Colin McRae DIRT (PS3)

 








Développement scénaristique
Jouabilité & Gameplay
L'image
Le son
Note générale


Sortie du jeu : septembre 2007
Développeur : Codemasters
Editeur : Codemasters
Genre : courses

Support : 1 Blu-Ray
Version testée : Française
Voix dans le jeu : FR
Textes à l'écran : FR

Espace disque nécessaire : 2Mo (saves)
Moteur graphique : Neon Engine
Définition HD : 720p
Difficulté :

Multi-joueurs : online
Titre alternatif : DIRT (US) / DIRT : Colin McRae Off-Road (ALT)
Prix au lancement : 70€
Score des ventes : 1.9 million (tous supports)


Aussi disponible sur :









Les sites partenaires :





_________________________________

Pages vues (depuis avril 2016)




Visiteurs uniques (depuis avril 2016)

Colin McRae
DIRT







Le tout premier
La vue intérieure est fidèle mais illisible. Par contre, la prise en mains est vraiment agréable
Colin McRae date de 1998, à l'heure où la PlayStation faisait son show. Réaliste et techniquement appréciable, la jouabilité était exigeante et la difficulté très élevée. Depuis il est sorti tout un tas de suites dont l'avant-dernière, Colin McRae Rally 2005, fut tout juste honnête sur console de salon (Xbox, PS2, PC) et décevant sur PSP. La série s'enlisait et il fallait que Codemaster remédie à cet épineux problème. Il faut dire qu'entre les Ridge Racer, les Need for Speed et surtout les Burnout, le rallye n'avait plus trop la côte. Sorti en juin 2007 sur Xbox 360 et PC (la PlayStation 3 aura attendue 3 mois pour voir son adaptation pointer le bout de son nez), DIRT signe le grand retour de la licence, avec notamment de nouvelles épreuves. Premier point, et petite déception, le mode carrière ne propose aucune scénarisation. On enchaîne les courses dans le but d'être le plus grand pilote du monde et basta. Il ne nous reste qu'une superbe intro pour se consoler... Enchainons directement par le gameplay. Les 2 plus gros changements dans la série sont l'ouverture de la licence à d'autres styles de courses et surtout, une prise en mains moins épineuse, plus Arcade comme certains s'échinent à l'appeler. Mais il est clair que pour les puristes de simulations sado-maso pointues et trop réalistes pour être jouables, ce sera la douche froide. Pour les joueurs occasionnels ou les amateurs de courses sans trop de prises de tête (oui oui moi :), ce sera par contre le jackpot ! Car la jouabilité reste vraiment ouverte même si elle conserve les transferts de charges, les contre-braquages et autre attitude des véhicules (Colin McRae n'est pas devenu un Ridge Racer, je vous rassure). Ainsi nous avons le choix entre 4 types de véhicules : les buggy qui permettent de concourir sur des pistes Off-Road, les WRC pour faire des rallyes classiques, des voitures surgonflées pour le super-special (courses sur circuits) et enfin de bons gros 4x4. Un éventail plus large qui ravira les joueurs avides d'éclectisme. Avec ça on a 3 modes de jeu qui sont : carrière, championnat et rallye mondial (il y a aussi un mode Extra qui propose de revoir les rares vidéos débloquées). Le mode carrière propose pas moins de 66 courses sous un acheminement pyramidal et chaque course nous fait gagner de l'argent et des points. Selon comment on termine la course (j'insinue "dans les premiers" à chaque fois), on n'est pas obligé de faire les 66 événements, il suffit d'avoir le nombre de points adéquat pour débloquer la ou les courses suivantes. Avec l'argent gagné il est possible d'acheter de nouvelles voitures (le total s'élève à 46 véhicules sous les catégories énoncées précédemment), de nouvelles peintures (au nombre de 182) et bien sûr de faire réparer les dégâts qu'on a commis. Car oui, la dégradation est cette fois de mise (hors piste, collisions) et peut aller jusqu'à la panne totale, auquel cas on perd la course.


