WET (PS3)

 








Note générale


Sortie du jeu : septembre 2009
Développeur : Artificial Mind & Movement
Editeur : Bethesda Softworks
Genre : action

Support : 1 Blu-Ray
Version testée : Française
Voix dans le jeu : FR
Textes à l'écran : FR

Espace disque nécessaire : 5Mo (saves)
Moteur graphique : Gaia Engine
Définition HD : 720p
Difficulté :
Multi-joueurs : non
Prix au lancement : 60€
Score des ventes : 1.1 Million (tous supports)


Aussi disponible sur :




Les sites partenaires :





_________________________________

Pages vues (depuis avril 2016)




Visiteurs uniques (depuis avril 2016)

WET









Selon les développeurs,
Rubi joue du flingue et du sabre. Une formule qui aurait pu donner quelque chose de vraiment probant...
le titre WET fait allusion au fait d'avoir du sang sur les mains. Mais comme on est tous allés à l'école, on sait très bien que "wet" veut dire "humide" et comme on joue une fille, ça prête à confusion. Bon, trêve de blague déplacée, Artificial Mind & Mouvement n'en est pas à leur premier jeu mais généralement ils développent des petits spin-off ou des jeux à la manque et avec WET, ils essaient d'entrer dans la cour des grands. Complètement inspiré de Stranglehold, on joue Rubi Malone, une virtuose du gun qui emprunte aussi à Dante lorsqu'elle tranche avec son sabre. Véritable Prince of Persia quand il s'agit de la plate-formes, le vrai plus de WET c'est de proposer des scènes toujours plus chargées en adrénaline et en galipettes en tout genre. Car dés que Rubi glisse sur le sol, quelle marche sur mur telle une autre Ryu Hayabusa ou quelle saute, l'action se ralentie. Avec son premier flingue Rubie vise alors automatiquement le premier ennemi et vous avez la charge de viser le second s'il y en a un. Tout ça c'est bien beau, mais étant donné l'imprécision de la jouabilité, on n'aura guère le choix que de sauter et glisser en permanence afin de dégommer ses ennemis. Du coup les combats en arènes paraissent longs. Comme un bon petit Tequila au féminin, Rubi pourra détruire certaines parties du décor même si ça reste anecdotique comparé au hit de Tiger Hill. D'ailleurs tirer en sautant dans tous les sens ça m'a rappelé les premiers Tomb Raider sur PlayStation (allez savoir pourquoi).


Heureusement
WET n'est pas un mauvais jeu, il manque juste d'âme et de finitions
il y a aussi quelques nouveautés comme ces phases "fâché tout de rouge" hyper violentes et au visuel assez sympa, où on joue du sabre et du gun pour tuer sauvagement. A base de QTEs, ça tranche pas mal avec les niveaux dit "normaux". On a aussi des courses poursuites. Dans ces séquences qui ramènent à la fameuse scène de l'autoroute de Bad Boys 2 (le film, pas son horrible jeu) ou de Matrix Reloaded, on ne fait que viser pour shooter ses ennemis et réaliser de simples QTEs, le but étant d'en prendre plein les mirettes via des scènes spectaculaires. S'il part d'un bon sentiment et avec quelques bonnes idées, on reprochera avant tout à WET d'être sans âme. Piochant dans les plus grands héros de ces dernières années (le Prince de Perse, Tequila, Dante…) et en copiant leurs gameplays, WET n'arrive plus à avoir d'identité propre. Le jeu reste sympa malgré tout mais difficile d'être vraiment enthousiasmé. Pour couronner le tout, c'est graphiquement pauvre. A croire qu'on est sur un jeu line-up : l'aliasing est visible, les décors sont assez sommaires, anguleux et on a un aspect vieillit sur l'image qui est assez pénible. Piochant dans le grand registre du film d'action, WET emprunte beaucoup aux atmosphères créées par le génialissime Tarantino. Avec des musiques qui essaient de donner un ton très "Pulp Fiction" et des scènes faisant plus penser à "Kill Bill", encore une fois le jeu essaie d'avoir sa propre ambiance mais ça ne marche pas vraiment. Enfin les doublages sont franchement moyens et les bruitages manquent de peps.



Rubi, Note
sorte de cow-boy/samuraï des temps modernes, qui tire 4000 douilles sans jamais recharger, rate un peu le côche avec une production qui manque de finitions et un plagiat évident des recettes qui marchent. Piochant sans retenu dans les grands jeux et dans les grands films de ces dernières années (par exemple le menu principal n'est pas sans rappeler The House of the Dead OVERKILL), WET pêche par excès de bonnes intentions. Mais la jouabilité n'est pas précise, on passe son temps au ralenti à faire des galipettes, ce n'est pas bien beau, ni bien fait et comme je l'ai dit en test, le jeu manque cruellement d'une identité propre. WET reste un TPS sympa, facile et défoulant mais il ne rivalise pas avec les super productions comme Stranglehold, Resident Evil 5 ou un Gears of War. 3 raisons d'acheter autre chose non ?



Test réalisé par iiYama

octobre 2009