MotorStorm (PS3)

 








Développement scénaristique
Jouabilité & Gameplay
L'image
Le son
Note générale


Sortie du jeu : mars 2007
Développeur : Evolution studios
Editeur : Sony Computer
Genre : courses

Support : 1 Blu-Ray
Version testée : Française
Voix dans le jeu : FR
Textes à l'écran : FR

Espace disque nécessaire : 1Mo (saves)
Définition HD : 720p
Difficulté :
Multi-joueurs : non
Prix au lancement : 70€
Score des ventes : 3.8 Millions







Les sites partenaires :





_________________________________

Pages vues (depuis avril 2016)




Visiteurs uniques (depuis avril 2016)

MotorStorm









Grand représentant la next-gen dans toute sa splendeur, MotorStorm est un peu LE jeu du line-up de la PS3 (avec Resistance : Fall of Man). Je l'avoue, lors de mon incursion à la Fnac, le jour de la sortie Française de la console, ce jeu tournait sur un écran géant mais ne m'interpellait pas. Réflexion faite, c'est de la bombe ! Prouvant que la PS3 en a une grosse sous le capot, que le Blu-Ray sert à quelque chose à grand renfort de vidéo HD, MotorStorm est une parfaite démo technique où finalement, on ne regrettera qu'un manque de contenu.



Développement scénaristique

Bien sûr, dans un tel jeu on ne parle pas de scénario. Avec une intro HD de toute beauté qui mêle images de synthèses et vidéos réelles, on découvre le lieu des événements : le Nevada. Lieu spirituel des Indiens où le désert se taille le décor avec des rocheuses d'une splendeur peu commune. Mais aussi l'endroit où se déroule un show monstrueux, avec des courses endiablées, des concerts en plein air ainsi que des stands. Un show à l'américaine en somme. Le menu principal propose, en plus du tournoi, pas moins de 7 vidéos HD (ils en profitent) servant un peu de making-off (démos, artworks) et de trailers. La plus impressionnante (qui sert pour les crédits) est celle qu'ils ont tournés au dessus des rocheuses à bord d'un hélicoptère et qui servit de base au design final. Dommage malgré tout qu'il n'y ait pas un mode campagne...


Jouabilité & Gameplay

MotorStorm propose
Choisir un véhicule c'est bien mais choisir un modèle plutôt qu'un autre ne sert à rien
un système de tickets d'entrées pour débloquer les courses suivantes. A chaque course, on récolte des points et ces points servent à acheter de nouveaux tickets et de nouveaux véhicules. 21 tickets sont à récupérer, comportant chacun 1 à 4 courses. Les pistes sont fermées et ne sont généralement pas très grandes mais très accidentées. MotorStorm propose pas moins de 7 types de véhicules tout-terrain : moto, buggy, quad, rallye, camionnette, trucks et 4x4. Le choix du type de véhicule influe énormément sur la conduite, ce qui n'est pas le cas dans le choix du modèle. Evidemment il faut finir chaque niveau en pole position pour espérer passer au suivant, quitte à user des pires bassesses (bousculades, rentre-dedans, provocations, expulsions dans le ravin). Des coups bas que vos adversaires abuseront sur vous, comme sur les autres (ça fait plaisir de ne pas être la seule cible de l'IA). Evidemment, plus le véhicule est léger, et plus il est rapide et fragile. Comme dans la plupart des courses toutes les catégories sont mélangées (il y a aussi des courses où n'affronte qu'un seul type de véhicule), et lorsqu'on est à moto il est difficile de rivaliser avec un camion (je compte pas le nombre de fois que je me suis fais écraser), le compromis étant les voitures (les camions étant assez patauds et lents). Et il est vrai que le jeu aura tendance à ramer un peu en l'état. Heureusement que pour pimenter les courses, on a droit à une bonne dose de "nitrous". La quantité n'est pas limitée mais elle créé une surchauffe du moteur. Si on insiste, c'est l'explosion ! Le boost sert évidemment à gratter quelques places puisqu'un véhicule, même lent, se met à speeder. Pour ceux qui savent l'utiliser à bon escient, il peut aussi servir à récupérer son "grip" lors d'une sortie de virage mal négociée. Les pistes étant très chaotiques, habile mélange de terrain boueux, de parcelle de désert et de routes de montagnes, on aura parfois le choix d'emprunter le chemin qu'on veut. Certains types de véhicules s'en sortent mieux que d'autres selon le terrain : par exemple, la voiture de rallye s'éclate dans la poussière quand le truck préfère la boue et les motos se débrouillent au mieux sur les petits chemins étroits et cayeux.


