Ratchet & Clank Crack in Time (PS3)

 








Note générale


Sortie du jeu : novembre 2009
Développeur : Insomniac Games
Editeur : Sony Computer
Genre : plate-formes - action

Support : 1 Blu-Ray
Version testée : Française
Voix dans le jeu : FR
Textes à l'écran : FR

Espace disque nécessaire : 500Mo (install)
Moteur graphique : Insomniac Engine 2.0
Définition HD : 720p
Difficulté :

Multi-joueurs : non
Titre alternatif : Ratchet & Clank Future : A Crack in Time (US)
Prix au lancement : 70€
Score des ventes : 1.8 Million





Les sites partenaires :





_________________________________

Pages vues (depuis avril 2016)




Visiteurs uniques (depuis avril 2016)

Ratchet & Clank

A Crack in Time



La grande série
C'est Clank qui renouvelle admirablement le gameplay ultra rodé de la série
des Ratchet & Clank est née sur PS2 en 2002, avec un épisode qui aura marqué les esprits. Exclusivité aux consoles Sony, la série aura connu 6 épisodes sur la 128-bits de la marque, dont le 5e (Gladiator) sentait le réchauffé et les adaptations PSP sentaient l'appât marketing à plein nez. Vous l'avez compris, le duo s'est aussi illustré sur PlayStation Portable, et par 2 fois jusqu'à présent, avec La Taille Ça Compte, puis avec Secret Agent Clank, où Clank avait enfin le premier rôle (les adaptations PS2 étaient malheureusement maladroites). On pourrait donc penser que la grande série d'Insomniac Games, à qui l'on doit les 2 épisodes de Resistance, était entrain de sombrer. C'était bien sûr sans compter sur un superbe opus PS3, j'ai nommé Opération Destruction. Utilisant le nouveau moteur maison, l'Insomniac Engine 2.0, la licence a enfin eu le renouveau dont elle avait besoin. Sa suite directe, Quest for Booty (qu'on a d'abord trouvé en téléchargement sur PlayStation Network, puis au format disque quelques mois plus tard), offrait d'ailleurs une très belle continuité à cet opus. Après cette petite incursion dans le passé, il est grand temps de parler de Crack in Time, le dernier né. Conscient de devoir renouveler sa formule sans trop y toucher quand même (sous peine de perdre l'ambiance initiale et les fans qui vont avec), Crack in Time est un peu l'apogée de la saga en reprenant toutes les recettes à succès, dont celles qui ont officiées sur PSP. En gros le jeu alterne les 2 compagnons. En jouant Ratchet, peu de changements sont à prévoir. C'est toujours un peu de plate-formes et beaucoup d'action. Ça castagne à grand coup de clé, ça tire dans tous les sens, ça explose, on s'éclate… comme dans tout Ratchet & Clank en somme. On a quand même quelques nouveautés comme les hoverbottes qui permettent de "glisser" sur le sol et toujours autant d'armes à la fois originales et sacrément puissantes. D'ailleurs les armes s'auto-upgradent au fil de leur utilisation, ce qui permet d'avoir un arsenal toujours plus efficace.


Mais globalement,
Comme toujours, Insomniac exploite parfaitement les consoles de Sony et les graphismes sont somptueux
si les boss réclament parfois un peu de jugeote, avec Ratchet le jeu est quand même pas mal bourrin. En jouant Clank (qui me fait penser à Nono le petit robot d'Ulysse 31) le gameplay est bien plus diplomate (si j'ose dire). Il reste encore des tas de boulons à récupérer, on a aussi quelques combats mais le tout est bien plus subtil. Notamment parce que le bougre va récupérer une sorte de spectre magique et qu'avec celui-ci, il pourra influencer le temps (d'où le titre du jeu). Les phases dans son subconscient servent de didacticiels, il a une sorte d'hélice qui lui sort de la tête pour faciliter les nombreuses phases de plate-formes et la grosse nouveauté ce sont les dalles temporelles. Une verte et une bleue, elles permettent de mémoriser 60 secondes d'action chacune, pour qu'un clone répète les mêmes gestes à la séquence suivante. Le but est bien évidemment de déjouer des puzzles grandeur nature. Sur le coup on saisit mal le truc mais une fois assimilé, ça apporte une dimension tout à fait sagace au jeu, sans pour autant le dénaturer. Dans les 2 cas les petits problèmes de caméra sont assez rares, d'autant que le lock automatique de Ratchet fait assez bien son boulot. Une nouvelle fois à l'honneur, l'Insomniac Engine 2.0, déjà à l'œuvre dans Opération Destruction et Resistance 2 (grandiose celui-là !), nous offre des graphismes tout à fait dans la lignée de son prédécesseur. L'aliasing est toujours présent mais les couleurs sont vives et les décors extérieurs ne manquent pas d'attrait. Pour le son, c'est comme d'hab' : les musiques sont dans le ton, les bruitages sont dynamiques et le doublage Français est de qualité.



Crack in Time Note
est un Ratchet & Clank de plus mais il est clair que les petits gars d'Insomniac Games savent de quoi ils parlent. Si la réalisation n'étonne plus et les phases avec Ratchet non plus, c'est finalement le brave Clank qui apporte la fraicheur tant attendue. On aura quelques nouveautés dans les 2 camps et comme toujours une action bien pêchue, agrémentée d'un soupçon d'intelligence. Du très bon Ratchet & Clank en somme…



Test réalisé par iiYama

janvier 2010