Overlord (PS3)

 








Note générale


Sortie du jeu : juin 2008
Développeur : Triumph Studios
Adaptation : 4J Studios
Editeur : Codemasters
Genre : action / gestion

Support : 1 Blu-Ray
Version testée : Française
Voix dans le jeu : FR
Textes à l'écran : FR
Espace disque nécessaire : 2.3Go (install)
Définitions HD : 720p

Difficulté :
Multi-joueurs : 2 joueurs en ligne ou en écran partagé
Prix au lancement : 70€


Aussi disponible sur :




Les sites partenaires :





_________________________________

Pages vues (depuis avril 2016)




Visiteurs uniques (depuis avril 2016)

Overlord

Raising Hell


Excellente
C'est un peu dommage : toute la partie scénarisation est minimaliste
surprise que cet Overlord ! A vrai dire, je m'attendais à un jeu très sérieux, plus proche du jeu de rôle ou du hack & slash, que d'un jeu d'action/gestion... et je me suis agréablement trompé. Dans Overlord on dirige l'incarnation du "Mal" en personne, dans un univers héroïc-fantasy où le but est de faire... le mal ! Vous n'en avez pas marre de toujours sauver le monde ? Faites le mal, et faites le bien ! Il sera par contre dommage que l'histoire soit autant mise au second-plan, avec une intro un peu expédiée et trop peu de mise en scène. De toute façon la scénarisation est minimaliste, les cut-scènes sont peu travaillées et la synchro est totalement à la rue ! L'overlord (le personnage) aura pour but de se trouver femme mais aussi et surtout, de reconstruire sa tour, qui fut saccagée suite à l'incapacité de votre prédécesseur à tenir son rôle. Pour remettre de l'ordre dans les rangs des méchants, il faudra piller les trésors, saccager tout qu'on croise et au choix, aider ou massacrer les habitants du coin. En effet le jeu nous laisse quelques fois devant des choix à faire, impliquant des conséquences. Si bien sûr vous jouez le mal à fond, votre overlord deviendra corrompu, alors que si au contraire vous êtes un méchant en mousse et que vous ne pouvez vous empêcher d'aider votre prochain, votre cœur restera pur. Pour mener sa quête à bien, l'overlord dispose de 3 moyens : frapper lui-même avec sa hache (sauvage mais finalement efficace), envoyer ses pouvoirs à distance (jet de flammes, décharge électrique…) ou envoyer ses larbins. Et c'est avec les larbins que le jeu tire tout son fun. Les larbins sont de petits êtres maléfiques entièrement soumis à vos ordres. D'une simple pression sur une touche, ils cassent tout sur leur passage, tabassent vos opposants ou encore déjouent un piège. Ils peuvent même se sacrifier pour vous redonner de l'énergie vitale ou de la mana, via des puits de sacrifice. Plus qu'un gadget, les larbins sont au centre du gameplay et seront votre force tel un général et son armée de gremlins (ou de gollum, ça dépend de votre culture :). Les larbins sont de 4 types. Il y a les bruns (la chair à canon de base), les rouges (ignifugés et lançant des boules de feu), les verts (résistent aux plantes toxiques) et les bleus (qui peuvent nager).


Evidemment
Les larbins sont au coeur du gameplay et ce sont eux qui donnent ce ton décalé qui sied si bien au jeu
on peut mixer ses troupes, ce qui apporte un certain "aspect Pikmin" au jeu et qui nous impose un minimum de stratégie et de gestion. Il est même possible de déplacer ses larbins manuellement, au cas où un ordre direct n'aboutit pas à ce que l'on souhaite. Chaque larbin "coute" une orbe de vie : blanches pour les bruns, rouge pour les larbins rouges, etc… Si le compteur est vide, vous ne pourrez pas "invoquer" de nouveaux larbins et vos troupes seront amoindries. Comme les larbins prennent plaisir à tout saccager sur leur passage, il y a évidemment un gros aspect "loot" (façon Diablo) puisqu'ils ramasseront tout ce qui leur passe à proximité : or, armes, orbes, potions de santé ou de mana. Je regrette juste que cet aspect du gameplay ne soit pas mieux exploité car s'il est toujours agréable d'explorer chaque recoin de chaque map, la plupart des objets ramassés n'ont aucune utilité et/ou on ne gérera rien de plus que ses troupes. De même, si le jeu est facile à prendre en mains (malgré quelques manipulations peu ordinaires, qui font qu'on ne s'en souvient pas toujours), je regrette qu'on subisse autant de restrictions, notamment via des murs invisibles qui nous empêchent de passer, alors "qu'il y a la place" ! Et si les commandes sont aisées, il faut savoir que le jeu est particulièrement imprécis (pour qu'une magie atteigne son but, il faut vraiment le vouloir), ainsi les combats directs sont vraiment peu intuitifs et maladroits. Quant aux larbins, ils sont toujours un peu fou-fou et ne font pas toujours ce qu'on attend d'eux. Autre point disgracieux : la caméra est particulièrement mal gérée. Sur consoles, le stick droit sert à contrôler directement ses larbins, au lieu d'avoir une caméra libre (et les habitudes ont la vie tenace). La caméra est donc gérée automatiquement mais se trouve rarement sous le bon angle, du moins le plus confortable et le plus lisible. Il y a bien une touche pour la recaler derrière l'overlord et on dispose de 2 angles de vue (de dos et un autre plus aérien) mais ça reste insuffisant. Dernier point du gameplay, sur Xbox 360 et PC, le jeu propose un patch (gratuit) afin de disposer d'un sympathique mode coop', si prisé de nos jours. Sur PlayStation 3, sous-titré Raising Hell dans cette version (mais sortie un an après), le patch est déjà inclus, ainsi que le contenu de ce DLC payant (environ 10€) sur les autres supports.


