Pandemonium 2 (PSX)

 








Note générale


Sortie du jeu : 1997
Développeur : Crystal Dynamics
Editeur : BMG interactive
Genre : plate-formes

Support : 1 CD
Version testée : Française
Voix dans le jeu : US
Textes à l'écran : FR

Difficulté :
Multi-joueurs : non
Titre alternatif : Miracle Jumpers
Prix au lancement : 350Frs


Aussi disponible sur :







Les sites partenaires :





_________________________________

Pages vues (depuis avril 2016)




Visiteurs uniques (depuis avril 2016)

Pandemonium 2








Si je me souviens bien,
L'intro est sympa, la réalisation est bonne et les effets de caméra sont saisissants mais...
le premier opus fut disponible au lancement de la console (line-up) et à contribué à l'essor de cette dernière. Proposant un jeu de plate-formes en rien original d'un point de vue du gameplay, c'est les graphismes tout en 3D qui viendront un peu révolutionner le genre. Pandemonium c'est donc un jeu de plate-formes au demeurant classique mais très différent d'un Super Mario 64 par exemple qui proposait un contrôle en totale liberté. Ici on est posé sur des "rails" comme dans un jeu 2D bien que tout l'environnement graphique soit polygoné. Il est évident que pour faire original, la caméra virevolte dans tous les sens afin d'offrir aux joueurs encore novice de "l'expérience 3D", des sensations fortes. Ce qui nous amène à parler aujourd'hui, de sa suite. Et je dois dire que le jeu m'a un peu déçu. L'intro est longue mais on est loin des standards de l'époque (Final Fantasy VII est sorti la même année et attention les yeux en matière de vidéos !), le gameplay n'a pas du tout évolué (ou si peu) et si les angles de vue (caméra) sont toujours aussi impressionnants, l'ensemble parait moins beau. C'est pixellisé, certains éléments du décor sont en 2D (ce qui ridicule) et si l'animation reste dynamique, les mouvements de nos 2 héros sont trop raides et quelques saccades de scrolling interviennent. On sent bien que le moteur 3D n'a pas changé d'un brin malgré un surchargement graphique, d'où quelques saturations.


Il y a toujours
... le jeu finit par lasser à cause de sa difficulté et je dirai même, de sa simplicité de gameplay
2 personnages sélectionnables : Nikki (la nana) et Fargus (le clown), lui-même accompagné de Jester, un sceptre parlant. Identiques dans le maniement, ce qui les différencie c'est que la fille possède un double-saut et le clown peut utiliser son bâton de bouffon, comme une massue. Par contre les 2 auront accès à un pouvoir type "boule de feu" grâce à un item. Je vais être franc, si ce type de jeux avait un réel intérêt sur consoles 8/16-bits, avec l'avènement de la 3D, je trouve que c'est un genre qui n'a plus sa place. Scénario bidon, aucune liberté, gameplay archaïque... bref à l'heure où le jeu vidéo prend un certain envol, avec des titres majeurs comme Ace Combat 2, Resident Evil, Oddworld ou Tomb Raider II (pour ne citer que ceux sortis la même année et encore je n'évoque pas les FPS comme Exhumed et GoldenEye), je trouve que ce type de jeux n'a plus vraiment de raison d'être, car il est bien trop limité. Il faut dire que Crystal Dynamics a voulu surfer sur une vague en perte de vitesse, voulant rallier d'un côté les newbies friands de 3D spectaculaires (là ils seront servis) et d'un autre les joueurs plus old-school habitué à ce genre de titres. Il faut aussi mettre le doigt sur le fait que Crystal Dynamics est connu de la scène PSOne pour avoir créer les Legacy of Kain et autre Gex (même si de nos jours, leur succès vient des superbes reboots de Tomb Raider).



La réalisation Note
me semble avoir perdue avec le temps puisque rien n'a vraiment évolué et le style jeu, propre aux consoles antérieures, n'a plus sa place dans un univers ludique de plus en plus riche. Pandemonium 2, sans être un mauvais jeu, lassera vite à cause de sa difficulté et de son manque d'innovation. Bien sûr le titre peut offrir quelques agréables heures de jeu parce qu'il reste coloré, jovial et plutôt maitrisé dans son propos, cependant il reste encore trop limité au niveau du gameplay (la faute à un personnage posé sur des rails et ce, malgré les recoins cachés et autres passages alternatifs de chaque map). Bref c'est un bon vieux jeux de plate-formes 8/16-bits avec une skin en 3D. Mais à l'heure des scénarios de plus en plus développés, des gameplays de folie et des graphismes qui tirent cette brave PlayStation vers le haut, je crains que ça ne suffise plus.



Test réalisé par iiYama

juillet 2006 (mise à jour : septembre 2014)