Daxter (PSP)

 








Développement scénaristique
Jouabilité & Gameplay
L'image
Le son
Note générale


Sortie du jeu : avril 2006
Développeur : Ready at Dawn Studios (Naughty Dog)
Editeur : Sony Computer
Genre : plate-formes

Support : 1 UMD
Version testée : Française
Voix dans le jeu : FR
Textes à l'écran : FR

Difficulté :
Multi-joueurs : 2 joueurs simultanément
Prix au lancement : 50€
Score des ventes : 4.2 Millions





Les sites partenaires :





_________________________________

Pages vues (depuis avril 2016)




Visiteurs uniques (depuis avril 2016)

Daxter









S 'il y a une série
Rien de mieux qu'un bon coup de Baygon pour lutter contre la vermine
qui aura plutôt bien marché sur PS2, c'est bien celle de Jak & Daxter. Personnellement, je n'ai testé que le premier épisode car bien souvent les suites ne valent pas l'opus original. Si depuis quelques temps la série est passée aux oubliettes sur consoles de salon, notamment parce que Naughty Dog s'occupe de la série des Uncharted sur PS3, Sony a licencié Ready at Dawn pour nous offrir un premier opus nomade. Et même si au passage on perd Jak (qui a de sérieux ennuis) et que l'équipe de développement n'est plus la même, force est de reconnaître qu'on retrouve bien l'ambiance et le charme de la série. Ainsi dans cet épisode original et exclusif à la PSP (une rumeur laissait entendre qu'une version PS2 était en chantier mais cette dernière n'a jamais aboutie), on joue Daxter le « beloutre » (croisement entre une belette et une loutre). Entre nous, je trouve que notre ami à poils courts ressemble plus à une mangouste que n'importe quel autre animal mais bon... Coincé dans une ville infestée de dangers alors qu'il recherche son ami Jak (apparemment emprisonné dans la prison d'Abriville), Daxter se fait engager en tant qu'exterminateur de parasites, par un homme du nom de Osmo. Au cours de l'aventure, Daxter découvre qu'une race de monstres insectoïdes nommés "Metal Bugs" détruit la ville pièce par pièce. Derrière ce scénario un peu bidon, Daxter (le jeu) se cale en parallèle de Jak II sorti sur PS2 en octobre 2003. La construction scénaristique n'est d'ailleurs pas des meilleures, mais elle convient au jeune public visé et comme c'était déjà le cas auparavant, l'humour ne manque pas. A base de blagasses vaseuses et de son air sûr de lui, Daxter enchaîne les phrases idiotes et les tournures d'esprit potaches, sans que ça gêne au charme du jeu. Question jouabilité, le problème se pose. On a le choix de jouer avec la croix de direction qui est d'un inconfort notoire (touches trop dures) ou au stick analogique, bien plus confortable mais aussi très imprécis. Et c'est vraiment dommage car c'est sur ce détail-là que Daxter lasse. En effet, certains passages demandent de la dextérité, de la précision, soit tout ce dont manque la maniabilité. Alors forcément on stresse. Etre rapide et précis sur PSP c'est presque impossible et donc on recommence encore et encore un passage au demeurant tout bête. Jak & Daxter sur PS2 nous avait déjà fait cet habile tour de passe-passe bien pénible, une autre façon de rallonger la durée de vie. En plus de ça, la caméra est très capricieuse. Réglable manuellement avec L et R, elle batifole dans tous les sens mais rarement dans le bon. Heureusement que dans ce jeu, on ne meurt jamais vraiment. Les checkpoints sont très nombreux et du coup on reprend l'aventure quelques pas plus loin. Une bonne idée pour faciliter l'aventure mais il reste quand même quelques passages bien coton.


Loin d'être
Certains passages sont pénibles à franchir, même si au fond le jeu n'est pas difficile
original puisque reprit des épisodes précédents, on aura quelques passages à mobylette volante, qui sont loin d'être une promenade de santé. Encore une fois la caméra fait ce quelle veut, le contrôle est imprécis, la mobylette est peu jouable et du coup on aura tendance à perdre la mission avec l'obligation de recommencer. Pire, certaines épreuves sont carrément chiantes comme cette machine qu'il faut réparer dans les sous-sols du bar (niveau 2). Pour ce faire, on a une sorte de séquence façon Dancing Stage où il faut appuyer sur les bons boutons dans le timing imparti. Plus dur qu'il n'y parait car les 4 touches de la croix plus les 4 boutons d'action sont requis et on s'emmêle vite les pinceaux. Pour ce qui est du gameplay, il a été simplifié au maximum. Un bouton de saut, un bouton de tir, de temps en temps une arme/gadget secondaire en plus et c'est tout. Alternant des phases de plate-formes et de quasi beat-them-all, le jeu est assez linéaire. Autrement dit le gameplay est sommaire, on court quasiment droit devant, cloisonné dans un couloir même pas maquillé et qui nous impose en plus quelques murs invisibles. Ainsi il faut le faire exprès pour se perdre. Mais il y a aussi de bons côtés, contrairement à ce que je laisse penser (ben oui, quand même). Chaque niveau regorge de passages secrets où les "Orbes Précurseurs" sont à récolter, et si le gameplay se résume en 2 lignes et que le jouabilité est loin d'être au top, il faut reconnaître qu'on s'amuse bien (sauf lorsqu'on refait 20 fois le même passage ou qu'on bute sur le même piège débile). Nous avons aussi les rêves de Daxter où par exemple il se prend pour Neo, dans une phase de jeu tout en QTEs et où il faut aligner les méchants. Ça c'est original et le clin d'oeil prête à sourire. Techniquement on peut le dire, c'est une réussite. Si la PSP peut mieux faire, je suis le premier à dire que graphiquement c'est beau. C'est coloré, plutôt bien animé et nous avons un très joli rendu "des pilosités" (cheveux, barbe, poils de Daxter). Les niveaux sont bien agencés, le design est sympa et reprennent le côté urbain de Jak II plutôt que les grands environnements ouverts et verdoyants de Jak & Daxter. Seuls défauts : quelques inexplicables ralentissements surviennent et on observe un gros aliasing... la maladie des consoles Sony. Enfin le son est plus mitigé. Si on constate une totale désynchro labiale, on félicitera par contre les développeurs d'avoir doublé le jeu dans notre belle langue. Désynchro peut-être mais c'est toujours plus agréable que de lire des sous-titres. Les bruitages sont dans le ton et les musiques accompagnent bien le jeu, bien qu'elles ne seront jamais vraiment mélodieuses ou exaltantes. Et bien voilà, le tour du proprio est fait.



Avec Daxter, Note
Ready at Dawn (un studio créé par d'anciens de Naughty Dog) a su reprendre avec panache le flambeau de la série et nous livre un spin-off de Jak & Daxter assez sympa. Honnêtement, je rechigne sur 4 points principaux. Tout d'abord la caméra est pénible, jamais dans le bon axe (même si elle est réglable manuellement) et la jouabilité est horriblement imprécise. Ensuite certains passages sont stressants, crispants, en nous imposant des épreuves gonflantes et enfin les musiques auraient clairement gagner à être de meilleure qualité. Hormis ça, Daxter est un bon jeu de plate-formes, prenant et sérieusement beau. Mais je serais franc avec vous, il est clairement destiné aux plus jeunes car le public adulte risque de décrocher assez vite.



Test réalisé par iiYama

janvier 2009