The Unfinished Swan (PS3)

 








Note générale


Sortie du jeu : octobre 2012
Développeurs : Giant Sparrow - SCE Santa Monica Studio
Editeur : Sony Computer Entertainment
Genre : aventure

Support : en téléchargement sur PSN
Version logicielle : 2.0
Version testée : Française
Doublage : FR
Textes à l'écran : FR

Espace disque nécessaire : 1.7Go (install)
Moteur graphique : Gamebryo Engine
Compatible 3D : non
Difficulté :
Compatible PS Move : oui
Multi-joueurs : non
Prix au lancement : 13€


Aussi disponible sur :



Les sites partenaires :





_________________________________

Pages vues (depuis avril 2016)




Visiteurs uniques (depuis avril 2016)

The Unfinished Swan








The Unfinished Swan,
L'histoire est enfantine mais ne manque pas de poésie
en français, ça veut dire "le cygne inachevé". Ce titre est uniquement disponible sur le PSN (il fut porté sur Vita et PS4 plus tard) et vous le savez sans doute, le format dématérialisé permet d'offrir des jeux plus modestes et/ou qui explorent des horizons différents, voire même expérimentaux. Comme l'hypnotique Journey, nous sommes en présence d'une aventure qui ne propose pas vraiment de défi, seulement un récit poétique, porté par un gameplay atypique et une direction artistique qui ne peut laisser indifférent. L'histoire nous raconte que la maman de Monroe était une artiste qui ne finissait jamais ses œuvres. Lorsqu'elle mourut, ses 300 toiles furent jetées mais le petit garçon eut tout de même le privilège de garder l'une d'entre elles : le cygne (inachevé, comme toutes les autres toiles). Un soir, le petit bonhomme s'est retrouvé en plein rêve, à suivre les traces du cygne. Dans son rêve, il apprendra peu à peu l'histoire d'un roi désabusé qui, à l'origine, trouvait son jardin si beau, qu'il le laissa en blanc. En premier lieu, nous avons une petite intro, contée par une narratrice à la voix douce, un peu comme une mère raconterait une histoire à son enfant pour l'endormir. Ensuite, au cours de son périple, Monroe trouvera des planches de textes, que la voix-off nous contera. Les textes et le doublage sont en français, ce qui est de bon augure pour que les enfants puissent jouer sans l'aide d'un adulte. D'ailleurs il n'y a aucune violence dans ce titre, ce qui fait que les parents soucieux que leurs chérubins jouent à des softwares "saints" et pacifistes, trouveront dans The Unfinished Swan le produit de leurs attentes. L'histoire est certes un peu triste à la base, mais très vite on y trouvera de la poésie, une certaine féérie qui nous poussera à vouloir connaitre le récit de ce roi qui appréciait tant le blanc.


Le gameplay
Le gameplay, basé sur le jet d'encre, offre une idée rafraichissante et originale
parait, en premier lieu, assez simpliste. Jouable au PS Move comme à la manette, on évolue dans une vue à la première personne (comme un FPS) et 2 touches serviront principalement : saut (via la touche X) et jet d'encre via n'importe quelle gâchette. Au début, les décors sont immaculés d'un blanc clinique et notre petit garçon est en quelque sorte équipé d'un pistolet paint-ball, qui tire des billes d'encre noire. En "tâchant" le décor, on arrive à le révéler et ainsi, à trouver son chemin. Il faudra malgré tout faire attention à ne pas tout rendre noir, au risque de n'y voir qu'à peine mieux qu'en blanc. Car ce sont ces salissures d'encre qui rendent leur contraste aux objets, et leur donne des formes. Ingénieux, les développeurs ont tiré parti de cette trouvaille esthétique, ainsi que de quelques idées tantôt piochées (comme ces pièces liées à la façon des portails de Portal), et d'autres plus originales encore, comme par exemple le fait de faire bouger une source lumineuse pour mieux appréhender son chemin. Si les déplacements sont lents, on regrette malgré tout que la durée de vie soit si faible. En effet, on ne profite pas assez des idées de gameplay, que déjà on passe à la suivante (c'est aussi frustrant que ces jeux qui essorent jusqu'à la lassitude, un concept au départ original). L'aventure ne durera au mieux que 3 à 4 heures, rendant le prix de ce titre PSN, un peu élevé. Seule petite quête secondaire : on peut tenter de dénicher les ballons cachés, qui nous permettent ensuite de débloquer des bonus (tir continu, effacer les traces d'encre, radar pour mieux détecter les autres ballons, etc…).


