God of War III Remastered (PS4) -- GRAVITORBOX

 


Cliquez pour agrandir



Développement scénaristique
Jouabilité & Gameplay
L'image
Le son
Note générale


Sortie du jeu : juillet 2015
Développeur : SCE Santa Monica Studio
Remasterisation : SCE Santa Monica Studio - Wholesale Algorithm
Editeur : Sony Computer Entertainment
Genre : beat-them-all

Version testée : Française
Doublage : FR
Textes à l'écran : FR

Support : 1 Blu-Ray
Espace disque nécessaire : 42Go (install) + quelques Mo (MAJ)
Version logicielle : 1.01

Optimisation PS4 Pro : non
Définition HD : 1080p
Framerate annoncé : 60 fps
Compatible 3D : non
Compatible VR : non
Remote Play PS4/Vita : non

Difficulté :
Temps de jeu : 12 heures
Compatible PS Move : non
Multi-joueurs : non
Abréviation : GoW III - GOW 3 - GOW 3R
Prix au lancement : 40€
Score des ventes : 830.000 (PS4) + 4,8 Millions (PS3)


Aussi disponible sur :








Les sites partenaires :












_________________________________


Pages vues (depuis avril 2016)




Visiteurs uniques (depuis avril 2016)

God of War III

Remastered



Si la
God of War III signe l'épilogue d'une superbe trilogie mais...
branche de Sony Computer est passée de SCE (Sony Computer Entertainment) à SIE (Sony Interactive Entertainment, suite à la fusion le 1er avril 2016 de Sony Computer Entertainment et Sony Network Entertainment), de son côté Santa Monica Studio a toujours appartenu au géant japonais. Basé à Santa Monica justement (une ville côtière à l'ouest de Los Angeles), le studio s'est fait connaitre avec la sortie de Kinetica sur PS2, leur tout premier jeu, un titre qui louchait un peu sur wipEout et autres jeux futuristes tels que Extreme-G. Cependant, c'est bien en 2005 que le studio marqua à jamais les mémoires, avec la sortie du premier God of War. La suite on la connait, la très bonne audience des premières aventures de Kratos a entrainé un second et génialissime épisode qui a vu le jour 2 ans plus tard, son succès fut inestimable, ce qui incita Sony à sortir son plus beau chéquier afin d'offrir 2 spin-offs à la PSP (développé par Ready at Dawn), un très bon remaster des 2 premiers opus (développé par Bluepoint Games) sur PS3, mais aussi et surtout un budget de développement assez faramineux s'élevant à 35 Millions de Dollars, afin que Santa Monica puisse développer le God of War de toutes les folies. Et le résultat fut là : unanimement acclamé par la presse et les joueurs, God of War III fut un véritable tour de force technique tant la maitrise de la PS3 fut impressionnante, donnant ainsi une très belle clôture des aventures olympiennes de Kratos, ce personnage à la rage intarissable.



Santa Monica, le bienfaiteur des petits studios


Ce qu'on
... il est vraiment dommage qu'aucune vidéo bonus ne vienne résumer les 2 premiers opus. Si on ne les connait pas, les tenants et aboutissants risquent d'être flous
sait peut-être moins, c'est que Santa Monica Studio possède également une branche de développement externe à laquelle elle apporte des fonds et un soutien, pour une large variété de jeux. Cette branche gère également un programme qui finance et héberge des développeurs indépendants, incluant notamment thatgamecompany, Q Games, Blue Point Games, Ready at Dawn ou encore Giant Sparrow. Et oui, si des séries ou des jeux plus ou moins mémorables tels que les PixelJunk, Flower, Warhawk, The Unfinished Swan, The Order 1886 ou encore Journey sont nés, c'est en parti grâce à Santa Monica Studio ! En 2015 la saga des God of War est devenue un incontournable de la marque PlayStation (au même titre que les Uncharted ou les Gran Turismo) et elle a désormais 10 ans, ainsi quoi de mieux pour fêter ça qu'un bon petit remaster de l'excellent 3e opus ? Oui, c'est vrai, on aurait préféré avoir la trilogie au complet, ou mieux encore l'hexalogie (comprenant les épisodes Chains of Olympus, Ghost of Sparta et Ascension) mais là, fallait pas rêver, d'autant que les épisodes PS2 et PSP auraient bien mal à donner le change sur PS4. Au final seul l'épisode 3, véritable fer-de-lance d'une PS3 au maximum de ses performances, est ici proposé. Oui, c'est un peu maigre et la plus-value s'avère tout aussi rachitique : désormais le jeu s'affiche en 1080p avec des textures améliorées, avec en plus un mode photo. Le 60 fps ? Et bien sachez que la version PS3 était déjà en 60 fps, avec en plus un framerate très stable et une réalisation particulièrement propre, donc ce nouvel achat ne se fera pas pour des raisons de fluidité.



