Rapid Reload (PSX)

 








Développement scénaristique
Jouabilité & Gameplay
L'image
Le son
Note générale


Sortie du jeu : avril 1995
Développeur : Media Vision
Editeur : Sony Computer
Genre : action

Support : 1 CD
Version testée : Américaine
Voix dans le jeu :
Textes à l'écran : US

Difficulté :
Multi-joueurs : 2 joueurs simultanément
Titre alternatif : Gunners Heaven (JAP)
Prix au lancement : 350Frs


Aussi disponible sur :








Les sites partenaires :





_________________________________

Pages vues (depuis avril 2016)




Visiteurs uniques (depuis avril 2016)

Rapid Reload








Et dire qu'il y a
On jurerait un jeu Neo-Geo.
La classe : )
des joueurs qui jouent à des merdes type Re-Loaded alors que des bombes comme celle-ci ont vu le jour. Et dire qu'il y a des gens qui ont préférés acheter un mauvais jeu plutôt qu'un bon. Media Vision est une petite boite de production connue pour la série des Wild Arms, dont le premier épisode parut en 1998 sur PSOne, et le 4e (et dernier en date) est sorti en novembre 2006 sur PS2. Mais avant d'être un créateur de jeux de rôles, Media Vision a sorti un jeu d'action dans la droite lignée des titres Neo-Geo comme Top Hunter ou Metal Slug. Très proche aussi d'un certain Gunstar Heroes, jeu mythique de la Mega Drive, Rapid Reload se pare d'une réalisation proche d'une console 16-bits mais pas n'importe laquelle : une réalisation très proche de la Rolls des machines, j'ai nommé la Neo-Geo. Pour ainsi dire inexistant, le scénario type betterave sur lit de crevette se résume en une phrase : un duo de clampins a décidé de faire des siennes et vous, un autre duo, décidez de les arrêter. L'intro, à base d'images fixes, ne présente en rien la trame et lors des coupures inter-levels, c'est encore des images fixes avec quelques lignes de dialogues auquel on aura droit. Autant le dire tout de suite, la puissance de la PlayStation et son support CD, n'ont pas servie à grand chose... Si je compare ce jeu à un titre Neo-Geo c'est pour bien des raisons, à commencer par sa jouabilité hyper nerveuse. Le personnage répond aux doigts et aux... doigts (!) et même lorsque l'action est fournie, elle n'est jamais mise à mal. Niveau gameplay, on prend Gunstar Heroes et on améliore 2~3 petits trucs. Vous avez le choix entre 2 personnages (un gars, une fille, chouchou, loulou) qui auront pour seule différence, des armes qui varient légèrement. En parlant d'armes, elles sont au nombre de 4, sélectionnables à tout moment et upgradables via un système de -power-. En fait le -power- est une sorte de compteur qui descend sans cesse, et chaque ennemi abattu libèrera un item permettant de remonter cette jauge dans son implacable fatalité. Au minimum (lorsque le compteur est à zéro), vos armes sont faibles. Sous l'effet du -power- (au delà de 1) elles envoient nettement plus.




Enfin vous disposerez
Gampelay explosif et gros fun en vue. Dommage que la difficulté soit si pénible
aussi d'un rare item nommé -boost- qui vous fournira la puissance max (soit 100) aux 4 armes. Côté différences, nous avons donc le simple tir, le choc électrique à tête chercheuse (parfait pour les niveaux), le tir au plasma et enfin, les boules de feu (ou lance-flammes pour la fille, parfait pour les boss). Notre personnage est agile, saute dans tous les sens, arrose copieusement l'adversité et peut même s'agripper aux plate-formes via un grappin. Nous disposons de 9 crédits pour finir l'aventure mais si on perd (car il n'y a pas de vies, juste une jauge de santé), on recommence au dernier check-point franchi. Lorsqu'on se bat contre un boss et qu'il nous met la tanné, c'est rageant de devoir recommencer. D'autant que la difficulté est assez élevée et qu'il n'y aucun système de sauvegarde via la Memory Card. Un peu dommage tout ça... Quand je dis que techniquement, Rapid Reload ressemble à de la Neo-Geo, je ne blague pas. Dépassant rarement les 4096 couleurs comme la 16-bits de SNK, le jeu n'en est pas moins beau et coloré. Entièrement en 2D, parfois sur plusieurs niveaux (parallaxes), le titre offre des décors aux tons chatoyants, avec une finesse graphique très appréciable. L'animation est généralement impeccable. Malgré des dizaines de sprites à l'écran, des boss (au moins 3 par level) imposants et moult effets mode7 (notamment zooms et rotations) la PlayStation s'en sort avec les honneurs. La fluidité est donc de mise. Je sais pas si c'est le cas en 50hz (mon jeu est américain donc 60hz) mais en tout cas chez moi, j'ai trouvé le tout hyper fluide, ce qui est la moindre des choses pour une console 32-bits qui nous délivre une image 2D (voilà aussi pourquoi je rage sur presque toutes les adaptations de jeux SNK, car elles sont rarement à la hauteur des performances de la console... la preuve ici que la PSX peut le faire !). Les musiques sont typiques de ce qu'on peut entendre sur une console 16-bits à lecteur CD (comme la Neo-Geo CD, le Mega-CD ou le Super-CD²). Hyper rythmées, elles donnent bien le ton d'une action survoltée mais ne laissent pas une trace indélébile. A base de mélodies trop basiques et d'une rythmique plus que classique, elles sont agréables mais auraient pu être nettement meilleures. Une bande-son de jeu 16-bits sur CD quoi. Il n'y a pour ainsi dire aucune voix dans le jeu et les bruitages sont à contrario, de bonne qualité : explosions, tirs, crépitements, entre-chocs métalliques... tout est bon.



Nommé Note
Gunners Heaven au Japon, Rapid Reload est un excellent jeu d'action 2D comme les 16-bits ont si bien su nous abreuver. Jouabilité nerveuse, gameplay simple et efficace, musiques rythmées, graphismes colorés... il n'y a globalement rien à redire. On râlera un peu sur une difficulté élevée, un manque d'exploitation du support CD pour la mise en scène (on aurait tant aimé des vidéos) ou le manque de système de "save" mais rien de grave. En tout cas ça n'empêche en rien de s'éclater avec ce petit bijou "old school" très emprunté à l'univers Neo-Geo. Comme quoi, même en 2006, ma petite PSOne sait encore me surprendre.



Test réalisé par iiYama

novembre 2006 (mise à jour : aout 2015)