Homefront (PS3)

 








Développement scénaristique
Jouabilité & Gameplay
L'image
Le son
Note générale


Sortie du jeu : mars 2011
Développeur : Kaos Studios
Editeur : THQ
Genre : FPS

Support : 1 Blu-Ray
Version testée : Française
Voix dans le jeu : FR
Textes à l'écran : FR

Espace disque nécessaire : 7Mo (saves)
Moteur graphique : Unreal Engine III
Moteur physique : PhysX
Définition HD : 720p
Difficulté :

Compatible Move : non
Compatible 3D : non
Multi-joueurs : 32 joueurs online
Prix au lancement : 70€
Score des ventes : 2.5 Millions (tous supports)


Aussi disponible sur :




Les sites partenaires :





_________________________________

Pages vues (depuis avril 2016)




Visiteurs uniques (depuis avril 2016)

Homefront








Avec son scénario écrit
Le scénario aurait pu donner quelque chose d'intéressant mais il est totalement sous-exploité
par John Milius, le célèbre scénariste des films Apocalypse Now et L'Aube Rouge, vous ne trouvez que ça fait tout de suite tâche ? C'est un peu comme lorsqu'on voit sur la jaquette d'un film, produit par Monsieur X et que derrière on vous colle un blockbuster monstrueux, histoire d'appâter les esprits faibles et de brouiller les pistes sur un éventuel navet. Bref, Homefront est le dernier jeu du développeur Kaos Studios, qu'on connait déjà pour son sympathique Frontlines : Fuel of War (sorti en 2008). Pile 3 ans plus tard, ce studio américain tente la récidive sous une autre formule. Si Frontlines avait pour lui d'être très scripté (comme la plupart des jeux finalement), il proposait de la destruction de décors, des maps un peu ouvertes, plusieurs façons de faire selon la mission et des véhicules. Aujourd'hui avec Homefront, on lorgne méchamment sur la formule Call of Duty (Call of Moisy comme certains l'appellent… mes salutations les gars :) une formule qu'Infinity Ward sait nous imposer à merveille, mais l'alchimie semble plus difficilement applicable pour les autres développeurs. Dans ce jeu, l'idée de départ est vraiment alléchante : nous sommes en 2027 lorsque la Corée du Nord envahit les États-Unis dont la puissance militaire a été réduite à néant. Sous l'occupation, les coréens mènent la vie dure aux américains et des poches de résistance se forment, afin de libérer le pays du joug "rouge sang" d'une Corée totalitaire… Et on y a cru. John Milius à l'écriture, des trailers surpuissants et même une campagne publicitaire qui a dû couter des millions à THQ (moi j'ai carrément reçu un journal de quelques pages relatant les faits de cette histoire, j'ai été bluffé), bref une machine marketing énorme qui a cherchée à nous faire acheter le jeu. Comme je le dis souvent, le pognon mis dans la pub, devrait sérieusement être investi dans le développement, ça ferait sûrement de meilleurs jeux. Car si le début est motivant, très vite la pression redescend.


On commencera par
Le gameplay est ultra basique et les scripts, comme les murs invisibles, polluent l'expérience. De toute façon le solo affiche 5 heures au compteur, c'est une honte !
le fait que tout le jeu est doublé en français, sauf la vidéo d'intro, allez savoir pourquoi (sans doute pour faire plus authentique, je ne sais pas). Ensuite le soi-disant "si violent" prologue, n'est qu'un resucé de Call of Duty 4. Après tout, si vous avez un minimum de mémoire, dans COD4 on voit des gens se faire abattre en pleine rue et un président se prendre une balle en plein poire (et en vue subjective). Alors je ne vois vraiment pas ce qu'il y a de "choquant" dans cette intro qui reprend une formule connue (si dans le fond ça n'a rien de drôle, tout le monde en a fait toute histoire et on se demande encore pourquoi). Bref, une fois l'aventure mise sur les rails (après une intro bien menée et bien réalisée, avouons-le), autant dire qu'il ne se passe plus grand-chose. Je dirai même qu'il ne passe plus rien ! Pour avoir fini le jeu, la seule chose que je retiens c'est le postulat de départ. Trop court, on n'a pas le temps de se mettre dans l'ambiance que c'est déjà fini et en plein jeu, il n'y a quasiment aucun liant scénaristique. C'est vraiment décevant. Notre personnage, Jacobs, est un résistant, ce qui (dans un sens) nous ramène aux jeux basés sur les Guerres Mondiales. D'ailleurs, après les allemands, les chinois, les arabes, les soviétiques et les aliens, ce sont les coréens la nouvelle menace. Bon d'accord le gouvernement coréen est un poil bizarre et agressif, mais de là à parler d'eux comme ça, je ne suis pas pour. Les Coréens passent pour des chiens galleux, des bâtards sans nom qui n'hésitent pas tuer les innocents, les femmes et les enfants. Des gens qui enterrent, en fosse-commune, les cadavres d'américains abattus froidement. Ça ne vous rappellent pas les nazis ça ? Et en plus, le jeu s'alourdit de clichés ultra surfaits et racistes. A côté de ça, la mise en scène n'atteint pas des sommets. De toute façon la durée de vie n'excède pas les 5 heures (vous avez bien lu, c'est proprement scandaleux un jeu aussi court !) et à part quelques passages qui dépotent un peu, soit c'est du déjà-vu, soit ce n'est pas bien enthousiasmant.


