Kane & Lynch 2 (PS3)

 








Note générale


Sortie du jeu : août 2010
Développeur : IO Interactive
Editeur : Square Enix
Genre : TPS

Support : 1 Blu-Ray
Version testée : Française
Voix dans le jeu : FR
Textes à l'écran : FR

Moteur graphique : Glacier Engine
Moteur physique : Havok
Difficulté :
Multi-joueurs : oui
Prix au lancement : 70€
Score des ventes : 1.1 Million (tous supports)


Aussi disponible sur :




Les sites partenaires :





_________________________________

Pages vues (depuis avril 2016)




Visiteurs uniques (depuis avril 2016)

Kane & Lynch 2

Dog Days



Avec la sortie de Dead Men,
Le jeu affiche un aspect documentaire bien fait, avec ce que ça implique de bugs et de mouvements de caméra. Le problème c'est que ça devient vite gonflant
les petits gars de IO Interactive nous ont pondus un petit jeu sympa. Un TPS qui malgré une montagne (et quelques collines de plus) de défauts, arrivait à s'en sortir. Après plus de 2 ans de développement (et entre temps un sympathique Mini Ninjas), le développeur semble avoir eu tous les maux du monde à rebondir après Hitman. Hitman... voilà un nom qui résonne dans la tête des joueurs comme une excellente licence mais avec Kane & Lynch, étrangement on ne retrouve pas cette maitrise d'antan, ni ce fun qui nous poussait à enchainer les parties. Premier (très) mauvais point, malgré son prix fort (70€ sur consoles/50€ sur PC) cette suite se torche en à peine 5 heures. C'est quand même super court car avec 1 ou 2 jeux dématérialisés, on passerait le même temps de jeu, pour facilement 30€ de moins ! Et ne comptez sur un multi-joueurs platonique pour vous donner envi de continuer. La plus grosse nouveauté de cette suite, c'est que les développeurs ont pris le parti de nous faire vivre un véritable documentaire d'action dont on aurait les commandes. On retrouve nos 2 compères Lynch et Kane mais cette fois, on jouera le psychopathe au lieu de l'ex-taulard. La réalisation nous donne l'impression de voir l'un de ces films pseudo-amateur, volontairement tourné avec du matos pourri, histoire d'être encore plus dans l'ambiance. Ce phénomène qui a été lancé avec l'horrible Projet Blairwitch (plus proche de nous on peut citer les très bons REC, Cloverfield ou carrément l'excellent District 9) fait ici, son petit bout d'effet. Il est vrai que c'est original, seulement pour simuler le fait que ce soit filmé à la main, sur un caméscope bas-de-gamme, l'image tangue en permanence. Au début on trouve que ça dynamise l'action, que ça la rend nerveuse mais au bout d'un moment, ça file surtout la gerbe et mal aux yeux. Comme si dans les moments calmes, le caméraman n'était pas foutu de tenir son objectif à peu près potablement. Il a parkinson ou quoi ?!! Avec ça, on aura bien entendu tous les effets adéquats, comme si on y était : couleurs qui bavent à fond, saturation de l'objectif (par exemple lors d'une explosion), problèmes de mise au point et forte pixellisation, comme si sur une cassette mini DV on pouvait avoir ce genre de désagréments. Bref, c'est vrai que c'est bien fait, qu'on croirait vraiment assister à un film amateur ou à un documentaire de guerre, car ces mouvements et les impressions données, "urgentisent" l'action qui se déroule sous nos yeux. Malheureusement, on finira par vite trouver ça chiant et ça vise aussi à cacher la misère.


Car IO Interactive
Le gameplay est ultra classique, la durée de vie en solo n'excède pas 5 heures et les graphismes sont mauvais. Que du bonheur...
s'est tellement affairé à reproduire ces effets qu'ils ont oubliés de développer le reste, à commencer par les graphismes. Les modélisations sont pauvres (à la rigueur nos 2 anti-héros sont pas trop mal fait) et les décors sont carrément vides. Et ce n'est pas cette misère visuelle qui risque de rattraper un gameplay à peine amélioré. On dispose d'une mise à couvert de plus en plus en vogue (merci Epic), la possibilité de porter 2 armes et de prendre celles qu'on veut, on peut détruire certains éléments de décor pour dénicher un ennemi planqué derrière (l'inverse arrive aussi) et après... c'est clairement banal. La destruction n'attend pas les sommets d'un Stranglehold, les séances de shoot sont répétitives et n'ont pas le rythme qu'on attend d'elles. Et pour enterrer le tout, la jouabilité est couci-couça, à cause notamment du tangage de l'image, ce qui rend la visée très "flottante". C'est simplement désagréable ! Mais pire, il arrive qu'on se fasse shooter sans savoir d'où ça vient (apparemment les ennemis arrivent à nous voir et à nous shooter à travers les murs). De plus, l'IA est parfois bizarre. Les ennemis ont des réactions tout sauf naturelles et j'ai assisté à une scène sans précédent : Kane tirait comme un dingue dans une pièce où il n'y avait personne ! Ça sent vraiment le jeu bâclé... Et si vous voulez savoir jusqu'où ça va, imaginez un peu qu'en plein jeu, lorsque Kane ou Lynch parle, ils n'ouvrent même pas la bouche. En 2010 c'est franchement la honte de voir encore ça ! Pour la petite histoire, Dog Days place le joueur aux commandes de Lynch (lorsqu'on joue en coop', le joueur 2 prend naturellement celles de Kane). Après l'incident du Venezuela dans Dead Men, les 2 comparses ont vécus chacun leur vie et Lynch recommence la sienne à Shanghaï (capitale de la Chine pour ceux qui ne savent pas) avec une dénommée Xiu, qui est impliquée dans une organisation criminelle dirigée par Glazer. Glazer implique Lynch à propos d'une opération de contrebande d'armes à feu en Afrique, et ce dernier appelle Kane à l'aide. Non seulement ce travail les aiderait à se retirer définitivement, mais aussi à retrouver Jenny, la fille de Kane. Bien entendu les vidéos sont mieux travaillées que le jeu lui-même (surtout en terme d'animations) mais elles aussi sont soumises aux effets "documentaire amateur" et sont donc pixellisées, etc, etc.



Kane & Lynch 2 Note
est une grosse déception, bien plus que ne l'était le premier opus. Si son concept de "vidéo filmée" est original et pas trop mal mise en œuvre, les nausées peuvent guettées les cœurs les plus fragiles et à la longue, ça lasse. Mais ça encore passe. Car on ferme plus difficilement les yeux sur une réalisation indigne de nos machines, une jouabilité loin d'être au top, un gameplay ultra revu et une durée de vie à la maigreur maladive. Finalement, quelque soit votre support de prédilection, à mon humble avis il y a mieux à acheter que ce Kane & Lynch 2, le résultat d'une vieille gloire à l'écho de 47 qui s'effrite avec le temps. Le moment est venu pour IO Interactive de vraiment passer à autre chose et de le faire bien, sous peine d'en perdre toute future crédibilité...



Test réalisé par iiYama

décembre 2010