Les véhicules sont
Le Neon Engine offre un rendu visuel de toute beauté
en nombre très honorable et bien sûr on retrouve tout ce qui fait le charme de ce type de jeux avec une panoplie de bagnoles ayant un nom évocateur : Clio, 205, 307 WRC, Xsara 4x4, Celica, Impreza, Lancer, Abarth, Escudo, Pajero, etc. DIRT comptabilise tout un tas de données, d'infos et gère déformations et salissures en temps réel. Il propose pas moins de 6 vues différentes : une au raz du sol, une de capot, 2 intérieures parfaitement conçues mais illisibles et 2 extérieures pour les chochottes du volant. Y'a le choix. Pourtant, comme le jeu parfait n'est pas prêt de sortir, on pourra maugréer sur certains points sensibles. Le premier est qu'il est quand même regrettable de ne pas avoir de mode 2 joueurs en splitté sur le même écran, puisqu'on est obligé de jouer online pour affronter des adversaires humains. Ensuite le jeu refuse catégoriquement qu'on se trouve le moindre raccourcis. On doit rester impérativement sur la piste principale. Enfin les courses en 4x4 sont molles et peu palpitantes. En plus, se faire stopper net par un caillou pas plus haut que le tiers d'une roue, ou se faire remettre en place (lors d'un petit hors piste) à une seconde de le faire soi-même, je trouve ça frustrant. Le moteur graphique de DIRT aura fait parler de lui pour ses exploits techniques, sa fluidité et sa technicité. Je ne suis pas un spécialiste en matière de jeux de courses mais par rapport à mes connaissances, DIRT est (à l'heure actuelle) le plus beau titre de sa catégorie. Les textures sont superbes, l'affichage est parfaitement fluide, c'est détaillé et rapide. Si les loadings sont un peu longs, c'est sans doute pour nous offrir l'un des plus beaux jeux de courses qui soit sorti à ce jour. Appréciable, sur les circuits qui tournent en boucle j'ai retrouvé des bouts que j'avais précédemment perdus (ailes, pare-chocs), les ombres sont bien gérées, tout comme les effets lumineux. Même les spectateurs sont pas trop mal fait, avec de "vraies formes" et quelques mouvements automatisés. Les replay sont particulièrement bien réalisés avec notamment un ralenti qui permet d'admirer le travail graphique ou le superbe jeu des suspensions. Enfin le menu est très hi-tech, très joli et même si ça sert à rien, ça fait toujours plaisir. Côté audio, les bruits moteurs, les divers bruitages, les collisions... difficile de faire plus réaliste. La qualité est top niveau alors il n'y a rien à redire. Petit reproche tout même (il en fallait bien un) : en vue au raz-du-sol, les bruits de roues peuvent être gênants si on joue avec le son assez fort et il est dommage de n'avoir aucune musique en course. Je sais, c'est pour coller au mieux à l'ambiance mais tout de même, ça fait un peu vide. Par contre les musiques ponctuelles qui animent les menus et les replay sont très plaisantes. Enfin le doublage des voix est entièrement en Français et d'une qualité honorable. Joli travail.



Après 3 ans d'absence, Note
la série revient sur les devants, allége sa jouabilité et offre un jeu finalement très complet. DIRT profite d'un moteur 3D puissant qui tourne au multi-soupapes boosté au Turbocompresseur. Malgré quelques erreurs, Colin McRae DIRT saura plaire, surtout si vous n'aimez pas vous prendre la tête avec un pilotage trop pointue. Les sensations de vitesse sont excellentes, surtout en Rallye et super-spéciale avec vue au raz-du-sol. Bien moins difficile que par le passé, Colin McRae DIRT s'avère être une bonne surprise. Moi qui n'aime pas les jeux de rallyes, j'ai finalement bien accroché. Je peux même dire que c'est le premier jeu du genre à me convertir au style. Avec une réalisation technique digne de son support, une jouabilité plus accessible et surtout une ouverture de la série à d'autres disciplines, j'en conclue que DIRT fait parti des mes jeux de courses préférés, ni plus, ni moins.



A savoir : cliquez pour ouvrir


Test réalisé par iiYama

septembre 2007 (mise à jour : septembre 2015)