Et par dessus ça,
Les animations ne sont vraiment pas de qualité. On se demande à quoi a bien pu servir la motion capture...
à l'image des très bons Crysis 2 ou Half-Life², notre personnage est tristement muet. Ça devient une mode et moi ça me désespère ! Mais ça encore, ce n'est pas grand-chose à côté du gameplay. Un gameplay "de base" complètement cloisonné et où on nous tient par la main. Aucune initiative n'est possible (d'ailleurs les retours en arrière sont également proscris puisque Kaos Studios s'est efforcé de nous faire des rampes qu'on ne peut pas refranchir) et on suit comme un toutou la bande d'incapables qui nous donne des ordres. En effet, c'est toujours eux qui ouvrent la porte, eux qui poussent les meubles qui gênent (d'ailleurs je trouve qu'il y en a beaucoup, des armoires devant les portes), bref on suit bien sagement le déroulement de chaque script. En clair, le développeur applique la formule Call of Duty mais allez savoir pourquoi, la mayonnaise ne prend pas aussi bien. Question de talent je suppose. Après c'est du classique parmi les classiques : se mettre à couvert pour reprendre de la santé, seulement 2 armes mais qu'on peut interchanger, des séquences de rail-shooters, une ballade en hélico assez sympa… bref de l'éprouvé. Pour être franc, si vous changez les aliens par des coréens, on jurerait jouer à BlackSite. En tout cas moi, c'est l'effet que ça me fait. Il y a quand même quelques bonnes idées qui se promènent ça et là. Par exemple, ce résumé commenté et qui étoffe un peu l'histoire de fond, en attendant que le jeu charge ses données, est une très bonne initiative. Ça évite qu'on poirote comme un couillon sur un écran fixe. Dans le même ordre d'idées, les journaux à collectionner permettent de lire des faits historiques et d'ajouter un peu de corps au background. Les ennemis ne résistent qu'à quelques balles (nous même au 3e pruneau on meurt) ce qui évite d'en faire des surhommes blindés où il faut tout un chargeur pour les tuer. Enfin il y a le goliath, une sorte de tank téléguidé. Via une paire de jumelles tactique, on désigne les cibles et le bestiau s'exécute. Ce n'est pas super génial mais c'est sympa.


Techniquement,
Quelques séquences sont plus jolies que d'autres mais pas de quoi rivaliser avec les grands noms du FPS
Kaos Studios a repris l'Unreal Engine 3, déjà utilisé pour Frontlines. En théorie, les développeurs sont censés "s'améliorer" avec le temps, surtout s'ils utilisent un moteur qu'ils maitrisent déjà. Mais là, excusez-moi du peu, on se demande bien où sont passés les 3 ans de développement… C'est pas que le jeu soit moche mais étant donné l'histoire, on se baladera exclusivement au milieu de ruines, sans jamais rien voir d'attrayant. Ce côté morne et tristounet sied au jeu mais difficile de dire que c'est beau (bon ok, sur la fin ça s'améliore un peu). Mais ce qui jure le plus finalement, ce sont les animations. Soit disant motion-capturés, les mouvements sont souvent hachés, hérétiques et pas du tout réalistes. Du coup je me demande bien où elle passée la motion-capture. Et comme en plus les modélisations sont moyennes, difficile de se sentir "dans le jeu", on se sent plutôt entouré de marionnettes. Pour le son c'est un peu pareil avec tout d'abord des armes dont les bruitages sont totalement à l'ouest. Déjà on est en 2027 et aucune d'entre elles n'est futuriste. On se retrouve avec des pétoires connues, vaguement upgradées et en plus en très petit nombre (par exemple je n'ai pu me servir du fusil à pompe qu'une seule fois). Ensuite les sons qu'elles produisent ne sont pas percutants, pas dynamiques et surtout pas réalistes. Un M4 n'a jamais fait ce bruit-là !! Je ne sais pas qui était le préposé aux bruitages mais le gars a tout faux !! Côté musique on n'aura rien de transcendant et pour ce qui est du doublage, on appréciera la tentative de synchro. Oui j'ai bien dis "tentative" car ça ne suit pas le texte mais au moins les bouches ne s'ouvrent et ne ferment que lorsqu'il y en a besoin. Ça évite ces dialogues bouche fermée ou inversement, ces "patotes" qui semblent brailler sans qu'aucun son ne sorte (attention, ça n'est valable que les personnages principaux, les autres sont déjà hors concours). Après on reconnaitra quelques doubleurs connus, qui ont réalisés un travail honnête et à la hauteur du jeu. On notera également que les ennemis parlent (la plupart du temps) coréen, même si personnellement je trouve que ça ressemble étrangement à du japonais leur charabia. Une impression bizarre de plus.



Homefront est Note
un tout petit jeu. Certains le qualifient de navet indigeste, de pure daube… je serai plus tempéré. Ceci dit j'ai les yeux ouverts et j'ai vu : Homefront est loin d'être le hit annoncé. Sa campagne de pub colossale a bien cachée le fond du problème : 3 ans de développement pour un jeu qui est loin de tenir ses promesses. Le fond du sujet est intéressant mais il est mal exploité, le solo plafonne scandaleusement à 5 heures (si vous ne jouez pas au multi et que vous le payez au prix fort, nous avons un honteux ratio de 14€ de l'heure !!), un multi tout juste honnête et qui ne fera pas date, une réalisation sympatoche mais dépassée… En bon résumé Homefront est clairement le Call of Duty du pauvre ! Et c'est un peu dommage car entre de bonnes mains, son scénario aurait pu vraiment donner quelque chose d'intéressant...



Test réalisé par iiYama

aout 2011