L'extension
Techniquement, les années 2007 et 2008 ont vu des jeux nettement plus aboutis. Cependant le design fait son bout d'effet
Raising Hell propose de nouveaux défis, de nouvelles armes et armures, ainsi que de nouveaux ennemis à affronter, de quoi faire perdurer une durée de vie déjà pas mal confortable (de l'ordre de la dizaine d'heures). Techniquement, le petit studio néerlandais de Triumph (connu pour sa série Age of Wonders) n'a pas fait de miracles. On en vient même à se dire qu'Overlord devait être à l'origine un jeu Xbox ou PS2, mais qu'il a été repoussé pour profiter des nouveaux supports. On se retrouve donc avec des graphismes datés et très anguleux. Le lord est raide comme un piquet, il marche comme un robot, quant aux larbins, si leurs attitudes sont souvent hilarantes, ils sont par contre animés à l'arrache. Il demeure de très jolis passages (notamment les cavernes ou les cours d'eaux) mais globalement ça reste moyen. La claque next-gen étant aujourd'hui passée, on peut enfin faire la part des choses entre un beau jeu et un, qui ne l'est pas. Fort heureusement, le design est vraiment plaisant et c'est très coloré, ainsi Overlord reste tout de même agréable à regarder et l'éclectisme des décors le rend dépaysant et finalement plus léger que lugubre. Car l'autre force du titre, c'est bien entendu son ton décalé et ses touches d'humour via des farces crétines (des larbins qui se mettent des citrouilles sur la tête ou qui pissent n'importe où après avoir trop bu de bière) mais qui donnent au titre une ambiance forcément burlesque. A vrai dire, si le jeu avait été sérieux, je crois qu'il n'aurait pas été aussi génial car quitte à faire le mal, autant s'amuser en même temps. Et on pourra en dire autant d'une VF prise à légère. Dans le fond le doublage n'est pas top qualité, mais comme c'est cette atmosphère rigolote qui berce le jeu, alors les intonations tout sauf sérieuses et bourrées d'inepties (tout comme ces phrases débiles ou ces rires digne d'un dessin-animé) font que l'ensemble passe très bien. Les musiques, plus sérieuses, plongent le joueur dans l'univers qui lui est prédestiné, rendant la part belle à l'action. Et c'est vrai que malgré son côté détendu, Overlord est quand même un jeu d'action avec quelques passages où le joueur (pardon l'overlord) doit envoyer ses larbins accomplir une tâche bien précise en vue de reconquérir son influence et rebâtir sa tour maléfique.



Overlord Note
est la bonne surprise du jour ! Alors qu'au départ je m'attendais plus à un jeu comme Diablo, il en faut parfois peu, pour passer une bonne journée. Et si c'est en compagnie d'un bon jeu, léger, facile à prendre en mains et divertissant, alors on a tout bon. Maintenant il faut être clair, ce titre-là est loin d'être parfait. Ces soucis d'imprécisions, de caméra et son manque global de finitions, peuvent finir par agacer. De même, si l'ensemble est globalement réussi, techniquement on sent bien que le projet devait à l'origine être destiné à des supports plus modestes, et que le jeu s'est vu HDisé très tard dans le développement (pour être franc, il ressemble à ses nombreux jeux PS2 qui ont été remasterisés en HD sur PS3). Alors oui, Overlord accuse de sérieuses lacunes… Maintenant il serait vraiment dommage de passer à côté d'un tel titre uniquement pour ça. En effet son humour potache mais qui prête forcément à sourire, la qualité de son gameplay ou encore le fun qui se dégage lorsqu'on saccage tout sur notre passage (et ce, en envoyant ses fidèles larbins), font d'Overlord une aventure vraiment agréable à parcourir. Et puis ce n'est pas tous les jours qu'on peut jouer les mauvais-rôles. Et croyez-moi, de temps en temps ça fait du bien de faire le mal…



Les -

  • Scénarisation minimaliste
  • De gros soucis de caméra
  • Techniquement dépassé
  • Manque de finitions
  • Les +

  • Quelques choix à faire, en bien ou en mal
  • Faites le mal et faites-le bien !
  • C'est fun, très fun même !
  • Durée de vie correcte
  • Les larbins !
  • L'humour


  • Test réalisé par iiYama

    juin 2008 (mise à jour : mars 2014)