PixelJunk Shooter (PS3)

 








Note générale


Sortie du jeu : décembre 2009
Développeur : Q-Games
Editeur : Sony Computer
Genre : shoot-them-up

Support : en téléchargement sur le PSN
Version testée : Française
Voix dans le jeu : FR
Textes à l'écran : FR

Espace disque nécessaire : 110Mo (install)
Définitions HD : 720p - 1080p
Compatible 3D : non
Compatible Move : non
Difficulté :
Multi-joueurs : 2 joueurs en local
Prix au lancement : 8€


Aussi disponible sur :




Les sites partenaires :





_________________________________

Pages vues (depuis avril 2016)




Visiteurs uniques (depuis avril 2016)

PixelJunk Shooter

Les Abysses du Désastre



La série des PixelJunk
Le gameplay est simple mais addictif
s'est illustré 3 fois avec un évitable Racers, un très sympathique Monsters et un injouable Eden. Mais soyons clair, la série n'avait rien d'extraordinaire et à part Monsters, qui offrait le premier et sympathique Tower-Defense du PSN, la petite série de Q-Games passait plutôt inaperçue. Depuis 2008, et quelques redites sans grand intérêt, le développeur nous concoctait une belle riposte. Amoureux des shoots à l'ancienne mais avec la richesse des jeux d'aujourd'hui, PixelJunk Shooter se révèle être un superbe jeu. C'est un peu la revanche d'un PSN un peu faiblard sur un XLA gonflé à bloc de gros hits. Au lieu de faire volontairement l'impasse sur le micro-scénario, je vais plutôt vous le résumer en 2 lignes : après la colonisation spatiale, la race humaine se trouve à cours de ressources. Résultat, ils cherchent de plus en plus loin dans l'univers de nouvelles sources d'énergie, parfois même là où le danger guette. A bord du Pinata Colada (les développeurs ne manquent pas d'humour), un petit vaisseau est lancé suite à la réception d'un SOS. Le but sera alors très simple : enquêter sur les lieux, secourir les survivants et ramasser autant de sources d'énergie que possible. On appréciera en premier lieu d'avoir tous les textes en Français ainsi qu'une petite intro pour nous conter ça, même si vous vous en doutez, le scénario ne casse pas des briques. Dans un gameplay proche de certains vieux shoots oubliés (Lunar Rescue, Terranigma…) on déplace son vaisseau avec le stick gauche et on l'oriente pour tirer avec le droit. Petite subtilité, on se déplace plus vite lorsque les 2 sticks sont dans le même sens (et donc tous les réacteurs alignés). Avec R1 on tire et si on maintient la touche, on se met à balancer des missiles à têtes chercheuses. Et les nouveautés commencent là. Evoluant dans un monde où les volcans font un peu la loi, il ne faut pas que le vaisseau surchauffe trop longtemps ou soit trop exposé à la chaleur. Tirer des missiles fait justement monter cette jauge d'endurance à la chaleur, ce qui désactivera un temps l'armement si elle atteint le max.


Et les sources
Le parti-pris graphique donne une atmosphère toute particulière au jeu
de températures élevées sont les vrais dangers du jeu : vapeur et lave sont vos pires ennemis ! Bien sûr, question de logique, pour refroidir plus vite, rien de plus naturel et de plus simple que de plonger le vaisseau dans l'eau. D'ailleurs la lave se change en matière friable au contact de l'eau, une matière qui se détruit en lui tirant dessus. Autres ingéniosités : pour récupérer des diamants ou des survivants, pas besoin d'atterrir, le grappin "à visée auto" se charge de le faire pour vous. Il faut d'ailleurs sauver tout le monde pour que la porte de sortie s'ouvre (gaffe à ne pas leur tirer dessus !). Disséminé dans le décor (ou en détruisant des ennemis) on récupère de petites étoiles dont la 100e donne une vie (ça fait certes très Mario mais au moins ça donne envi de fouiller les lieux). Ce gameplay peut sembler simpliste et pourtant, il est très addictif. Le vaisseau répond bien et dés les premiers niveaux, on sent que les développeurs ont creusés leurs méninges pour nous offrir une aventure riche en surprises. Sur la question plus délicate de la réalisation, le moins qu'on puisse dire c'est que les graphismes sont épurés au maximum. Un parti-pris qui marche super bien, car ce cell-shading en 2D qui manque volontairement de détails, donne une ambiance toute particulière au titre. On se croirait devant un jeu des années 90 mais ça n'empêche pas le charme d'agir. Mention particulière à la gestion de la physique, qui est finement exploitée. Les gaz/vapeurs cherchent toujours à monter, alors que les matières solides cherchent toujours à descendre. Ainsi les fumées sont denses et cherchent à s'échapper, quand la lave et l'eau sont prisonnières des lois découvertes par Newton. D'ailleurs les matières liquides sont superbement travaillées, donnant presque dans le réalisme lorsqu'ils entrent en ligne de compte. C'en est même étonnant par moment, tout comme des boss assez énormes et parfaitement animés. La bande-son quant à elle est signée de la main de High Frequency Bandwitch et donne dans un Electro discret mais bien assumé. Pas de voix (comme souvent sur les jeux dématérialisés) mais par contre de bons bruitages.



PixelJunk Note
Shooter fait parti de ces bonnes surprises qu'on trouve sur les portails de nos machines préférées, et qui pour une poignée d'€uros, vous font passer une très agréable après-midi. C'est vrai, Shooter ne dure que 3 à 4 heures mais il ne coute que 8€. Et de nos jours, pour "50 balles" on n'a plus rien ! Mon conseil est donc de vous ruer sur ce superbe titre, d'autant que la replay-value est bonne et que la réalisation (notamment la gestion étonnante de la physique des liquides) a de quoi vous surprendre.



Test réalisé par iiYama

novembre 2010