Samuraï Deeper Kyo (PSX)

 







Développement scénaristique
Jouabilité & GamePlay
L'image
Le son
Note générale


Sortie du jeu : décembre 2002
Développeur : Bandaï
Editeur : Bandaï
Genre : combats

Support : 1 CD
Version testée : Japonaise
Voix dans le jeu : JAP
Textes à l'écran : JAP
Difficulté :
Multi-joueurs : 2 joueurs simultanément



Les sites partenaires :





_________________________________

Pages vues (depuis avril 2016)




Visiteurs uniques (depuis avril 2016)

Samuraï Deeper
Kyo






Grand spécialiste des adaptations ratées de superbes Mangas, Bandaï nous propose ici et une fois de plus, une licence bâclée. Après des Dragon Ball Z minables, des Ranma 1/2 tout juste passables, voici un autre jeu qui a souffert du peu de compétences des programmeurs de la société Japonaise au carré rouge. A la base Samuraï deeper Kyo est un Manga assez typique, parlant en gros de Ronins, voleurs et autres Samouraïs. Très inspiré d'un de mes Mangas préférés (Ninja Scroll), l'ambiance est propice à un bon jeu d'aventure. Mais Bandaï adaptant n'importe comment ses licences, c'est donc un mauvais jeu de baston 2D qu'on nous livre ici. Pourtant l'intro, un Manga durant bien bon 5 minutes et d'excellente qualité, met rapidement l'eau à la bouche. Mais ça retombe vite. D'accord le jeu est très scénarisé (d'ailleurs le scénario inspiré du Manga est sympa) avec pas mal de textes et de voix Jap du plus bel effet. Malheureusement, ces sortes de cut-scènes sont trop longues et le peu de -feu- acquis lors de médiocres combats, retombe instantanément. Les décors sont assez colorés et finement dessinés, bien ancrés dans l'esprit Japon médiéval. C'est même le point fort du jeu avec l'intro. Malheureusement, si les persos ont pour certain un grand charisme, ils ne se fondent absolument pas avec ces derniers. Ca ressemble à un mauvais film tourné sur fond bleu... C'est minable. Et c'est pas une animation mal décomposée, qui rattrapera le tout. Aucune fluidité ! Même la maniabilité est pourrie avec seulement 4 boutons qui servent dont 2 pour les coups spéciaux (oui oui sans combinaison). Ca limite les manoeuvres d'attaques ! En plus les persos ne sont pas du tout réactifs et ça, pour un jeu de baston, ça pardonne pas. Prévu pour nous livrer 21 persos jouables, il n'en reste finalement que 9 et c'est particulièrement maigre face à un Street Fighter Alpha 3 qui en propose 25. Lors des combats une sorte de "Striker" s'en mêle, histoire d'étoffer un peu une action assez molle. Repiqué de King of Fighters, la mise en oeuvre est juste potable.
Bandaï a encore achevé un travail formidable sur cette adaptation
Pour en finir avec le tableau noir : le son. Musiques Nippones sans intérêt et bruitages tout juste passables. En plus, le jeu est trop facile puisqu'il suffit de marteler son pad comme un bourrin pour gagner, l'IA au raz des pâquerettes y étant sans doute pour quelque chose. C'est vraiment navrant. En fait notre Samuraï deeper Kyo n'est même pas digne d'être comparé ne serait-ce qu'à l'ombre d'un Samuraï Shodown, donc il s'inspire lamentablement. Le meilleur du jeu, c'est l'intro et encore, c'est bien parce que c'est PAS Bandaï qui l'a faite. D'ailleurs je m'étonne que l'éditeur nous fasse un jeu PSX alors que la PlayStation 2 a déjà deux ans. Prévu pour sortir sur le marché Européen et être adapté sur GBA, ce jeu a tellement fait un bide dans l'archipel Nippon que finalement, il ne quitta jamais le territoire ni son support d'origine. A bon entendeur...

Test réalisé par iiYama
mars 2006