The Darkness (PS3)

 








Note générale


Sortie du jeu : juillet 2007
Développeur : Starbreeze
Editeur : 2K Games
Genre : FPS horror

Support : 1 Blu-Ray
Version testée : Française
Voix dans le jeu : US
Textes à l'écran : FR

Espace disque nécessaire : 3Mo (saves)
Moteur graphique : Starbreeze Engine
Définitions HD : 720p - 1080p
Difficulté :
Multi-joueurs : 8 joueurs online
Prix au lancement : 65€
Score des ventes : 1.1 Million (tous supports)


Aussi disponible sur :







Les sites partenaires :





_________________________________

Pages vues (depuis avril 2016)




Visiteurs uniques (depuis avril 2016)

The Darkness








C'est parce
Les 2 gros poulpes qui nous sortent du dos, sur le coup ça fait flipper mais ça offre des gros avantages
que j'ai reçu une préversion franchement sympa, que je peux rédiger pour vous la petite preview d'un FPS novateur : The Darkness. Les studios Starbreeze, l'un des rares développeurs à ne pas avoir gâché l'adaptation d'un film en jeu (The Chronicles of Riddick) a sorti son dernier bébé le 29 juin sur Xbox 360 et le 20 juillet sur PS3. Une chose est sûre, ce FPS-là sort des sentiers battus. Prônant clair et fort son statut de jeu glauque, son originalité vient du fait que notre personnage (Jackie Estacado) est envahi par les ténèbres et possède 2 sorte de serpents/tentacules qui lui offre divers pouvoirs. Le premier d'entre eux sera bien sûr de pouvoir éliminer ses opposants sans trop de mal. Le second offre le pouvoir déplacer un tentacule comme une caméra serpent, avec la délicate attention que la bestiole peut aller partout (mur, plafond...) mais en temps et distance limités. Très proche d'un Condemned dans son ambiance, The Darkness pose des graphismes glauques à souhait mais en nous plaçant pour la première fois, du côté obscur de la Force. Dans l'intro (qui est très impressionnante !), on apprend que Jackie est un mafieux de 21 ans, mais aussi la proie d'un oncle réclamant sa mort, puis celle des ténèbres. Chaud devant, grâce à nos nouveaux amis (si on peut dire) on va faire couler le sang et faire cracher le plomb. Car ce n'est pas parce qu'on a d'étranges pouvoirs grâce à nos murènes fixées dans le dos, qu'on ne doit pas se faire plaisir avec nos bonnes vieilles armes. Malgré tout, il subsiste quelques fautes de frappe lors de la rédaction. Tout d'abord, la jouabilité est très imprécise. On ne peut pas mettre en cause le pad puisqu'il suffit de comparer cette maniabilité à la concurrence pour vite comprendre que ça vient bien du jeu. Bon, il existe tout de même une assistance à la visée qui est pour le moins bienvenue. Ensuite, et malgré un titre bien ancré dans sa génération (traduction : c'est beau), il y a un aliasing qui a tendance à faire tâche et une physique (lors des explosions) pas bien crédible par moments. Derniers reproches et non des moindres : l'IA est chancelante, voire désordonnée (si on est derrière un gars, on nous calcule même pas) et le jeu n'est pas doublé, nous laissant encore et encore, le soin fatiguant de lire des sous-titres. J'estime qu'à l'heure actuelle, un titre non-doublé dans un pays où on paye les jeux plus chers que le reste du monde, c'est un peu la honte.



Je dois avouer Note
avoir pris pas mal de plaisir à parcourir ce jeu signé des studios Starbreeze. On s'aperçoit que la réalisation, bien que très sombre et parfois mal dégrossie, est tout de même bonne et que le son, malgré son anglicisme prononcé, est de qualité (un doublage français aurait de meilleure augure mais c'est ainsi). Avec son gameplay original, son scénario attrayant et son ambiance bien mise en avant, The Darkness est une vraie bonne surprise, qui ne sera entâchée que par sa maniabilité loin d'être précise.



Test réalisé par iiYama

juillet 2007