on a à faire à un épisode "vite-fait" puisqu'on a même droit à un trailer du futur Tomb Raider VI. C'est bien que Core Design avait clairement l'esprit occupé à un projet plus ambitieux : L'Ange des Ténèbres, dernier épisode sous l'effigie Core Design, qui ne sortira que 2 ans et demi plus tard sur PS2 et PC...



    Test réalisé par iiYama

    janvier 2006