Ni no Kuni (PS3)

 







Note générale


Sortie du jeu : février 2013
Développeur : Level-5
Adaptation : Level-5
Editeur : Namco Bandaï
Genre : jeu de rôle (RPG)

Support : 1 Blu-Ray
Version testée : Française
Doublage : JAP ou US (au choix)
Textes à l'écran : FR

Espace disque nécessaire : 3.3Go (install)
Définition HD : 720p
Compatible 3D : non
Difficulté :
Compatible Move : non

Multi-joueurs : non
Titres alternatifs : Ni no Kuni : The Another World - Ni no Kuni : Wrath of the White Witch (région NTSC) - Ni no Kuni : Shikkoku no Madōshi (version DS JAP)
Prix au lancement : 60€
Score des ventes : 1.4 Millions


Aussi disponible sur :








Les sites partenaires :





_________________________________

Pages vues (depuis avril 2016)




Visiteurs uniques (depuis avril 2016)

Ni no Kuni

La Vengeance de la Sorcière Céleste



Sorti le 9
L'histoire est sympa mais c'est surtout les Animes qui donnent du cachet à l'ensemble
décembre 2010 sur Nintendo DS, Ni no Kuni n'aura eu qu'un succès confidentiel, la faute à une édition qui s'est cantonnée au Japon. Heureusement les qualités du jeu étaient telles (et le reste du monde aujourd'hui très ouvert à la culture manga) que Level-5, le talentueux développeur du Professeur Layton, s'est décidé d'adapter son titre sur PS3. Bien entendu entre un écran de DS et un télé HD il y a tout un monde (il faut upscaler les vidéos et les graphismes), voilà pourquoi il mettra un an pour sortir sur la console de Sony... au Japon dans un premier temps, et encore un peu plus d'un an pour voir le jour en occident. Maintenant, comment vous parler de Ni no Kuni tout en restant objectif ? Et bien laisser moi vous dire que c'est un exercice assez difficile sur un chef-d'œuvre tel que ce que le studio de chez Level-5 et de chez Ghibli (Mon Voisin Totoro, Le voyage de Chihiro, Princesse Mononoke...), aussi connu sous le nom du "Disney Japonais" nous ont concoctés ! Un délicieux mélange qui donne un jeu à l'aspect envoutant et une ambiance divinement rafraichissante. Mais commençons par le commencement, avec le synopsis de cette perle rare du jeu vidéo. Tout commence a Motorville, la ville de notre futur petit héros surnommé Oliver. La vie s'y écoule paisiblement jusqu'au jour où Oliver, suite à une virée nocturne avec son ami Phil, vit un tragique accident où il voit sa propre mère y décéder... Notre petit héros ne va plus bien du tout et pleure chaque jour un peu plus sa pauvre maman. C'est alors qu'un jour une de ses larmes tombe sur le doudou que sa pauvre mère lui avait offert et c'est ainsi que le bout de chiffon commence a prendre forme et vie comme par miracle. Le doudou lui explique qu'en fait c'est une fée et qu'il vient d'un autre monde (Ni no Kuni en Japonais :), un monde parallèle où vivent les mêmes personnes appelées les âmes sœurs. De son côté, il a été fait prisonnier et transformé en doudou par le grand méchant de l'histoire surnommé Shadar, qui a la capacité étrange de voler des fragments de cœur des gens. Il lui dit qu'il s'appelle Lumi et que Oliver est le héros au cœur pur tant attendu pour sauver l'autre monde. Il lui explique alors que l'âme-sœur de sa maman vit encore dans l'autre monde et que même si elle est morte, il lui est encore possible de la sauver s'il retrouve cette dîtes âme-sœur. OIiver part alors à l'aventure et c'est ainsi que commence l'histoire de Ni no Kuni !