Remaster un jour, remaster toujours


Avec son
La mise en scènes est oufesque !!! Le scénario, lui, est moins rutilant
budget de développement assez colossal (rarement les développements, même les plus gros AAA, atteignent une telle somme, surtout en 2010 et sur la génération PS3... c'est un peu différent aujourd'hui), on peut comprendre que Sony voulait aussi capitaliser sur son investissement (bien que la version PS3 se soit particulièrement bien vendue). Les remasters ont clairement le vent en poupe, il en sort de partout et sur tous les supports, ce qui peut indiquer que les développeurs sont en panne d'idées, que les joueurs sont friands de versions améliorées de jeux au CV déjà rutilant ou encore que c'est une belle occasion de jouer, sur sa nouvelle console, à des hits auxquels on aurait pas toucher. Moi même, je n'ai jamais joué à The Last of Us sur PS3 et je me suis régalé de le découvrir sur PS4. De même j'ai eu beau apprécié les Uncharted originaux, ou les 2 épisodes de Metro sur PC, c'est bien sur PS4 que je possède la trilogie d'un côté, et la duologie Redux de l'autre. Bref, il ne faut pas toujours voir les remasters d'un mauvais oeil, car ils permettent aussi d'obtenir de meilleures versions sur des consoles plus récentes, un nouvel accès au titre pour les joueurs qui sont passé à côté de certains hits, ou encore apporter une certaine manne financière, assez vitale au développement d'une suite par exemple. Quant à notre God of War III Remaster, il fut développé en partie par Santa Monica Studio mais aussi (et ça, peu le savent) par l'inconnu studio Wholesale Algorithm. On en parlait à l'instant, Santa Monica héberge des studios tiers et indépendants... celui-ci en fait parti. Aller, comme Sony et bien d'autres, qui dit "remaster" d'un jeu, dit "remaster" d'un test... voici donc le mien.



GOW 3's review remastered


God of War III
Ce sont les scènes avec les titans qui sont naturellement les plus impressionnantes
signe le chapitre final, l'apothéose d'une trilogie, l'épilogue sanglant et violent de cette lutte de Kratos envers la trahison des Dieux de l'Olympe. Evidemment, les scénaristes (dont la plus connue est Marianne Krawcyzk) y sont encore allés de leur propre interprétation de la mythologie grecque, une sorte de réécriture façon "le côté obscur de la force". Certes il y a une part de vrai (tout du moins dans ce que nous racontent les mythologues... maintenant est-ce la vérité absolue... allez savoir ! on n'y était pas pour vérifier par nous même ^.^) cependant comme Kratos n'existe que dans la tête des scénaristes et non dans les livres d'histoire, il est clair qu'il a bien fallu enrober tout ça. Ce 3e opus commence exactement là où l'épisode 2 s'est arrêté : accompagné des Titans déchus, le fantôme de Sparte grimpe sur le Mont Olympe pour mettre une grosse déculotté à Zeus. Mais vous vous doutez bien que ça ne sera pas aussi direct. Au départ on possède la quasi panoplie dont on dispose à la fin de God of War II et pour des raisons évidentes de challenge, Kratos va tout perdre. Enfin tout... disons presque tout car les ailes d'Icare et la Toison d'Or font partie intégrante du packaging. Les cinématiques ont été conçues à partir du moteur graphique. Bon d'accord, certaines sont des vidéos mais elles ont été créées à partir du jeu, sans doute afin de faciliter certaines séquences ultra chargées et de rajouter off-line, quelques détails de plus. Malheureusement la différence de résolution (rappelons qu'à l'origine, sur PS3, le jeu étant en 720p) fait que dorénavant l'écart entre cut-scènes et vidéos est très vite notable (une différence dans la coloration se fait également sentir puisque dans ce remaster, les couleurs sont nettement plus vives, le contraste est plus élevé). Ajoutons que l'intro, si belle soit-elle, ne peut pas être zappé lorsqu'on lance son jeu pour la première fois (?) et que tout à fait entre nous, elle résume très mal les 2 premiers épisodes. En tant que suite directe, il aurait été de bon augure que les développeurs nous proposent un véritable résumé de l'aventure de Kratos (en vidéo) comme ce fut le cas pour Dead Space 2 et 3 par exemple. D'autant qu'on le sait, les remasters visent un public parfois différent, et bien des joueurs autrefois sur PC ou Xbox 360, et qui sont désormais sur PS4, n'ont pas joué aux précédents opus et ils ne comprendront que très vaguement les tenants et aboutissants de cette guerre que mène notre héros enragé...



