Mass Effect 2 DLCs (PS3)

 






 


Fakir
Site du Crash du Normandy
Zaeed Le Prix de la Revanche
Kasumi La Mémoire Volée
Suprématie
Le Courtier de l'Ombre
L'arrivée


Développeur : BioWare Corp
Editeur : Electronic Arts
Genre : Aventure / RPG

Support : en téléchargement
Version testée : Française
Voix dans le jeu : FR
Textes à l'écran : FR

Moteur graphique : Unreal Engine III
Définition HD : 720p
Compatible 3D : non
Multi-joueurs : non


Mass Effect 2 est disponible sur :




Les sites partenaires :





_________________________________

Pages vues (depuis avril 2016)




Visiteurs uniques (depuis avril 2016)

Mass Effect 2

Kasumi : La Mémoire Volée
Le Courtier de l'Ombre
Suprématie
L'arrivée
...



Comme tout grand jeu qui se respecte de nos jours, Mass Effect 2 n'échappe pas à la mode du DLC. Via le Réseau Cerberus, un réseau virtuel inclus au jeu, nous avons à disposition tout un tas de packs et de missions secondaires, à des prix divers allant de 10 €uros à des achats plus généreux puisqu'ils sont gratuits. Etant donné ma passion (et je pèse mes mots) pour la licence Mass Effect, j'ai tout acheté et j'ai décidé de vous en parler. Mais attention, on ne parle pas ici des packs d'armes ou des costumes, qui sont à mes yeux de véritables arnaques. Perso, je n'investis pas 2€ pour acquérir 3 costumes ou 3 nouvelles armes… d'autant que les données sont incluses au disque (en fait le jeu télécharge uniquement un patch de déblocage). Ça je le laisse aux pigeons. Non ici nous parlons de ces missions qui font avancer plus ou moins l'histoire, ces packs qui apportent une vraie plus-value au contenu global de Mass Effect 2. Comme vous le savez, la version PS3 est sortie un an après celle sur PC et Xbox 360, voilà pourquoi BioWare, afin de compenser son retard, a inclus les 3 premiers DLCs (Suprématie, Le Courtier de l'Ombre et Kasumi : La Mémoire Volée) à cette tardive édition. Ça ne nous empêchera pas d'aborder le sujet et de savoir de quoi il en retourne. A noter enfin que si BioWare cherche évidemment à se faire le plus d'argent possible sur son jeu (personnellement, les DLCs m'ont coutés plus cher que le jeu lui-même !!), ils ne sont pas chiens pour autant. Les meilleures missions sont forcément payantes mais déjà elles sont bien meilleures que lors du précédent opus (dont les DLCs étaient un peu décevants) et ensuite, ça n'a pas empêché le studio de nous faire quelques petits cadeaux, en la présence de missions gratuites et d'objets offerts. Maintenant si vous achetez le jeu d'occasion et que le code est déjà utilisé, il vous en coutera 15€ pour réactiver le Réseau Cerberus (c'est carrément du vol !) ou si votre console n'est pas connectée à Internet, et bien tant pis, vous allez rater pas mal de contenu.