Le gameplay
Le gameplay se veut très classique pour un jRPG
de Ni no Kuni se déroule comme celui de n'importe quel jRPG. C'est a dire que l'on se déplace sur une map en faisant du leveling et en explorant les différents villages ou autre grotte et donjons. Les ennemis sont visibles sur la carte et vous coursent (comme dans Dragon Quest) si vous êtes plus faibles qu'eux. Par contre ce n'est plus le cas dès que vous aurez dépassé leur niveau. Les combats quant à eux, se déroulent en "temps réel" : très dynamiques, c'est un croisement entre un Tales of et Pokémon. En effet, il n'y a pas de pause pendant les combats : vous devrez donc agir vite et bien avec un soupçon de stratégie. Vous aurez le choix dans chaque combat de démarrer avec Oliver ou de lancer un familier qui combattra à votre place mais attention car si vos familiers perdent de la vie, vous aussi ! Les déplacements dans les menus sont très faciles et on trouve facilement ce qu'on cherche. Il y a aussi différents moyens de se déplacer tel que le bateau ou à dos de dragon. Malgré tout ça, dans l'ensemble l'aventure reste très facile ne vous inquiétez pas. Les graphismes de Ni no Kuni sont tout simplement fantastiques ! Tout a été travaillé avec le coup de crayon du célèbre Yoshiyuki Momose, connu pour ses chefs d'œuvres animés comme le Tombeau des Lucioles et Pompoko entre autre. Le cel-shading est travaillé de sorte que ça ressemble a un Anime de chez Ghibli. On voit d'ailleurs peu de différences avec les vraies cinématiques animées et le jeu lui-même. Et il faut dire que ça en jette vraiment ! Les différentes villes ainsi que la carte ou même dans les différents menus sont tout simplement féériques et agréables visuellement. L'oeil ne se lasse pas de voir tout ces petits détails, même en repassant 10 fois par le même village. Quant au jeu de couleurs, il me fait penser à Dragon Quest 8 sur PS2 ou des différents opus sortis sur portables.



Les familiers
Techniquement c'est magnifique ! Au point qu'on fait à peine la différence entre les vidéos et le jeu lui même
ressemblent d'ailleurs beaucoup aux créatures de chez Dragon Quest, sans pour autant tomber dans le plagiat pur et simple. Bref, la palette de couleurs choisies est tout simplement exellente, très agréables et reposante à l'oeil. Encore une chose importante pour finir : le soft ne souffre d'aucun bug et ça c'est vraiment bien ! Le seul hic c'est que comme d'habitude sur PS3 on reste seulement sur du 720p et c'est un peu dommage mais dans l'ensemble le jeu est tout simplement magnifique même si il aurait encore pu pousser les capacités de la console. La bande son est juste, entrainante, envoutante. Lorsque l'on écoute on ne veut plus s' arrêter de jouer ! Et ça se comprend aisément lorsque sait que c'est le grand Joe Hisaichi qui est aux commandes. Le bonhomme s'est d'ailleurs bâti une solide réputation en tant que compositeur de musique moderne mais aussi en tant que chef-d'orchestre et pianiste. Il est connu tout aussi bien dans son pays d'origine (le Japon) qu'à l'étranger. Il a d'ailleurs reçu de nombreuses récompenses telles que les "Japanese Academy Awards" de la musique qui est l'équivalent aux Oscars dans le pays du Soleil Levant. Quant aux doublages ils sont au choix, en Japonais ou en Anglais avec les sous titres en français. La synchro labiale est parfaite et n'a pas de défaut que ce soit en Anglais comme en Japonais. Côté durée de vie, il faut compter entre 40 et 50 heures si vous jouez en ligne droite... beaucoup plus si vous voulez accomplir toutes les quêtes annexes (qui rapportent d'ailleurs beaucoup de choses intéressantes si ont les fait). Sans compter qu'il y a encore la chasse aux familiers qui évoluent façon Pokémon, les pages d'almanach à remplir et les différentes recettes alchimiques à trouver. Bref, vous l'aurez compris, le jeu vous tiendra en haleine un bon moment.



Ni no Kuni Note
étant magnifique, agréable et ne souffrant de presque d'aucun défaut (ou alors minimes) je lui met un bon et mérité 17 ! J'aurai voulu lui mettre 18 ou 19 mais il perd des points par rapport à sa facilité (je vous rappelle que j'ai fini Demon's Souls moi ^_^ ). Un petit défaut certes, mais une difficulté plus équilibrée (plus facile en easy, et beaucoup plus dure en hard) n'aurait pas été un luxe. Ceci dit, la perfection n'est pas loin et tout possesseur de PS3 en manque de jRPG (ou les fans des œuvres de Ghibli) se doivent d'avoir ce chef-d'oeuvre vidéo-ludique ! Un jeu à ne manquer sous aucun prétexte et à exposer fièrement dans sa ludothèque.



Les -

  • Caméra un peu récalcitrante par moment (surtout lors des combats)
  • Trop facile
  • Les +

  • Un gameplay riche et original
  • De très jolis graphismes
  • Excellente bande-son
  • Une histoire sympa

  • Test réalisé par Mugiwara85

    février 2013