Kratos le vénère énervé !


Si les
Bien qu'un peu gâchées par les QTEs, certaines séquences sont magistrales !
séquences avec les titans sont les plus réussies, Kratos, notre spartiate éternellement vénère, est superbement détaillé et même, parfaitement animé. Mais on ne peut pas en dire autant de certaines scènes qui, à présent sur une PS4 où de gros efforts de mise en scène ont été faits, font carrément tâches ! Je pense notamment aux dialogues avec des humains (comme Héra, Aphrodite ou Pandore) où les animations nous ramènent bien des années en arrière, loin, très loin d'un rendu motion-capturé (et ce, sans parler des modélisations, sobrement ratées). Heureusement pour nous, le reste du jeu excelle à nous faire vivre l'aventure la plus épique possible et aussi fou que ça puisse paraitre, ce sont bien les scènes avec les Titans les meilleures. Quant à notre héros spartiate, son histoire reste malgré tout légère et surtout, la morale est passée à la trappe. Le jeu est hyper violent, à un point même qu'on en reste surpris par moment : Kratos est mauvais comme la peste, et dans son périple, dans sa quête de vengeance, il se fout complètement de tuer des innocents. Je sais que la mode est aux "bad boys" mais moi ça me gêne un peu de voir l'empreinte qu'on laisse aux joueurs, dont la simpliste interprétation pourrait être : faites le mal, c'est payant ! Evidemment le drame est plus profond que ça mais sans dire qu'il faut rentrer dans le "politiquement correct", je suis sûr que certaines mises à morts gratuites auraient pu être évitées. Il ne faut pas verser le sang des innocents, uniquement parce que la bidoche est "tendance" et que les joueurs n'attendent que ça... Sans parler de cette vengeance qui, par moment, tourne à l'obsession d'adolescent qui fait une crise parce qu'il n'a pas de scooter ou le dernier smartphone à la mode. OK Kratos a la rage, ok Zeus a déconné cependant Kratos a déjà eu sa vengeance contre Arès, et en rejouant à God of War II, et vu comment le nouveau Dieu de la Guerre était devenu un connard arrogant et sanguinaire, on peut comprendre que Zeus ait réagi comme ça. Et comme les 2 gaillards se sont déjà mis sur la gueule à la fin de l'épisode 2, il aurait peut-être été judicieux de passer à autre chose non ? Après c'est un fait, quiconque a lu la mythologie grecque sait que Zeus lui-même était un sacré salopard qui a fait beaucoup mal et a puni beaucoup de monde sur de simples présomptions. Lui aussi n'était pas tout blanc… Pour ce qui est de la mise en scène à proprement parlé, même à l'heure de ce remaster, le jeu est toujours prompt à vous déboiter la mâchoire ! Impressionnant de bout en bout, God of War III profite de scènes absolument jubilatoires, d'une violence jusqu'alors inexplorée et d'un gigantisme sans pareil. Shadow of the COLOSSUS est battu sur son propre terrain car se battre aux côtés (ou contre) un Titan de la taille d'une montagne, a de quoi vous écarquiller les yeux !



Parfois ce sera "vous" le vénère !