_______________________________________________________________________
Fakir



Prix : gratuit

Le pack Fakir n'a aucun lien avec un quelconque conte des mille et une nuits ou légende indienne. Par contre, c'est un pack de 5 mini-missions dont la première consiste à récupérer le véhicule Hammerhead. Il ressemble au "cafard" (ceux qui connaissent bien Mass Effect 2 savent de quoi je parle), sauf que cette fois on le pilote nous même. C'est une sorte d'hydroglisseur armé d'un canon et ayant la faculté de faire des sauts conséquents, ce qui nous permet d'avoir un gameplay axé sur la plate-forme, assez sympa. Au niveau de l'histoire on entend parler de Geths et de Prothéens mais au final on n'en apprendra pas plus. Le but premier est de récupérer les données de 2 imminents chercheurs visiblement disparus mais dans l'immédiat, rien de bien concluant. Sympa à jouer, et nous changeant du contrôle direct de Shepard, ça nous rappelle le tout-terrain du premier Mass Effect (le Mako). En réalité, ce pack de 5 missions (dont la durée de vie n'excède pas l'heure) sera surtout l'occasion de récolter des minéraux rares tels que le Palladium et l'Iridium (les mêmes qu'on récupère en scannant les planètes). Bref, à part ça et le fait de revoir une de ces boules géantes prothéennes… rien de bien neuf, si ce n'est de s'amuser un peu à faire "autre chose" car il est clair qu'au sein de l'aventure principale, celles-ci sont originales et uniques. Au niveau des décors, les missions se déroulent sur des planètes différentes et offrent des décors assez opposés. Les 2 plus beaux restants ceux qui se déroulent en plein blizzard (l'effet de froid est très réussi), l'autre dans des décors rocheux et volcaniques de toute beauté. Le dernier bon point c'est que même si c'est court et scénaristiquement plat, c'est avant tout gratuit. Et quand c'est gratuit, il est tout de suite plus difficile de râler, d'autant qu'on a la possibilité de remplir (un peu) ses réserves de minéraux, sans se faire suer avec les sondes.


 
Cliquez sur l'image pour l'agrandir


_______________________________________________________________________
Site du Crash du Normandy



Prix : gratuit

Bon soyons clair, si vous avez joué à Mass Effect 2, même rien qu'à la démo, je ne vous apprends rien en vous disant qu'au tout début du jeu, le vaisseau Normandy se fait littéralement défoncer par un croiseur Récolteur. C'est donc l'occasion de retourner sur le site du crash pour une séquence émotion. Pas de quoi tirer la goutte, l'expérience tourne très vite court puisqu'elle peut se torpiller en 20 secondes. Au minimum Shepard doit déposer un monument commémoratif et une fois fait, on peut se barrer direct. On est seul pour faire ça (pas de coéquipier) et ça va donc très vite. On fouinant un peu il est possible de récupérer les 20 plaques d'identification du personnel mort (comme le navigateur Pressly), ce qui vous permettra de récolter 200 points d'XP supplémentaires (10 par plaque). L'unique bonne nouvelle c'est qu'un peu partout sont disposés des conteneurs d'ézo, le minerai le plus rare des 4. Donc si on visite tout (ce qui sera l'occasion de voir quelques flashbacks franchement pas terribles), on en aura pour 10 minutes tout au plus. Ce petit add-on est donc une déception (il faut dire qu'avec un DLC d'une cinquantaine de Mega-Octects, il ne fallait pas s'attendre à des miracles) car au lieu de simples images, on aurait pu avoir de véritables scènes ou des petites vidéos issues du précédent jeu. Mieux, sans dire que le manque total d'action rend la séquence molle, Shepard aurait pu dire un mot, provoquer une réelle émotion. En conclusion, même gratos cet add-on déçoit. Il faut le faire uniquement si on veut récolter de l'élément zéro car pour le reste, c'est une perte de temps.


