Iron Man (PS3)

 








Développement scénaristique
Jouabilité & Gameplay
L'image
Le son
Note générale


Sortie du jeu : mai 2008
Développeur : Secret Level Games
Editeur : SEGA
Genre : action

Support : 1 Blu-Ray
Version testée : Française
Voix dans le jeu : FR
Textes à l'écran : FR

Espace disque nécessaire : 1Mo (saves)
Moteur graphique : Criware
Moteur physique : Havok
Définitions HD : 720p
Difficulté :

Multi-joueurs : non
Titre alternatif : Iron Man : le jeu vidéo officiel
Prix au lancement : 60€
Score des ventes : 3.5 millions (tous supports)


Aussi disponible sur :









Les sites partenaires :





_________________________________

Pages vues (depuis avril 2016)




Visiteurs uniques (depuis avril 2016)

Iron Man








Grosse production du cinéma,
Le scénario s'arrange sa sauce et les vidéos sont moches à pleurer. A ce stade c'est navrant
qui compense la faiblesse de son scénario par une réalisation qui dépote un max, Iron Man le film adapté du célèbre Comics, a naturellement été adapté en jeu vidéo, comme le veut la coutume. Il faut dire que le terrain s'y prêtait bien et c'est ainsi : le ciné et les jeux s'inspirent les uns des autres, souvent pour le pire, rarement pour le meilleur. Et notre Iron Man, autre Marvel qui était jusqu'alors passé à travers les mailles du filet, me fait l'effet de TransFormers, qui m'avait donné envi de refaire le film, pad en mains. La démo m'avait écarquillée les yeux et lorsque je l'ai finalement acheté, de l'effet bœuf je suis passé à l'effet bof, test à l'appui. Et aujourd'hui, je me retrouve dans le même cas de figure avec à nouveau une démo qui m'a séduit (d'où une première version du test peu approfondie) mais une critique unanime sur la qualité du jeu final : grosse daube ! Avec des notes fracassantes, je reste donc quelque peu frileux, quelque peu réservé. Alors soyons méthodiques, organisés et voyons si ce 2e regard est plus objectif. Tout d'abord au niveau de la réalisation, le moins qu'on puisse dire c'est que ça ne vole pas haut. Développé par Secret Level Games (dont le seul bon jeu est l'adaptation d'Unreal Tournament sur DreamCast), on a déjà vu le très polyvalent moteur Criware, plus en forme. Les textures sont peu détaillées, les maps sont vides, les modèles sont fait à l'emporte-pièce, l'animation est déplorable... en bref il ne reste que l'armure de notre héros de métal (qui elle est bien faite) pour séduire. L'aliasing est très présent et si quelques décors semblent sympas, une fois de près on déchante et on trouve ça sans vie (même les villes). Pour sauver le tout de la disgrâce, il faut quand même lui reconnaitre que les maps sont vastes et que le champ de vision est étendue. Pour le son c'est encore pire. Si les musiques semblent sortir du film, elles tournent vite en rond et se ressemblent toutes. Les bruitages sont extrêmement mollassons, ne dynamisant pas du tout l'action.


Mais le fin du fin
La réalisation ne vole pas bien haut avec des décors vides et des textures peu travaillées
reste sans conteste le doublage, certes français mais sobrement minable. Les doubleurs originaux n'ont pas participés à cette mutinerie, résultat ils ont collés les pires guignols qu'ils ont trouvés. Ainsi à part peut-être Garvis, qui n'est pas trop mal, les autres sont à pleurer ! Stark y va de son phrasé présomptueux et sérieusement foireux, les ennemis arabes parlent anglais (!) et pour les autres, évidemment ce n'est pas mieux. Les fanatiques de VO peuvent s'en donner à cœur-joie, ils ont ici un véritable cas d'école. Tout ça pour introduire la mise en scènes qui est, elle aussi, déplorable. Crées en images de synthèses, les vidéos qui parsèment le jeu sont d'une laideur à faire pâlir les frères Bogdanoff. Tony Stark est devenu joufflu, Obadiah est presque méconnaissable et Pepper Pots est vraiment laide, ne rendant pas du tout hommage à la belle femme qu'est Gwyneth Paltrow. Les modélisations sont donc à vomir, la qualité de ces vidéos est à peine digne d'une PS2 et la désynchro labiale atteint un tel niveau, que ça en devient ridicule. Mais sur ce chapitre-là, ce que je regrette le plus c'est que les développeurs se sont arrangés le scénario à leur sauce. Si la trame principale suit plus ou moins celle du film, pour justifier plus d'action on combat des ennemis jusque-là jamais vus. Mais encore ça, ça passe. Ce qui me chiffonne, c'est la façon dont tout ça est présenté. Le jeu s'ouvre lorsque Stark construit son armure alors qu'il est séquestré par les terroristes, y'a même pas un résumé du début du film et personne ne s'inquiète de savoir ce qu'est "le truc" sur sa poitrine (d'ailleurs il parle de "cœur" sans dire vraiment à quoi ça fait référence, ni même expliquer que c'est ça qui fournit l'énergie de l'armure). Et encore, je n'évoque pas le fait que c'est cet artéfact qui le maintient en vie. Au final, pour celui ou celle qui n'a pas vu le film, on se demande bien ce qu'on fout là, ce qui s'est passé et surtout, comment se fait-il que les événements prennent de telles proportions. Autant le dire, c'est l'une des grosses déceptions de ce jeu.