Côté gameplay,
Le gameplay n'a que très peu évolué depuis le 1er opus datant de 2005...
ce dernier n'aura jamais vraiment changé depuis le premier épisode, tout de même né en 2005. Bien sûr nous avons quelques ajustements ça et là, quelques nouveautés mais globalement rien de vraiment neuf. Très vite on retrouve l'arc, le trident pour pouvoir nager sous l'eau et bien entendu les fameuses lames d'Athéna (renommées ici en lames de l'exil). Au rang des nouveautés, Kratos chopera (de force) les bottes d'Hermès (le messager des Dieux), ce qui lui permettra de se prendre pour le Prince de Perse à courir sur les murs. On disposera bien entendu de nouvelles armes, de nouveaux artéfacts et la colère des Titans est remplacée par la lame de Sparte (un mélange entre la colère des Titans et l'épée de l'Olympe). A côté de ça, on ne change pas une équipe qui gagne : les orbes rouges, les yeux de gorgones et les plumes de phénix répondent toujours à l'appel (ils ont ajoutés les cornes de minotaure qui vise à augmenter la jauge d'objets). Pareillement, le stick droit sert toujours à réaliser les évitements au lieu de gérer la caméra. Ça fait je ne sais combien de fois que tout le monde peste contre cette idée-là, car bien souvent l'angle de vue privilégie le spectacle au confort, à l'appréhension du level. Et j'ajouterai que je n'arrive que difficilement à gérer les évitements sur ce stick, je trouve ça contre-intuitif et puis dans la plupart des jeux du genre, c'est la touche "rond" qui officie et c'est nettement plus pratique. Quant aux QTEs, elles font évidemment parties de la fête. Ces séquences où on doit appuyer sur un bouton au bon moment pour réaliser une attaque scriptée, nous gâche toujours un peu le jeu. Il faut être concentré sans quoi on se loupe avec obligation de recommencer, et du coup on rate une bonne partie du spectacle. Après c'est vrai que ça a toujours fait partie intégrante de la licence et qu'elles sont généralement permissives... mais que voulez-vous, je n'ai jamais aimé ça et ce n'est pas aujourd'hui que ça va commencer ! Il faut quand même noter que les angles semblent avoir été (encore un peu plus) arrondis avec ce remaster, tout du moins dans son mode le plus facile. En lui même, God of War III est un jeu relativement accessible, mais il m'a semblé un poil plus facile que sur PS3 (ou alors c'est moi qui ait amélioré mon skill ? naaan, ça c'est pas possible ^___^). Maintenant ça ne vous empêchera pas de vous énerver bêtement devant votre écran, pas parce qu'un passage est difficile ou nécessite un "skill" élevé, mais plutôt parce que vous allez le recommencer des dizaines de fois. Je pense notamment à ces passages où les commandes ne répondent pas parfaitement, ces passages un poil pénibles à dos d'harpies ou encore cette séquence de Guitar Hero carrément hors de propos.



Une réalisation olympienne !


Si à l'origine
Le jeu était déjà très beau sur PS3... il est vraiment magnifique dans cette version remasterisée
le moteur graphique n'affichait que du 720p (pour éviter de perdre de précieuses ressources dans une résolution plus élevée), sur PS4 on passe à la vitesse supérieure avec un affichage Full HD (1080p), des textures superbement retravaillées et toujours le sacro-saint 60 fps qui répond à l'appel. Et autant vous dire que si le jeu est déjà magnifique sur PS3 (il est même l'un des plus beaux !), il ne dénote à aucun moment sur PS4. Bien sûr, comme évoqué, certaines parcelles de l'aventure auraient mérité un vrai lifting, comme ces PNJs au design d'un autre temps et aux animations robotiques et peu réalistes, ou encore ces vidéos au contraste et à la résolution bien trop différents du rendu "in game" et qui pour le coup, dénotent légèrement. Maintenant tout ceci n'est que broutille et notre God of War III a pris une seconde naissance en arrivant sur PS4. Parfaitement maitrisé de bout en bout, l'aliasing a été complètement gommé, les textures ont été rehaussées (et pas seulement la résolution, comme dans certains remasters faignants), le jeu est toujours fluide et ce, malgré des scènes parfaitement ubuesques (j'en veux pour preuve le début de l'aventure ou l'affrontement contre Cronos). En bref, God of War III Remastered est toujours prompt à nous impressionner et fait montre d'une sérieuse maitrise. Même si la PS4 en a vu d'autres, cette aventure lui sied finalement très bien. Vraiment beau, il est aussi très varié et nous offre un design grec (plus quelques inspirations diverses) vraiment très réussi. Côté installation, le jeu vampirise 42Go du disque dur mais les loadings ont été optimisés comme jamais. Il faut dire que la version PS3 dévoilait une prouesse de plus, puisque le jeu ne s'installait pas et pourtant, il se chargeait très vite. Si désormais on n'échappe pas à l'installation, au moins on retrouve ces chargements hyper courts : moins de 10 secondes lorsqu'on reprend une partie, pas de chargement du tout lorsqu'on reprend au dernier checkpoint suite à une mauvaise chute. Une très belle prouesse loin de ces jeux où nous passons bien trop de temps devant un écran fixe (Deus EX : Mankind Divided ? Horizon : Zero Dawn ?).