 
Cliquez sur l'image pour l'agrandir


_______________________________________________________________________
Zaeed : Le Prix de la Revanche



Prix : gratuit

Dans mon cas à moi, Zaeed est le dernier personnage à avoir rejoint l'équipe. Même s'il est humain, c'est quelqu'un qui n'inspire pas la confiance. Cette mission ne nous apprend pas grand-chose sauf peut-être (attention spoil !) que Zaeed est, avec Vido, le fondateur des Soleils Bleus. 20 ans plus tôt, Vido a essayé de le tuer et s'est octroyé la direction des Soleils Bleus, voilà pourquoi l'homme à l'œil vert, s'est affublé d'un œil de verre. En parallèle l'Homme Trouble aimerait qu'on libère une raffinerie, histoire de faire d'une pierre 2 coups. Mais à l'approche de son ennemi juré, Zaeed pète les plombs et fait en sorte que la raffinerie soit sur le point d'exploser. A ce stade de la mission un choix s'impose : sauver les innocents travailleurs de la raffinerie ou pister et tuer Vido. Evidemment ce choix influe sur votre récompense en conciliation ou en pragmatisme (comme tout choix moral), ainsi que sur les objets à dénicher. Après il faut être clair, je suis bien content que ce petit contenu soit gratuit. Tout d'abord parce que cette quête n'est pas passionnante (sans doute parce que Zaeed n'est pas un personnage attachant, on n'a pas spécialement envi de lui rendre service) et ensuite parce qu'elle dure au plus 30 minutes (et encore). On appréciera tout de même les superbes environnements de cette planète aux allures de Terre dont les décors extérieurs sont vraiment magnifiques (en intérieur c'est déjà nettement plus classique). Au passage on récoltera bien entendu quelques minerais précieux, un peu d'argent et une nouvelle arme lourde. Au final ce petit contenu est sympa mais y'a vraiment pas de quoi en faire toute une histoire. Les problèmes de Zaeed sont tout à fait dispensables… du moins plus que ceux des autres protagonistes.


 
Cliquez sur l'image pour l'agrandir


_______________________________________________________________________
Kasumi : La Mémoire Volée



Prix : gratuit (inclus au jeu)
Titres alternatifs : Kasumi Goto / Kasumi : Stolen Memory

L'histoire de Kasumi Goto est le tout premier DLC "normalement" payant de Mass Effect 2 mais il est inclus gratuitement à cette édition PS3. Bien entendu, niveau notation il ne faut pas comparer un DLC payant d'un DLC gratuit puisque le prix entre en ligne de compte. Il est donc naturel d'être plus clément envers le contenu qu'on ne paye pas. Pour la petite histoire, le recrutement de Kasumi est assez original puisqu'elle prend contact avec Shepard via un panneau de pub de la Citadelle. Cette dernière voudrait récupérer la boite grise de son défunt ami, Keiji Okuda. La boite grise est une sorte de mémo sensoriel, de moyen stockage qui conserve les données et les souvenirs d'une personne, un peu à la façon de Johnny Mnemonic (le film avec Keanu Reeves). Pour la récupérer, il faudra s'inviter à la petite fête de Donovan Hock, un nettoyeur qui semble être en prime le meurtrier de Keiji. La mission se déroule alors en 2 temps. La première partie est une sorte d'investigation des lieux, où en pleine soirée mondaine, il faudra jouer les apprentis voleurs. Une fois le boitier récupéré, le gameplay passe à ce qu'il fait de mieux : la baston. Pas de grande surprise pour ce DLC mais tout de même une bonne mise en scène et pas mal de dialogues (à ce propos, comme dans le jeu principal, il est ridicule de voir des gens parler sans ouvrir la bouche). La phase d'investigation n'est pas plus passionnante qu'une autre mais nous change du quotidien de Shepard. Au passage on gagne un peu d'argent et de platine, il est possible d'admirer un décor panoramique somptueux qui rappelle Star Wars et on pourra choper une nouvelle arme, le Locuste. De son côté Kasumi ressemble beaucoup à un seigneur Sith mais elle reste jolie et attachante. D'ailleurs une fois la mission accomplie, elle fait un équipier de choix grâce à ses facultés de camouflage optique. Après faut être franc, le prix est un peu salé car la durée de vie n'excède pas l'heure (et encore, il faut trainer la patte). Cette mission est bien conçue et cette nouvelle alliée vient gonfler nos rangs mais ça reste un peu cher. A part ce détail là, il n'y a pas grand-chose à redire. C'est bien amené, bien conçu et au final c'est plaisant à jouer.


