Tekken (PSX)

 








Développement scénaristique
Jouabilité & Gameplay
L'image
Le son
Note générale


Sortie du jeu : novembre 1995
Développeur : Namco
Adaptation : Namco
Editeur : Namco - Sony Computer
Genre : combats

Support : 1 CD
Compatible PS3 60Go : oui
Version testée : Française
Voix dans le jeu : US
Textes à l'écran : US

Difficulté :
Multi-joueurs : 2 joueurs
Prix au lancement : 350Frs


Aussi disponible sur :




Les sites partenaires :





_________________________________

Pages vues (depuis avril 2016)




Visiteurs uniques (depuis avril 2016)

Tekken








C'est un fait,
Un p'tit Galaga pour s'échauffer ?
les gamers ont toujours appréciés les jeux de combats et depuis le triomphe de Street Fighter II et le sacrement de Capcom, tous y vont de leur version des faits. Au début des années 90, la plus grosse nouveauté du moment reste sans conteste l'avènement de la 3D, qui a apporté aux jeux de baston de véritables formes à nos fighters. Nous sommes alors en décembre 1994 et on peut citer les sorties de King of Fighters 94 et Art of Fighting 2 du côté d'SNK, de Mortal Kombat 2 côté Acclaim ou encore du très impressionnant Killer Instinct de Rareware. N'empêche que tous ces jeux sont en 2D et qu'à côté de Virtua Fighter, le hit de SEGA, la technique fait pâle figure. Mais très vite le Roi de l'Arcade va avoir à faire à forte partie en la présence de Namco. Pour contrer son Virtua Racing, Namco a sorti Ridge Racer, un jeu de courses plus beau, plus rapide et plus fun. Et désormais pour contrer son Virtua Fighter, ils sortent Tekken sur System11 (un hardware propriétaire et concurrent du SEGA Model1). La grosse nouveauté c'est qu'au lieu d'utiliser des techniques de Flat Shading (polygones non texturés), ils mettent une claque à tout le monde avec leurs polygones texturés. La comparaison est la même que celle de Virtua Racing/Ridge Racer, et on sent bien que Namco a pris une considérable avance technologique sur son concurrent. Mais ici point d'Arcade, fin 94 c'est aussi la sortie tant attendue de la PlayStation, une console si puissante qu'on va enfin avoir l'Arcade à la maison (ce qu'on nous promet depuis la naissance des consoles 8-bits). Et Tekken n'aura mis que 4 mois à apparaitre sur la console de Sony, et faisait parti du line-up de la machine à sa sortie Européenne. Mais Tekken est-il vraiment meilleur que Virtua Fighter ? En fait, tout est question de point de vue. En arrivant sur PSX, le jeu a gagné 2 intros en images de synthèses (de belles intros pour l'époque, aujourd'hui on les trouve très cheap) ainsi que le remix de ses pistes audio, histoire de justifier le support CD (dans les options on peut aussi choisir d'avoir les musiques d'origine). Tekken (qui veut dire "point d'acier") propose 8 personnages de base, plus 10 autres persos à débloquer (dont 5 Japonais, bonjour la parité).


Parmi eux,
Assez fidèle à l'Arcade, le seul problème vient d'une jouabilité hyper lourde. Du coup c'est difficile
on retrouve déjà Devil Kazuya, qui se débloque en faisant un perfect au Galaga (comme à son habitude, Namco nous a mis un vieux shoot Arcade pour faire patienter le chargement, c'est sympa). Avec ses 17 persos, le système de sauvegarde via la Memory Card, ne sera pas de trop. Question gameplay, Tekken se joue aux combos. Ce qui faisait la gloire des jeux de combats 2D, à savoir les coups spéciaux, semble avoir été mis de côté avec cette génération de jeux, qui prône désormais plus de réalisme. Ainsi les 4 touches du pad servent à chaque membre (coup de poing gauche/droite, coup de pied gauche/droite) et c'est à nous de trouver les meilleurs enchainements pour écraser ses adversaires. Mais gros défaut, lorsqu'on presse avant, notre perso bouge à pas de fourmis, ce qui rend le maniement super lourd et qui fait que généralement, on tape dans le vide. En plus il est impossible de se protéger lorsqu'on commence à prendre, ce qui fait qu'un adversaire comme Jack peut nous saper 2/3 de notre barre de vie en un seul combo. C'est assez rageant et c'est ce qui rend le jeu un peu ardu. Tekken se caractérise aussi par d'autres petites options comme le fait de choisir entre 4 angles de vue (en pressant Select mais ça ne sert à rien, l'angle idéal étant celui d'origine), les terrains de jeu ne sont pas limités (en fait ils tournent en boucle) ou encore le fait qu'on puisse rester au sol pour mieux surprendre son ennemi (on peut aussi frapper un gars à terre, même si c'est pas bien joli niveau éthique). Techniquement il n'y a bien entendu aucun miracle. On parle d'un jeu de 1994 qui est sorti sur une PlayStation au tout début de sa vie. Les personnages, même s'ils sont bien animés, restent malgré tout sacrément raides et tout cubiques. Les décors sont sommaires au possible et il n'y aura pas grand-chose d'attrayant à se mettre sous la rétine. Tekken subit durement le poids de son âge, ce qu'un jeu 2D encaisse mieux. Dernier point le son, avec des voix pas mauvaises et de bons bruitages. Par contre chez Namco il n'y a jamais eu de bons musiciens (ça se saurait), donc qu'on sélectionne les musiques originales ou les remixes, vous tomberez toujours sur des compositions banales voire nulle à chier (à 2 exceptions près).



En l'espace Note
de 2 ans, Tekken est devenue la 3e grosse licence de la baston en 3D. Pris à la louche nous avons Virtua Fighter, Tekken, Toshinden et quelques temps plus tard il y aura Dead or Alive, sans doute le plus réussi de tous (faut dire aussi qu'il arrive en dernier). Tekken est globalement réussi mais on fustigera des musiques franchement bof-bof et surtout, une jouabilité pas tellement adaptée. Malgré tout, Tekken reste une licence forte, plus sur la gamme PlayStation que sur Arcade et ce premier opus aura marqué son temps, notamment parce qu'il est le tout premier "million seller" de la tout récente console 32-bits de Sony. Un départ sur les chapeaux de roues qui confortera la série tout au long de sa carrière.



A savoir : cliquez pour ouvrir


Test réalisé par iiYama

mars 2010