Pas de patch, pas de bobo... et pas de nouveauté non plus :(


Enfin
Le jeu n'apporte rien de neuf par rapport à la PS3 et même certains aspects du titre font vieillot : esquive sur stick droit, certaines modélisations...
j'ajouterai qu'une fois n'est pas coutume, le jeu n'a pour ainsi dire pas été patché. La version 1.01 doit corriger une légère anicroche car elle ne pèse que quelques Mega-Octets, preuve encore une fois qu'en amont le travail a été particulièrement soigné lors de ce portage. Question bonus, nous l'avons déjà vu, cette Remastered Edition se montre assez radine. Le jeu dispose de 3 niveaux de difficulté (plus le mode "chaos" à débloquer) mais je trouve que ça manque d'un mode "hardcore" à la difficulté au moins aussi absurde et frustrante que dans un "Souls" (un mode pour les sado-masos donc ^^), d'un "story mode" à la difficulté minimale (notamment en ce qui concerne les QTEs, ce qui ferait plaisir aux amateurs d'histoire et non de challenge - après tout il faut vivre avec son époque), ainsi que d'un vrai mode "new game+" où on pourrait reprendre son avancement à la partie suivante. Alors certes, les artéfacts (qui nous permettent de faire un second rush avec divers bonus) répondent toujours présents, ils sont toujours aussi sympas mais... A ce propos, l'excellent Making-Off, les costumes, les défis et l'arène de combats sont toujours là mais rien de neuf sous le soleil puisqu'ils étaient déjà disponibles sur PS3. Au final, la seule véritable plus-value (hormis la réalisation technique) c'est le mode photo. Un mode photo franchement basique, qui n'offre pour ainsi dire aucune option. Autant dire que vous prendrez vos photos via la touche directe de la manette et qu'il n'y aura pas de chichi. Avouez que c'est franchement léger non ?



Kratos a craqué sa cracotte avec son cric


Terminons
Toute la partie son n'a rien d'exceptionnel, pas même une synchro labiale qui aurait mérité d'être corrigée
par la partie audio, dont peu de reproches étaient à ériger déjà à l'époque. Elle ne profite d'aucune remasterisation mais le jeu en avait-il réellement besoin ? On retrouve donc les compositions de Gerard Marino, Cris Velasco, Ron Fish et Mike Reagan (tous les 4 ont participés aux bande-sons des 2 premiers opus sur PS2), auxquels s'ajoute Jeff Rona. Et que dire des compositions, si ce n'est qu'elles apportent une dimension ample et soutenue à chaque situation. Sans dire que les musiques sont les plus belles jamais entendues (ce qui serait un mensonge), au moins elles collent parfaitement à l'univers du jeu et soutiennent très bien l'action. Maintenant pour être tout à fait franc, aucune n'est réellement mémorable et vous ne vous passerez pas l'OST en boucle... pour ça d'autres jeux sont mieux lotis. Quant aux bruitages, ils font le job. On les aurait aimés plus dynamiques, plus incisifs et viscéraux (à l'image de tout le sang que Kratos fait couler) mais en l'état, ils font le boulot. Enfin le doublage profite d'une belle brochette de doubleurs maison, même si avouons-le, le casting n'est pas 4 étoiles pour autant. Pour la 3e fois c'est Eric Peter qui double Kratos, Jean-Claude Sachot (au CV assez impressionnant) double Zeus, Marie-Martine (dont la voix est assez reconnaissable) double Gaïa. On retrouve également Laurence Crouzet (l'une des voix d'Uma Thurman), Christian Pelissier (qui possède, lui aussi, un gros pédigrée vocal), Sylvain Lemarié (la voix française de Ron Perlman), Pierre Dourlens, Alexandre Gillet (la voix française et régulière d'Elijah Wood, Ryan Gosling et Joshua Jackson), Michel Prud'homme ou enfin Véronique Augereau (la voix de Rene Russo et Jamie Lee Curtis). Au final, nous avons là un joli panel voxographique, mais vous remarquerez qu'aucun nom ne ressort vraiment. Le résultat donne une VF de bonne qualité, à défaut d'être exceptionnelle. Par contre, la synchro labiale est toujours à la rue, et peut-être aurait-il été judicieux de corriger cet aspect de la réalisation... d'autant que, comme évoqué, beaucoup d'efforts ont été réalisé en ce sens sur cette génération. Du coup, entre la qualité (assez médiocre) de certains PNJs et cette synchro totalement à la rue, certaines cinématiques ont bien du mal à être "dans leur génération"... même si tout ceci n'est que détails et nous vous gâchera en rien cette grandiose anventure.