 
Cliquez sur l'image pour l'agrandir


_______________________________________________________________________
Suprématie



Prix : gratuit (inclus au jeu)
Titre alternatif : Overlord

Suprématie est le 2e DLC payant à être sorti sur Xbox 360 et PC (il est, dans cette version, inclus au jeu). 2 mois après le très bon Kasumi Goto, qui nous offrait un peu de variété à immiscer au cœur de l'aventure principale, BioWare s'est efforcé de nous en donner plus. Pourtant au départ, on jurerait une arnaque. Une fois le DLC téléchargé, on reçoit un vulgaire mail de l'Homme Trouble qui nous propose une nouvelle mission. Pas d'intro, pas de mise en scène, on débarque et direct on blaste du Geth. Mais très vite l'ambiance se pose. En fait le "projet suprématie" visait à reprendre le contrôle des Geths via une I.V. mais vous vous en doutez, ça a très mal tourné et c'est à nous de régler le problème (un problème de taille qui plus est). Cette mission se compose en 3 parties. La première, extrêmement classique, nous oppose aux Geths et la mission sera d'éviter que l'I.V. quitte la planète via le réseau Extranet. La 2e partie est nettement plus intéressante car à bord du Hammerhead il faut faire sauter 2 installations en vue de débloquer le passage jusqu'à l'I.V. Enfin la 3e partie consiste à justement en finir avec elle. L'ambiance est en plus, très bien travaillée. Si seul Shepard et son intervenant possèdent des dialogues, cette I.V. qui a pétée les plombs et qui a envahie toute l'installation donne un relent des films Le Cobaye et Virus. Ok c'est 2 gros nanars mais pour l'ambiance glauque et l'aspect technologie qu'on ne maitrise plus, les références s'imposent. Mention spéciale à la toute dernière phase de jeu où on se croirait carrément transporté dans l'univers de Tron. La grande classe. Après ça reste du Mass Effect 2 mais le temps de cette mission, difficile de trouver quelque chose à redire. Atmosphère lourde, quelques puzzles à déjouer, de l'argent et des minéraux rares à récolter… si c'est un peu la routine, sachez que c'est la variété qui fait tout son charme. Pour ce qui est des graphismes, les environnements extérieurs sont comme toujours splendides. En intérieur c'est nettement plus banal, à part bien entendu sur la fin où les développeurs ont fait un réel effort sur le design. A noter aussi qu'on profite d'une nouvelle musique pour les combats, une très bonne musique qui plus est. Au final, Suprématie est un bon add-on. Sur les 1h30 que dure (environ) cette quête, on passe par de nombreuses phases de gameplay (d'ailleurs, on fera des choses étonnantes avec le Hammerhead), les décors sont variés, très beaux et l'histoire est intrigante jusqu'au bout. Si pour les 7€ qu'il coute on trouve encore que la durée de vie est un peu légère (d'autant qu'on ne recrute personne et qu'on ne récupère aucune nouvelle arme), après il est difficile de bouder son plaisir car tous les (bons) ingrédients de Mass Effect 2 sont réunis pour 90 minutes d'exploration, de combats et de fun. Un plaisir.