Pour ce qui est
Le jeu est malgré tout sympa mais cette sympathie est gâchée par une jouabilité toute pourrie
du gameplay, à contrario d'un scénario ultra bâclé, le jeu commence lorsque Stark s'échappe, à l'aide de son armure de fortune. Ce petit prologue est sympa. Dés le niveau suivant, on retrouve l'évolution de l'armure, avec notamment la possibilité de voler. Avec la gâchette analogique gauche on peut doser son altitude et planer, alors que la gâchette haute permet de simplement voler, comme un avion. Les maps étant ouvertes, les objectifs de mission n'étant pas imposés, la sensation de liberté est très agréable (et c'est sans doute ce qui sauve un peu le jeu). Malheureusement, les sensations sont un peu gâchées par une prise en mains trop sensibles, qui rend ces phases "d'Ace Combat" moins jouissives qu'elles ne devraient être. Question destruction de cibles (car le jeu ne propose que ça), la visée est très assistée, ce qui facilite grandement l'aventure. Iron Man est donc facile au possible, puisqu'en plus l'armure régénère son énergie automatiquement. Tir classique, missiles guidés, l'arsenal est restreint (au début) mais suffisant, car finalement ce sont les missions qui sont très redondantes. On possède quand même le tir Unirayon (tir concentré partant du "coeur" de l'armure), mais aussi de sympathiques upgrades. Au fil des missions, Stark gagne de l'argent qu'il peut ensuite investir dans de nouveaux gadgets et des améliorations. Enfin l'énergie de la combinaison peut être redirigée vers une fonction particulière. Selon 4 critères représentés par les 4 directions de la croix numérique, ce choix permet de rendre une faculté plus forte qu'une autre : les réacteurs permettent de voler plus vite, les armes peuvent être plus puissantes, les coups au corps-à-corps ont plus d'impact ou on peut avoir une résistance accrue. Le concept est sympa (en un sens il rappelle un peu Crysis) et apporte un petit plus à l'action, surtout contre les boss. Tient les boss justement, sont de véritables plaies à combattre. Non, ce n'est pas plus difficile que le reste, c'est juste qu'en général ils ne sont pas statiques et sont donc pénibles à abattre (le pire étant les avions, carrément horrible à viser). Et tout le problème du titre est là : c'est injouable !



Les graphismes bâclés, Note
la scénarisation minable, le doublage à faire rire les acteurs de Bollywood... tout ça aurait pu passer presque inaperçu si seulement c'était jouable. Car contrairement aux préjugés, le jeu est marrant. A l'instar de certains de mes coups de cœur (comme Kileak, Extermination ou Cold Winter... encore que ces jeux-là sont bien meilleurs que le présent Iron Man), je trouve ce titre "divertissant" et si on est indulgent, on peut même le trouver fun. Mais il faut être objectif, la réalisation est minable, c'est trop injouable pour l'apprécier sur la longueur et la mise en scène est indigne de nos machines. Au final, Secret Level Games rate l'occasion de faire un bon titre et se contente du strict minimum. SEGA aurait dû être plus pointilleux et aurait dû exiger un minimum de qualité. Je le regrette, d'autant qu'Iron Man possède quelques qualités... malheureusement trop rares face à tout ce qui foire.



Test réalisé par iiYama

mai 2008 (mise à jour : janvier 2011)