Ridge Racer (PSX)

 








Développement scénaristique
Jouabilité & Gameplay
L'image
Le son
Note générale


Sortie du jeu : septembre 1995
Développeur : Namco
Adaptation : Namco
Editeur : Namco
Genre : courses

Support : 1 CD
Version testée : Française
Voix dans le jeu : US
Textes à l'écran : US

Difficulté :
Multi-joueurs : 2 joueurs en Link
Abréviation : RR
Prix au lancement : 350Frs
Score des ventes : 800.000


Aussi disponible sur :




Les sites partenaires :





_________________________________

Pages vues (depuis avril 2016)




Visiteurs uniques (depuis avril 2016)

Ridge Racer








Sorti en décembre 1994,
Le jeu est exactement comme sur System22. C'est le luxe d'avoir l'Arcade à la maison
lors de la sortie japonaise de la console, Ridge Racer est un jeu culte. Issu de l'Arcade et adapté du fameux System22, Ridge Racer sur PSX se paye le luxe d'être à l'identique de l'original, voire même d'être meilleur. Meilleur car il propose plus de véhicules et plus de circuits. Le jeu charge en une seule fois tout ce dont il a besoin (comme Tomb Raider qui charge une fois par niveau) et pour faire patienter, Namco nous propose une petite partie de Galaxian. Si on réussit à détruire toutes les aliens à l'écran, on débloque alors tous les véhicules du jeu, qui passent de 4 à 12. Autant dire qu'ainsi, chacun trouvera le véhicule qui convient le mieux à sa conduite, soit en "drift" ou en "grip" (dérapage ou tenu de route). Véritable instigateur du style, le drift (technique de glisse) est l'arme ultime pour arriver premier. Ainsi il est préférable de prendre une voiture ayant une bonne accélération et de drifter à fond plutôt qu'une voiture qui roule vite mais accélère mollement et tient la route. Encore que, au début je jouais en grip avant de comprendre que le drift est à la fois plus stylé et plus efficace. Proposant un seul niveau plus ou moins ouvert (le niveau de difficulté le plus élevé ouvre une partie de la piste et offre la vitesse max), qu'on pourra aussi faire en mode reverse. Ainsi on peut dire que le jeu propose 4 levels (easy et hard en mode normal ou reverse) plus un mode Time Trial. En Time Trial on affronte un seul adversaire, plutôt hargneux. Une fois qu'on remporte le 1er prix de chaque niveau, on pourra affronter la Diablo, l'adversaire ultime. Véritable galère à battre, le pilote se moque littéralement de nous en nous attendant au bord de la route. Mais si on arrive à finir premier, prouvant ainsi qu'on excelle dans l'art du pilotage, on pourra piloter ce monstre aux caractéristiques énormes sur n'importe quel circuit. Et autant dire que celle-ci arrache grave ! Avec la Diablo, il est presque impossible de perdre une course. Sur la question de la jouabilité, même si on a troqué le volant à retour de force de l'Arcade pour le pad PSX, le jeu garde sa souplesse, sa nervosité, sa précision et son fun.


Paru chez nous en 1995,
La musique est merdique ? Pas grave, mettez votre CD !
au line-up de la console européenne, il faut avoir une certaine humilité envers ce dinosaure de la 3D. Faut dire qu'avant lui, il n'y avait que Virtua Racing. Ridge Racer est donc le premier jeu de course en Gouraud shading (textures mappées) et il faut le reconnaître, à sa sortie le jeu impressionnait ! Je me rappelle encore de mes premiers tours de pistes : j'avais les yeux écarquillés ! Ridge Racer fut une révolution, à l'image de son support, car les jeux ont fait un véritable bond en avant en passant des 16-bits et leur 2D aux 32-bits et leur 3D texturées gérées en temps réel. Et c'est depuis cette époque que Sony et Namco ont fait ami-ami (l'hardware PSX et System22 étant très proches) et les Ridge Racer ont depuis accompagnés toute les nouvelles consoles de la marque (la preuve avec Ridge Racer 7 qui a accompagnée la sortie de la PS3). Beau et très rapide (faut se remettre dans le contexte du milieu des années 90), l'animation est en plus très fluide, le moteur 3D fonctionnant à la perfection. Bien sûr comme tout jeu, Ridge Racer n'est pas parfait. Par exemple, on aura beau jouer avec la plus puissante voiture du lot, celle qui a les plus fortes accélérations comme la Diablo, et bien au démarrage tous les concurrents vous mettrons un vent, même les voitures les plus lentes ! C'est du n'importe quoi... L'affichage a tendance à avoir la tremblote et les plus gros sprites comme les immeubles ou les ponts, s'affichent tardivement (pop-up). Autre erreur de taille, on ne peut jouer à 2 qu'en link, ce qui nécessite 2 consoles, 2 jeux et 2 TV. Ce n'est clairement pas pratique, c'est encombrant et finalement coûteux. Enfin le son est complètement pourri ! Le bruitage moteur (le même pour toutes les voitures) fait un vulgaire bruit d'aspirateur ayant le sac plein et les musiques, véritables chiasse dégoulinante d'Electro, oscillant entre de la House très très bas-de-gamme et le HardCore sado-maso (lors des replay), on aura vite fait de couper les pistes ou... de mettre un CD audio. En effet le jeu chargeant toutes les données au lancement, on peut sortir le CD de Ridge Racer pour mettre par exemple celui d'un WipEout 2097 autrement plus class' en terme de compositions.



On pourrait trouver Note
des dizaines de défauts à ce premier blockbuster de la PlayStation mais Ridge Racer est sans doute le jeu qui a lancé la console (avec Toshinden). C'est un jeu magique, le premier qui a rapproché l'Arcade de la maison avec autant de rigueur. Ridge Racer est donc un jeu culte auquel je voudrais rendre hommage et même s'il est totalement obsolète aujourd'hui, il garde une très forte emprunte auprès des joueurs ayant connus cette superbe époque. Je voudrais conclure en disant que quitte à jouer à Ridge Racer, on peut aussi l'approcher via la Hi-Spec Demo, une version refaite avec le moteur de Ridge Racer Type 4, livré en bundle avec ce dernier. On y trouve une version améliorée et infiniment plus belle. Mais tout de même, Ridge Racer aura su marquer son temps comme peu de jeux y sont arrivés avant, comme après lui. Du grand Namco, de la grande PlayStation...



Test réalisé par iiYama

décembre 2007