La Mémoire dans la Peau (PS3)

 








Note générale


Sortie du jeu : juin 2008
Développeur : High Moon Studios
Editeur : Sierra Entertainment
Genre : action

Support : 1 Blu-Ray
Version testée : Française
Voix dans le jeu : FR
Textes à l'écran : FR

Espace disque nécessaire : 5Go (install)
Moteur graphique : Unreal Engine III
Moteur physique : PhysX
Définition HD : 720p
Difficulté :

Multi-joueurs : non
Titre alternatif : Robert Ludlum's The Bourne Conspiracy (US)
Prix au lancement : 70€
Score des ventes : 800.000 (tous supports)


Aussi disponible sur :




Les sites partenaires :





_________________________________

Pages vues (depuis avril 2016)




Visiteurs uniques (depuis avril 2016)

Robert Ludlum's

La Mémoire
dans la Peau





S'il y a bien un film
Dommage que ce ne soit pas les mêmes modèles
où j'ai vraiment adoré Matt Damon, c'est bien La Mémoire dans la Peau (The Bourne's Identity en VO), film d'action survolté où le peu de moyen mis en oeuvre est compensé par un formidable jeu d'acteur. Si le dernier épisode en date de cette trilogie (La Vengeance dans la Peau) est sorti il y a plus de 9 mois de ça, le jeu ne sort qu'aujourd'hui et reprend dans les grandes lignes le premier opus, qui date de 2002. Le titre tente (tant bien que mal) de nous faire revivre les trépidantes aventures de l'ami Bourne qui, à la façon d'un Conrad, fait tout pour retrouver la mémoire. Le jeu nous propose donc de revivre les plus grandes scènes du film, plus quelques nouvelles afin de donner du corps à l'aventure. A la façon d'un Die Hard Trilogy, La Mémoire dans la Peau s'essaie au difficile exercice du multi-gameplay, qui propose 3 axes principaux : combats à mains nues (où les objets peuvent servir d'armes), dog-fights et courses. Un gage de variété certes, mais une mise en oeuvre très succincte de chacune. Les combats sont dynamiques mais se déroulent presque tous de la même manière et les scènes de pilotage sont largement assistées. Seules les scènes à l'arme à feu convainquent vraiment car à l'image de l'excellent Stranglehold, le décor se décrépi sous le feu nourri. Les armes sont conventionnelles mais elles sont fort agréables à se servir. Chaque passage comporte aussi son lot de QTEs (notamment lors des affrontements) et beaucoup de scènes se déclenchent automatiquement, comme si on avait le contrôle de ce "film dont on est le héros" qu'avec parcimonie. Plus violent encore que le long métrage, certains combos font mal rien que de les voir. Mais s'il y a une chose contre laquelle je rechigne, c'est que certains passages demandent un bon timing ou de réaliser une action spéciale, sans quoi on reprend au dernier checkpoint. Malheureusement, reprendre ne serait-ce qu'à 20 secondes du dernier passage occasionne de lourds chargements, qui deviennent irritants à la longue.



Car le jeu est loin
Les bastons sont vraiment violentes
d'être facile et il faut parfois refaire plusieurs fois un même passage avant d'y arriver. Il faut donc être patient, d'autant que bien souvent le temps est décompté, ce qui vous rajoute un stress supplémentaire et ne permet pas de jouer à une vitesse moins crispée. En somme on ne lâche pas le joueur, on lui met la pression constamment, ce qui dynamise le jeu (comme dans le film), avec notamment des effets de caméra. Et oui, idée reprise du second et du troisième film, il y a beaucoup de mouvements de caméra, ce qui rend l'action plus nerveuse mais donne aussi très mal aux yeux et à la tête. Encore que, je trouve ça plus sympa dans le jeu que dans les films, que je trouve quelque peu gâchés à cause de ça. Autre détail gênant, notre Jason Bourne n'apparaît pas sous les traits de Matt Damon, de même que Marie sous ceux de la jolie Franka Potente. Tout ça parce que l’un des acteurs majeurs du cinéma Hollywoodien dénigre complètement le jeu vidéo sous prétexte que sa maman lui a inculquée que les jeux… c’est mal (connasse !). C'est véridique et franchement dommage. En plus il faut souligner que les voix Française diffèrent aussi. Puisqu'on en est à parler de la réalisation, il faut savoir que c'est l'excellent moteur Unreal Engine III qui est une fois de plus mis à contribution. Seulement voilà, je le trouve bien faiblard sur ce titre-là. Certes on nous offre des graphismes next-gen mais l'ensemble n'est pas fameux. Les textures sont bof-bof et on subit un aliasing hyper prononcé. De plus, la physique (gérée par PhyX) réagit parfois bizarrement. La bande-son est très correcte, et on touche très vite aux 3 gameplay du jeu ainsi quà des environnements bien distincts (ceux des courses paraissent les plus réussis d'un point de vue des décors mais les sprites sont horribles).



Entre nous, Note
j'admets ne pas avoir accroché tant que ça à cette adaptation très tardive d'un des meilleurs films du début 2000. La faute à une réalisation assez moyenne et surtout une jouabilité un peu fouillis, pas très précise, ainsi qu'à une caméra qui suit rarement le bon fil. Adapté du roman de Robert Ludlum (dont un potentiel 4e épisode est en pour-parler), La Mémoire dans la Peau reste un jeu sympathique mais qui pâtit d'un quelque chose d'accrocheur, terriblement absent (sans doute à cause de cette difficulté mal dosée, de ces chargements longs et fréquents ou encore de ce timing qu'on nous impose sans cesse, afin de nous mettre une pression et qui, admettons-le, n'est pas très agréable sur la longueur). Dommage, il y avait de l'idée et je me doute qu'il trouvera acheteur car il reste un jeu d'action relativement plaisant, même si pour ça il faudra jouer un Jason Bourne qui ne ressemble pas à Jason Bourne...



Test réalisé par iiYama

juin 2008