R-TYPE Delta (PSX)

 








Développement scénaristique
Jouabilité & Gameplay
L'image
Le son
Note générale


Sortie du jeu : juillet 1999
Développeur : Irem
Editeur : Agetec
Genre : shoot-them-up

Support : 1 CD
Version testée : Japonaise
Voix dans le jeu :
Textes à l'écran : US/JAP

Difficulté :
Multi-joueurs : non
Prix au lancement : 350Frs







Les sites partenaires :





_________________________________

Pages vues (depuis avril 2016)




Visiteurs uniques (depuis avril 2016)

R-TYPE Delta








R-TYPE et moi,
La réalisation est de très bonne facture
c'est une longue histoire d'amour (toute proportion gardée). J'ai eu la plupart des versions : le premier opus sur Game Boy, Master System (on se moque pas !), Super Nintendo et PC-Engine. Puis j'ai le III sur Super Nintendo et GBA, j'ai carrément craqué pour l'épisode LEO sur Arcade et plus récemment, j'ai eu l'excellent Final sur PS2. En gros il ne me manquait que celui-ci. Mais comme Thunder Force V, j'ai eu peur que le passage à la 3D gâche un peu le jeu. Verdict. Après une intro vraiment trop courte pour rentrer dans le bain et qui n'explique pas du tout le scénario (même s'il est d'un classique affligeant) on tombe sur un shoot à scroll horizontal avec environnement graphique tout 3D. Il est d'ailleurs à noter que cet épisode Delta, qui est exclusif à la première PlayStation, est aussi le tout premier opus à être réalisé en 3D. La 3D dans un R-TYPE ça surprend (je suis habitué à R-TYPE III alors...) mais on s'y habitue vite surtout que la 3D permet d'obtenir quelques effets que la 2D ne peut pas offrir : quelques passages en rase-motte, quelques effets de caméra, etc... Après avoir choisi son appareil (3 différents plus un 4e déblocable, ce choix influera sur la vitesse et l'armement du vaisseau comme dans R-TYPE III) on entre dans le vif du sujet. Disons-le tout de suite, Delta n'est pas le plus beau jeu que j'ai vu sur PSX, on en est même loin. Mais les graphismes restent tout de même agréables, malgré un manque de couleurs cher à à la console (j'ai jamais compris pourquoi certains jeux étaient si fades en couleurs alors que la machine peut en afficher 16 Millions...). Mais tout n'est pas noir, on a de beaux effets d'explosions, de superbes chutes d'eau, des gerbes d'étincelles... au moins les effets apportent un peu de lumière !


Dans cet épisode
Le jeu n'est pas aussi difficile qu'on pourrait le penser... une bien bonne nouvelle
on est parfois confronté à des boss qui traversent tout le décor en profondeur (comme au premier level) pour nous péter la gueule. Du coup l'effet de zoom est ahurissant et on en reste les yeux tout écarquillés ! En parlant de boss, même lorsqu'ils ne font pas d'acrobaties, ils imposent par leurs tailles énormes. Très bien modélisés et avec des tirs au laser prenant parfois les 3/4 de l'écran, faut faire gaffe, ça chauffe pour nos miches et devant ces géants on a tendance à se faire petits. De son côté, l'animation est vraiment impeccable (c'est ce qui remonte la "note image"). Le tout reste détaillé et fluide avec des mouvements superbement décomposés. Félicitations à Irem car pour une fois le spécialiste du ralentissement (je sais de quoi je parle) nous honore d'une réalisation impeccable. Pour parler de la jouabilité, je me plais à toujours jouer avec l'appareil standard (le R9) et du coup l'armement est le même depuis le premier R-TYPE paru sur Arcade en 1987. Globalement la maniabilité est classique pour ce type de jeux, fluide (pour slalomer entre les tirs ennemis) et précise (pour pas manger un truc qui passe pendant un slalom raté). On a même droit à une mega-bombe auto-rechargeable pour les instants critiques. L'idée, pompée de bien d'autres jeux, est sympa et surtout... ça aide ! Pour un R-TYPE j'ai trouvé la difficulté plutôt raisonnable (en easy). J'entends par là que Super R-TYPE était une horreur de difficulté et que R-TYPE III était encore pire (on peinait à arriver au niveau 3). Mais celui-ci est avant tout très impressionnant par des zones à grands dangers ou des boss colossaux. La difficulté est donc mieux dosée même s'il reste un soft généralement ardu. Pour la bande-son, il n'y rien à redire. Les musiques, bien que classiques, sont plutôt rythmées et agréables, collant parfaitement à l'ambiance du jeu. Petit plus, elles changent selon l'environnement : la musique se modifie selon qu'on est dans l'eau, en l'air ou dans l'espace. C'est très sympa, une idée fraîche et bien réalisée. Les bruitages sont par contre assez communs.



S'il Note
est certain qu'on n'est pas en face du sympathique R-TYPE Final (mais après tout, on n'est pas sur PS2 non plus !) et encore moins du fabuleux R-TYPE Leo, il faut quand même reconnaitre bon nombre de qualité à ce R-TYPE Delta, qui est exclusif à la console de Sony. Le jeu est riche en situations dangereuses et impressionnantes, les boss imposent le respect, la 3D (pour la première fois dans la saga !) est bien gérée, c'est jouable et même si on trouve beaucoup de similitude avec R-TYPE III, cet épisode est l'un des meilleurs épisodes de la série. Une bonne surprise.



Test réalisé par iiYama

novembre 2005