After Burner: Black Falcon (PSP)

 








Développement scénaristique
Jouabilité & Gameplay
L'image
Le son
Note générale


Sortie du jeu : mars 2007
Développeur : Planet Moon
Editeur : SEGA
Genre : combats aériens / shoot-them-up

Support : 1 UMD
Version testée : Française
Voix dans le jeu : -
Textes à l'écran : FR

Difficulté :
Multi-joueurs : 8 joueurs online
Abréviation : AF BF
Prix au lancement : 40€



Les sites partenaires :





_________________________________

Pages vues (depuis avril 2016)




Visiteurs uniques (depuis avril 2016)

After Burner

Black Falcon


Depuis sa sortie sur
Loin d'un Ace Combat X, After Burner reprend l'arriéré gameplay de ses ancêtres
Arcade en 1987, After Burner possède son lot de fidèles, fidèles chaque fois déçus lorsqu'un nouvel opus sort au grand jour. SEGA, détenteur des droits et conscient du phénomène, se risque une nouvelle fois à adapter son jeu phare. Après la Master System, la PC-Engine, la MSX, la Mega Drive, le Mega-CD, la 32X et la PS2, voici enfin la version PSP. Mais loin du simple portage à la va vite comme c'était le cas jusqu'ici, After Burner : Black Falcon joue sur d'autres plans, avec plus ou moins de succès. On reprend donc le concept de base de la licence et on y ajoute les parcelles d'un Ace Combat X. Le résultat donne un shoot-them-up Arcade et nerveux mais qui bride la liberté de mouvements, faisant de lui ce qu'il est, plutôt qu'un jeu de combats aériens à part entière (et donc, plutôt ouvert). Dans le détail, on pilote son appareil (avec l'argent accumulé lors des missions on peut en acheter d'autres, changer la couleur et améliorer l'armement) dans un couloir comme dans l'original et on ne pourra en aucun cas revenir sur une cible manquée. On pourra toujours faire les fameux loopings d'évitements si chers à la série, on pourra ralentir/accélérer, tirer à la sulfateuse et enfin il y a 2 types de missiles (air-sol et air-air). Tout ça procure des sensations immédiates, une action explosive et si jamais on rate sa cible au premier passage, le jeu prévoit que vous fassiez, après ravitaillement, un deuxième tour du propriétaire. Avec ça nous avons de jolis briefings, les missions évoluent au fil des niveaux (nouvelles cibles à détruire impérativement) et même si le gameplay évolue finalement peu (ça reste un After Burner II joliment maquillé), on rentre vite dans l'ambiance.


Seulement,
Rien à dire, c'est beau ! La réalisation est bien son seul atout du jeu
une fois de plus, les choix n'ont pas étés les plus judicieux. Le premier est sans doute le pire, c'est d'imposer cette saleté de stick analogique pour le contrôle de l'appareil alors qu'il est d'un inconfort et d'une imprécision abominable ! C'est d'ailleurs à cause de lui que vous perdrez la majeure partie de vos vies, en rentrant bêtement dans une montagne ! Pourquoi est-ce-qu'on ne peut pas jouer avec la croix numérique ? Après tout les 3 premiers Ace Combat sur PSX se jouaient de cette façon et on s'en sortait très bien. Autre boulette, hormis le côté irréaliste du jeu puisqu'aucun avion ne peut pas porter 50 missiles sous ses ailes, c'est d'être enfermé dans un "couloir aérien" bien défini. Ainsi on reste dans l'esprit Arcade de la série mais ça bride toute évolution du gameplay. C'est dommage, car avec une telle réalisation, il aurait pu concurrencer Namco sur un terrain où il est le maître. Car oui, la réalisation tient le pavé haut. Les bruitages sont explosifs, réalistes et les musiques, véritables morceaux Rock pur et dur, collent parfaitement à l'ambiance Top Gun qui règne sur dans le titre. Mais c'est quand même au niveau de l'image que Black Falcon impressionne le plus. Le scrolling est rapide, les décors sont somptueusement modélisés, le moteur 3D marche à l'éther (quasiment aucun bug), on peut donc le dire, les développeurs ont fait de leur mieux et ça se voit. D'ailleurs, c'est bien la première fois qu'on voit un After Burner agrémenté d'un véritable scénario (bien qu'il ne soit que moyennement développé et que l'intro soit une horreur).



Moins décevant Note
qu'il n'y parait et malgré une certaine lassitude redondante à la série à cause de levels tous construits sur un même modèle, j'ai trouvé en ce dernier opus des After Burner un remake d'After Burner II fort sympathique (en attendant le puissant Climax sur Xbox 360 et PS3). En évitant à sa série de virer de bord, en passant de shoot à combats aériens, SEGA conserve l'esprit original de la série mais subit de lourdes critiques puisque depuis 1987, le concept n'évolue pas. C'est un peu dommage car la réalisation, tant sonore que graphique, est réellement bonne. Au final, pour le fan de la série que je suis, je ne regretterai de Black Falcon qu'une jouabilité exclusive au stick alors que tout le monde le sait, le stick PSP est minable ! Le jeu aurait eu une meilleure note si les options proposaient de jouer à la croix et s'il était un peu moins difficile. Encore une aberration dont SEGA nous gratifie...



Test réalisé par iiYama

août 2007