Le pad n'est malheureusement
La jouabilité est super agréable... bien que très limitée
pas configurable comme on le souhaite. On a le choix qu'entre 2 types de configuration, ce qui est un peu rageant quand on aimerait apprécier sa config' perso. Malgré tout, le fait d'utiliser les gâchettes L2-R2, qui sont analogiques je rappelle, ça permet d'avoir une conduite plus souple qu'avec les boutons carré et croix. MotorStorm propose par contre le choix entre la détection des mouvements SixAxis, la croix numérique ou le stick analogique. Cette fois tout le monde est servi même si je vous déconseille fortement une détection de mouvements molle et qui ne réagit pas assez rapidement pour pouvoir affronter des concurrents souvent acharnés. Car il est vrai que le jeu, s'il n'est pas difficile au début, devient sérieusement corsé dés la moitié franchie (aux alentours du 10e ticket). 2 vues sont dispo, extérieure et capot, cette dernière n'étant pas dispo pour les motos. La vue extérieure est plus pratique pour mieux négocier ses virages et se battre avec les autres coureurs, la vue intérieure quant à elle, est visuellement plus impressionnante. A cause d'une physique totalement fantaisiste, MotorStorm se trouve immédiatement classé dans les jeux Arcade. Le pilotage est souvent jouissif mais nos caisses à savon accusent des ressorts de 2CV, ce qui fait qu'elles sautillent tout le temps. C'est aussi ce qui fait le charme du titre, même si un peu plus de réalisme aurait été le bienvenu. Jouable en ligne jusqu'à 12 via le PSN, on peut aussi trouver sur le Net des add-ons payants qui proposent généralement des pistes ou événements supplémentaires. Malgré tout, on retiendra 2 gros défauts : tout d'abord il est parfois gonflant d'être stoppé net sur un petit rocher alors qu'on a littéralement glissé sur un gros 2 minutes avant. Une critique qu'on peut aussi attribuer à des objets qui ne devraient pas résister à un choc frontal comme une simple pancarte. A la longue, c'est un peu pénible car ça occasionne beaucoup de crash et nous font perdre de précieuses places difficilement acquises. Enfin, MotorStorm ne possède aucun mode 2 joueurs en splitté (encore moins à 4). Si on veut s'éclater sur la même télé, il faudra sans doute attendre sa suite... et c'est son plus grand défaut.


L'image

Côté image,
Le moteur graphique cartonne ! Dommage que les décors ne se renouvellent jamais
on sent une réelle évolution graphique par rapport à la précédente génération de consoles. Les graphismes arrachent grave et l'aliasing se fait en plus très discret. L'animation est très fluide et le boost donne une réelle sensation d'arracher la route. Quelques saccades subsistent mais elles sont généralement rares. Comme je le disais tout à l'heure, la physique est totalement fantaisiste. Sous le capot de cet état de fait, on retrouve le moteur Havok, celui-là même qui sévit dans le grand Half-Life². Malgré tout, il nous propose quelques effets de choix comme une dégradation en temps réel de la carrosserie et des crashs au ralenti vraiment impressionnants et détaillés. Au départ, votre véhicule est flambant neuf et au bout du premier tour de piste, c'est garanti qu'il est dégueulasse. Et il faut aimer les masques de beauté à base de boues car de la gadoue, vous allez en bouffer, les éclaboussures allant même jusqu'à souiller la visière du casque (sur l'écran en somme). On peut aussi féliciter Evolution Studios, d'avoir essayé de rendre l'image la plus réaliste possible, avec notamment des pistes qui se désagrègent au fil de la course. C'est d'autant plus vrai avec des traces de pneus persistantes (pas aussi fidèle que dans SEGA Rally mais tout de même) et quelques éléments du décor qui sont destructibles et qu'on retrouve éparpillés au tour suivant. L'ambiance ressemble donc plus à du Mad Max qu'à du Gran Turismo ! On regrettera par contre qu'une même course soit déclinée sous toutes ses formes, que les spectateurs soient statiques (même lorsqu'on s'explose juste à côté) et surtout, que les chargements soient si longs. Pourquoi le jeu n'installe-t-il pas les données les plus utilisées sur le disque dur, comme le fait Ridge Racer 7 ? Ça écourterait drastiquement de longs loadings qui deviennent vite irritants.


Le son

Musicalement énorme, alternant Electro avec du bon gros Rock, ça sent la sueur et l'huile de moteur en surchauffe. Dommage par contre que tout cet étal de rythme, qui suit parfaitement l'ambiance un peu trash du jeu, finisse par prendre la tête. Le disque contient une vingtaine de pistes, en écoute direct dans le sound-test et sélectionnable en playlist, mais au bout d'un moment, tout ce bourrinisme, ça saoule. A contrario, les voix (doublées en Français) sont rares mais bonnes, et les bruitages sont parfaits.


Note générale

Si je n'étais pas emballé par ce MotorStorm le jour où j'ai acheté ma PlayStation 3, je peux dire que j'ai changé d'avis lorsque j'ai essayé la démo, puis acheté le jeu complet. La recette est simple : 100% adrénaline = 100% Fun. Sur fond d'une ambiance à la Mad Max (les meurtres en moins), les chutes et les crashs sont fréquents (surtout à moto) donnant une atmosphère chargée et assez originale. Quel pied ! Le gameplay, très axé Arcade, se fond parfaitement à une physique étrange mais qui donne aussi tout son cachet au jeu. On peut regretter une playlist un peu trop sauvage bien qu'en accord avec le thème, une difficulté un peu trop élevée, le manque de circuits ou plus globalement, un manque de contenu. On notera aussi l'inexplicable absence d'un mode 2 joueurs offline, à la différence de loadings omniprésents. Malgré tout, MotorStorm reste fun et puissant, très beau, dévoilant au monde que finalement, malgré pas mal de difficultés à programmer la console (ce qui force certains développeurs à abandonner des projets), la PS3 a un gros potentiel.


Test réalisé par iiYama

mars 2007 (mise à jour : juin 2008)