Blur (PS3)

 








Développement scénaristique
Jouabilité & Gameplay
L'image
Le son
Note générale


Sortie du jeu : mai 2010
Développeur : Bizarre Creations
Editeur : Activision
Genre : courses

Support : 1 Blu-Ray
Version testée : Française
Voix dans le jeu : FR
Textes à l'écran : FR

Moteur graphique : Horizon Engine
Espace disque nécessaire : 1.3Go (install)
Définition HD : 720p
Difficulté :
Compatible Move : non
Compatible 3D : non

Multi-joueurs : 4 en splitté ou 20 en ligne
Titre alternatif : Blur Racerz
Prix au lancement : 65€
Score des ventes : 1.3 Millions d'exemplaires (tous supports)


Aussi disponible sur :







Les sites partenaires :





_________________________________

Pages vues (depuis avril 2016)




Visiteurs uniques (depuis avril 2016)

Blur








L'année 2010
Le gameplay fait le grand écart entre PGR et WipEout. C'est plaisant
aura été marquée par des beat-them-all de grande qualité, mais aussi par une pléthore de jeux de courses, la plupart tout aussi bons : Split/Second Velocity, F1 2010, Need For Speed : Hot Pursuit et celui que tous attendaient depuis très (trop) longtemps, Gran Turismo 5. Avec Blur, sorti un peu avant l'été, on finit un tableau assez réjouissant pour les amoureux du genre. Avec son nom à coucher dehors, savant mélange d'expressions pleine de finesse et de vomi-tout-orgeat (mais t'enlèves l'orgeat, c'est qui m'a rendu malade hier :) Blur est un jeu de courses à mi-chemin entre PGR et WipEout (non je ne ferais pas de référence à cette chiotte de Mario Kart, arrêtez avec ce jeu, c'est une merde ouvrez donc les yeux !). Suite au lancement en 2007 de l'excellent Project Gotham Racing 4 (une exclusivité Xbox 360), Bizarre Creations a été racheté par Activision et s'est donc mis à développer des jeux multi-supports, politique de la maison d'édition oblige. Dans Blur, le concept est très simple : aux commandes d'une voiture, on doit affronter 9 rivaux, qui nous proposent chacun 7 défis. Ça va de la simple course à la destruction maximum, en passant par les contre-la-montre. Pour pimenter tout ça, les pistes sont remplies d'items bonus (façon WipEout) qu'il est alors possible d'utiliser pour finir dans les premiers. Là aussi c'est assez éclectique (bien qu'un peu déjà vu), avec des roquettes, des mines, des chocs électromagnétiques, des boucliers pour se protéger, des bonus de santé (pour remettre son véhicule en état) ou plus original : des champs de foudre, qui nous ralentissent considérablement. Entre les défis et les possibilités offertes par le gameplay, difficile de s'ennuyer tant les courses deviennent vite dynamiques, d'autant qu'on peut balancer ses salves vers l'avant comme vers l'arrière (pas facile de viser dans le rétro mais c'est souvent efficace). Prônant l'interface zéro, nos 3 items sont affichés au niveau du pare-chocs arrière, on peut également les jeter ou switcher entre eux. Gagner les courses et autres défis sert un but unique : gagner des "b points" (des "feux" en Français). Avec ces points, on débloque les défis et les rivaux suivants.


En plein combat/course,
Graphiquement c'est banal, avec des hauts comme des bas. Pourtant ça suffit à rendre le jeu agréable
on peut aussi réaliser les défis de fans (comme des slaloms), non obligatoire et pourtant très pratiques (de toute façon gagner une course rapporte déjà son quota de fans). Plus on a de fans et plus on augmente de niveau, ce qui débloque de nouveaux véhicules. Le solo possède une difficulté honnête, avec des adversaires hargneux juste ce qu'il faut, bien qu'ils ont tendance à "laisser tomber" une fois qu'on est premier. Blur propose donc un solo réglo et assez riche en contenu/défis (c'est le mode carrière). Le jeu possède bien entendu ses modes multi qui permettent de jouer jusqu'à 4 sur la même machine ou jusqu'à 20 en ligne (et là c'est vite le bordel). En plus le multi offre un code particulièrement fluide, ce qui fait plaisir. Dernier point, il est possible de prendre des photos, même en pleine action (en faisant pause), auquel cas le jeu appose une bonne couche d'anti-aliasing sur l'image (le tricheur !) et permet de d'ajouter quelques effets pour obtenir un cliché digne d'un artwork. Enfin question voitures, il est sympa de retrouver des caisses de tous les jours (Renault Megane 2, Ford Focus RS) à d'autres largement plus rares (Camaro, Dodge Challenger) ou encore des voitures nettement plus racées (Nissan 350Z, Dodge Viper GTSR). Les 50 modèles sont assez fidèles, ils peuvent se détériorer mais je regrette que la tenue de route soit si aléatoire. Même si le jeu est typé Arcade, les réactions de chacune sont assez imprévisibles. Techniquement à présent, après la claque PGR4, on était en droit de s'attendre à des merveilles de la part de Bizarre Creations. Et bien ce sera pour une autre fois. En effet Blur assume de très jolis effets pour les armes, quelques pistes s'en sortent mieux que d'autres mais au fond, ce n'est pas super rapide et c'est loin d'être super beau. Ça tient la route, ce n'est pas moche non plus, mais on a vu tellement mieux ces dernières années, que Blur va vous laisser un peu froid. Au niveau du son, on a tout de même de superbes musiques Electro qui donnent le ton (surtout dans les menus, car en jeu elles n'interviennent pas tout le temps) et des bruitages réussis.



Blur Note
n'est pas un mauvais jeu, notamment grâce à un solo agréable et un multi démoniaque. Mais malgré tous ses efforts pour plaire, je n'ai pas vu en lui l'étoffe des grands jeux de courses. Certes les armes apportent le piment qu'il manquait à PGR, mais en contrepartie la conduite est moins bien maitrisée, la réalisation est assez banale et même si c'est fun, on ne s'y amuse pas autant qu'on aurait cru. Blur reste donc une sympathique alternative à d'autres jeux de courses plus classiques, mais pour moi il ne surclasse pas les jeux cités en intro. J'attendais plus du génial créateur de Project Gotham Racing...



Test réalisé par iiYama

mai 2011