Echochrome (PS3)

 








Note générale


Sortie du jeu : juillet 2008
Développeur : Sony Computer
Editeur : Sony Computer
Genre : réflexion

Support : en téléchargement sur PSN
Version testée : Française
Voix dans le jeu : FR
Textes à l'écran : FR

Définitions HD : 720p - 1080p
Difficulté :
Multi-joueurs : non
Prix au lancement : 10€


Aussi disponible sur :







Les sites partenaires :





_________________________________

Pages vues (depuis avril 2016)




Visiteurs uniques (depuis avril 2016)

Echochrome








Echochrome
Le concept est hyper simple a assimiler. Quant aux décors, ils sont tellement épurés que ça en fait mal aux yeux
est le parfait type de jeux complètement à part, tout d'abord avec son gameplay réellement peu commun, puis avec sa direction artistique tout à fait singulière. C'est pourquoi il m'a fait penser à Portal. Dans un style totalement épuré, Echochrome n'offre que des graphismes sommaires à base de traits noirs sur fond blanc. La PS3 est clairement au chômage avec ce jeu qui se paye en plus le luxe d'afficher un sale aliasing. Ils n'ont pas honte chez Sony. Aussi disponible sur PSP, il parait que sur la petite portable de la marque, c'est pire. C'est dire... Pour arriver à expliquer le gameplay totalement décalé du jeu, il faut tout d'abord savoir qu'Echochrome se base sur 5 lois fondamentales et pré-établies tel que "ce qui ne se voit pas, n'existe pas". Je sais ça parait flou mais ça s'explique finalement assez facilement. A la façon d'un Lemmings, on ne contrôle pas directement son personnage, seulement la caméra. Ainsi, dans des environnements en 3D fil de fer, il faut rallier plusieurs points du niveau en jouant sur les effets perspectives et les trompes-l'œil, afin de sauver des petits gars piégés dans des niveaux fermés. Et c'est là que le jeu tire toute sa force. Véritable casse-tête, certains passages sont vraiment ardus, notamment lorsqu'interviennent des jumpers, des trous et autres ennemis en mouvement. Mais loin d'être aussi bête qu'un Lemmings qui avance sans qu'on puisse le stopper, notre bonhomme o'Cedar (c'est à ça qu'il ressemble :) s'arrête ou presse le pas, si on lui demande. Idem pour la caméra, seule interactivité du jeu, qui offre des déplacements précis avec les sticks ou accélérés si on maintient la touche R1. Plutôt difficile dés les premiers niveaux, votre sens de la 3D sera mis à mal par cette torture mentale où son design monochromatique finira par vous faire mal aux yeux. Et on peut en dire autant d'une musique lancinante et répétitive, mélancolique avec ses airs de violoncelle, mais vite chiante.



Echochrome Note
peut passer pour un jeu génial selon certains, marginal aux yeux de tous mais aussi totalement pourri pour d'autres. Pour ma part, j'ai bien aimé le concept mais j'aurai tout de même apprécié que l'habillage ne nous détruise pas les yeux au bout d'un quart d'heure. Schématisé à l'extrême, peut-être même un peu trop, c'est son gameplay qui offre quelque chose de neuf (il y a un tuto pour apprendre les bases du jeu) et comme toujours sur PSN, au prix des jeux (10€) on ne se trompe pas de beaucoup si finalement on n'aime pas. A essayer avant d'acheter...



Test réalisé par iiYama

juillet 2008