 
Cliquez sur l'image pour l'agrandir


_______________________________________________________________________
Le Courtier de l'Ombre



Prix : gratuit (inclus au jeu)
Titre alternatif : Lair of the Shadow Broker

Les fans le savent depuis longtemps, le Courtier de l'Ombre est le plus grand et le plus vieil ennemi de Liara. A vrai dire, on entend déjà parler de ce type-là lors du premier Mass Effect. Comme son nom l'indique, cet add-on va nous permettre de combler le vide et de mettre enfin un visage (hideux) sur ce mystérieux personnage. Allant crescendo dans la qualité et la longueur de ses DLCs, Le Courtier de l'Ombre semble forcément cher. Imaginez qu'il coute quand même 10€, soit 3€ de plus que les 2 précédents (même s'il est inclus à cette version). Ce prix est justifié par la longueur de cette aventure (un peu plus de 2 heures) et l'investissement du développement. Si une fois de plus il n'y a pas vraiment d'introduction (juste un mail nous intimant de retrouver Liara sur Illium), les choses tournent vite mal, ce qui donne de la consistance à l'intrigue. Séparé en plusieurs phases de jeu, Le Courtier de l'Ombre commence par une phase d'enquête (assez brève) puis très vite les combats reprennent leurs droits. Une fois qu'on aura eu les renseignements qu'on voulait, suite à une baston assez épique, direction le vaisseau du Courtier pour une balade sur sa coque, en vue de tenter une infiltration. L'ordre du jour c'est baston, baston, baston avec bien entendu quelques originalités. Et puis vous vous doutez bien que si Liara veut rencontrer le Courtier, ce n'est pas pour lui acheter des fleurs et c'est alors qu'on découvrira une nouvelle race alien sacrément moche et agressive. Ce DLC se justifie de part son scénario et ses implications, dont les conséquences seront sans aucun doute, répercutées dans Mass Effect 3. Ensuite, la balade sur le vaisseau, sans être très originale niveau gameplay, offre par contre un décorum impressionnant et magnifique.

Si le cœur de ce DLC reste des combats comme on en a vu mille fois, il faudra aussi noter une sympathique course poursuite qui fait immanquablement penser au 5e Elément (le film de Luc Besson), plus 2 affrontements assez épiques contre 2 boss bien coriaces. Le volume assez conséquent de données (plus de 1.5Go !) est d'ailleurs justifié par la présence d'un bon nombre de dialogues, de personnages inédits, de nouvelles musiques (parfois superbes) ainsi qu'un final assez inattendu. La scénarisation est parfaitement menée et une fois la mission terminée, on aura une petite sucrerie. En effet le Courtier de l'Ombre est un informateur donc on pourra consulter pas mal de fichiers vidéo et de dossiers sur les personnages qui nous entourent (plus quelques gâteries que je vous laisse découvrir). Autant dire qu'il est possible d'apprendre et d'acheter certaines choses autrement inaccessibles (surtout qu'on récoltera pas mal d'argent au passage). Enfin, si Liara se joint à l'équipe, ce sera uniquement le temps de la mission. Blasant mais compréhensible. Du point de vue technique, c'est sympa de visiter de nouveaux quartiers d'Illium, le vaisseau du Courtier est évident la grosse attraction mais il ne faut pas oublier la course poursuite, brève mais vraiment bien faite. Peut-être un peu moins varié que l'add-on Suprématie, il est surtout plus long, encore plus travaillé et dévoile enfin le visage du Courtier, ce fourbe dont on a entendu que trop de choses depuis le début des aventures de Shepard. Maintenant il faut être clair, c'est peut-être un peu cher car peu de jeux peuvent justifier un ratio de 5€/h. Par contre, le scénario est vraiment sympa, l'épilogue se révèle distrayant (plus du tout d'action mais…) et l'ensemble tient incroyablement bien la route.