God of War III Note
est un jeu mythique, l'un des system-seller de la PS3. Il faut dire que le titre de Santa Monica Studio a repoussé toutes les limites, et a offert une magnifique conclusion aux aventures olympiennes de Kratos. Maintenant qu'en est-il de ce remaster ? Une chose est sûre, le contenu s'avère finalement assez chiche. Si la Nathan Drake Collection offre 3 jeux (chez la concurrence, la Master Chief Collection offre jusqu'à 5 jeux !), ici nous n'en aurons qu'un seul. D'ailleurs, quitte à n'avoir que des remaster de jeux PS3, alors pourquoi manque-t'il également l'épisode Ascension ? Car c'est un fait, si on aurait vraiment apprécié d'avoir la trilogie au complet (ou mieux encore la totalité des 6 épisodes), il faut reconnaitre que le portage des jeux PS2 ou PSP auraient eu du mal à passer. Ceci dit, c'est bien le premier remaster que je teste où il y a si peu de contenu, quand à côté Metro Redux offre à minima 2 jeux ou encore que The Last of Us Remastered se permet au minimum d'inclure son DLC. Ici pas de nouveau niveau, pas de nouveaux modes de difficulté, aucun nouveau contenu... la seule nouveauté est un mode photo raté car tous les bonus ici présent, l'étaient déjà dans l'édition PS3. Ajoutons à ça quelques vétustés comme les modélisations et les animations humaines, quelques passages non pas difficiles mais toujours aussi irritants ou encore quelques options manquantes, qui nous aurait permis d'obtenir une jouabilité alternative avec caméra libre (et Dieu sait que j'aurai apprécié ça, ainsi qu'une esquive placée sur la touche "rond" et non sur ce stick droit tout sauf intuitif). Enfin dernier point : toujours au rang des manques, il est dommage de commencer par le 3e épisode sans vraiment savoir de quoi il en retourne, puisque les développeurs n'ont même pas pris la peine de créer une vidéo résumant les 2 premiers opus de la série. Ceux qui prennent le train en marche auront bien du mal à comprendre pourquoi Kratos est si enragé et si déterminé à se venger. Tout ceci est vraiment dommage mais faut-il passer son chemin pour autant ? J'en doute car God of War III est, et restera toujours un jeu techniquement très impressionnant, où on contrôle un personnage certes irascible, mais dont la sensation de puissance est juste jubilatoire ! Le rehaussement graphique est une franche réussite et ce remaster n'a rien à envier aux productions développées plus récemment. Enfin je dirai que, malgré tout, le contenu se suffit à lui-même : avec une aventure assez généreuse (comptez 12 heures pour le finir une première fois), les bonus sont suffisamment intéressants pour faire perdurer la durée de vie et le prix de vente s'avère assez doux (40€ à sa sortie). Alors certes on a vu des remasters plus complets (qui sont généralement plus chers aussi), maintenant des jeux tels que God of War, il n'en existe pas beaucoup. Avec sa violence exacerbée, ses affrontements et ses scènes titanesques, sa réalisation flatteuse... pour sûr, vous passerez un très bon moment en présence du Dieu de la Guerre.



Les -

  • Quelques aspects vieillots comme les modélisations et les animations humaines
  • Quelques passages pas vraiment difficiles, mais frustrants à recommencer
  • Toujours le même gameplay, pas de caméra libre et aucune nouvelle option
  • Synchro labiale toujours à la rue
  • Le scénario, bof bof...
  • Mode photo simpliste
  • Un seul jeu...
  • Les +

  • Kratos offre une sensation de puissance jubilatoire
  • La qualité de la réalisation / remasterisation
  • Durée de vie correcte (12 heures hors bonus)
  • Une mise en scène époustouflante !
  • Une difficulté équilibrée
  • Des bonus sympas
  • Le prix

  • Test réalisé par iiYama

    septembre 2018