Il faut savoir
Lorsque le jeu prend des "couleurs" son onirisme change. D'ailleurs il est un peu dommage que les concepts ne soient pas plus utilisés
que le studio Giant Sparrow appartient à Santa Monica Studio, le valeureux développeur des God of War, lui-même appartenant à Sony. The Unfinished Swan est pourtant le premier jeu de ce petit studio rattaché, qui n'utilise pas le moteur de God of War. En effet, le jeu tourne sous Gamebryo, le moteur d'Oblivion, du récent Splatterhouse et de quelques autres titres. Comme évoqué, au départ tout est blanc, mais finalement assez rapidement, le jeu prendra des couleurs unies, comme le gris clair, le bleu ou le vert. Il est un peu dommage de ne pas profiter plus longuement de ce design monochromatique, mais c'est ainsi. Pourtant, à y regarder de plus près, l'ensemble des décors et des objets, est modélisé sommairement. Ainsi pour un titre qui ne dispose pas de textures et dont la mise en scène est simpliste, on se demande comment le studio a pu finir avec un jeu accusant 1,7Go de données ! Malgré tout, il sera difficile de ne pas être surpris par le design. Certes c'est très épuré mais allez savoir comment, le charme opère. La distance d'affichage est parfois étonnante (même si dans le fond, il n'y a pas grand-chose à afficher), l'aliasing est étonnamment discret (pourtant on le sait, le blanc ça ne pardonne pas) et surtout, il faut voir avec quel réalisme les taches d'encre révèlent le décor. Techniquement ce n'est pas vraiment une prouesse mais c'est tellement bien fait, qu'on ne peut que rester surpris… agréablement surpris j'entends. Quant à la bande-son, elle se veut légère et mélancolique. Cependant je l'admets, je l'aurai préféré plus présente et surtout, plus hypnotique, plus mélodieuse. Mais déjà en l'état, elle posera une ambiance charmante et particulière, qui sied finalement bien à cette aventure d'une autre sorte.



The Unfinished Swan Note
est un jeu vraiment à part. Il est vrai que le PSN (comme le XLA) regorgent de pépites dans ce genre-là, quoique, nous avons encore une fois droit à un titre très original. En effet, jeter des billes d'encre sur les décors et les objets pour les "révéler", sans parler de quelques idées plutôt bien vues, est très atypique et rafraichissant. D'ailleurs, si la réalisation graphique peut sembler simpliste au premier abord, en réalité il transparait une certaine aura, une magie de conte pour enfants, une certaine féérie dans les endroits qu'on traverse. Après c'est vrai, les concepts de gameplay ne sont pas assez utilisés et le jeu est trop court (avec en prime, une replay-value proche de zéro). Ainsi, le titre de Giant Sparrow peut paraitre un peu cher au prix fort et pourtant, il serait vraiment dommage de passer à côté d'une aventure tout en contraste et en finesse, ayant une histoire des plus sympathiques, loin, très loin des jeux de guerre qu'on mange sans même plus regarder. Un moment de détente et de calme, un instant poétique jusqu'à ce que le cygne s'envole...



Les -

  • Des concepts trop peu usités
  • Aventure trop courte
  • Les +

  • Poétique, onirique, enchanteur...
  • Bande-son et VF de qualité
  • Gameplay très original
  • Une histoire mignonne

  • Test réalisé par iiYama

    avril 2014