 
Cliquez sur l'image pour l'agrandir


_______________________________________________________________________
L'arrivée



Prix : 7€
Titre alternatif : Arrival

Ce n'est un secret pour personne, l'arrivée des Moissonneurs est imminente et avec elle, son cortège de mort. On le sait, depuis le premier Mass Effect, on entend parler d'eux comme le mal ultime, ceux qui viennent à période régulière remettre les compteurs de la galaxie à zéro... à part que cette fois, Shepard et sa bande de potes compte bien s'éviter ça. Dernier DLC en date (normal étant donné que la sortie de l'épisode 3 est prévu pour bientôt), Arrival nous propose une sorte de préquelle à Mass Effect 3. Bien entendu cette mission se fond parfaitement à l'aventure principale mais elle est quand même destinée à se positionner juste après la fin de Mass Effect 2. Tout commence par un briefing dans les quartiers perso de Shepard. L'Amiral Hackett nous demande de sauver le Dr Kenson, retenue prisonnière sur une colonie Butarienne. Pour des raisons de scénario ou de facilité, cette mission doit se la jouer en solo (comme ça personne ne viendra râler que les 2 autres personnages ne parlent jamais). Donc ceux qui aiment les tactiques de groupes ou les pouvoirs biotiques de ses alliés, vont devoir se brosser. Le Dr Kenson nous annonce que les Moissonneurs sont à la porte de la Voie Lactée (notre galaxie pour de vrai et accessoirement dans le jeu) et ils comptent utiliser un relais cosmodésique pour arriver plus vite. Vous comprendrez bien qu'il faut absolument les freiner… et ce par tous les moyens possibles. Globalement, ce petit bout de scénario est assez sympa, avec en prime une séquence de fin courte mais attrayante. Par contre les dialogues sont assez brefs et surtout, les choix moraux sont imposés. C'est un fait, depuis qu'on a commencé Mass Effect, Shepard prend constamment des décisions et vous vous doutez bien qu'ici aussi, il n'y coupe pas. Malheureusement, cette fois-ci lorsqu'un choix sera à faire, Shepard prendra la décision à notre place. Evidemment c'est très frustrant et je pense surtout que c'est parce que BioWare n'avait absolument pas envi de créer une fin alternative. Ceci dit, ce choix difficile à prendre aura sans doute de fortes répercutions… dans Mass Effect 3.

La mission se déroule en 2 temps. D'abord dans la prison Butarienne en vue de libérer le toubib, ensuite dans un labo hi-tech. Reste que cette petite aventure est très cloisonnée, répétitive et pas bien longue. En effet, si on regarde en arrière, chaque DLC sorti avant lui durait de plus en plus longtemps, offrait pas mal de variété et/ou une ouverture à l'exploration. Ici on avance dans des couloirs exigus (ce qui explique aussi pourquoi on est seul), un peu tous identiques et on fait toujours la même chose : buter des mercenaires. Si dans l'aventure principale (enfin surtout dans les DLCs) les ennemis ont déjà tendance à abuser des grenades flash, ici ça en devient carrément pénible. Autre détail, Shepard se croit encore en équipe avec des phrases du genre "on est repérés"… alors qu'il est seul ! Ça fait un peu tâche et ces dialogues repris du jeu normal, auraient pu être supplantés dans de nouvelles phrases crées pour l'occasion. Enfin le gameplay est tout ce qu'il y a de plus classique. Il n'y a absolument rien de neuf ni d'original. C'est un peu décevant tout de même. Quitte à sortir un DLC basé sur le sauvetage, j'aurai vraiment apprécié d'avoir, au moins durant la première partie, une phase d'infiltration. Genre on aurait eu des armes à silencieux, et ça aurait été l'occasion de jouer les Sam Fisher. Dernier point, la réalisation ne brille pas… elle non plus. Chaque DLC, même gratuit, nous a honorés de quelques passages vraiment magnifiques, mais dans Arrival il faudra se contenter d'environnements quasi exclusivement intérieurs et tout à fait conformistes à ce qu'on connait déjà. Pour la musique, on profite quand même d'une nouvelle piste, assez sympa mais à laquelle il manque ce petit côté dramatique afin de rajouter au tragique de cette mission. En conclusion, ce DLC est un peu cher par rapport à ce qu'il offre. Si j'ai bien aimé la tournure du scénario, je regrette par contre que les choix soient imposés, que le gameplay n'offre rien de neuf et que tout ça ne dure qu'un peu plus d'une heure. BioWare nous a habitué à mieux. Finalement il ne reste que le plaisir d'entrapercevoir ce que donnera Mass Effect 3 en matière de tournure scénaristique, un épisode final qu'on espère à la hauteur des immenses attentes que tous les fans placent en lui...


 
Cliquez sur l'image pour l'agrandir

Test réalisé par iiYama

septembre 2011 (mise à jour : mars 2012)