Beyond Two Souls (PS3)

 





Cliquez pour agrandir



Développement scénaristique
Jouabilité & Gameplay
L'image
Le son

Note (iiYama & Aquel)

Note (Puffmagicd)


Sortie du jeu : octobre 2013
Développeur : Quantic Dream
Editeur : Sony Computer Entertainment
Genre : aventure

Support : 1 Blu-Ray
Version logicielle : 1.0
Version testée : Française
Doublage : FR
Textes à l'écran : FR

Espace disque nécessaire : 2.6Go (install)
Moteur graphique : Quantic Dream Engine
Moteur physique : Havok
Définitions HD : 720p
Compatible 3D : non

Difficulté :
Compatible PS Move : non
Multi-joueurs : 2 joueurs
Abréviation : Beyond
Prix au lancement : 70€
Score des ventes : 700.000


Les sites partenaires :





_________________________________

Pages vues (depuis avril 2016)




Visiteurs uniques (depuis avril 2016)

Beyond

Two Souls



Ce test a, à l'origine, été réalisé par mon ami et collègue Puffmagicd. Il a posté son article chez nous (en parallèle de son propre site, CHISHIKI72) et ça m'allait très bien ainsi, puisque je n'ai pas eu l'occasion de tester le jeu moi-même (à part la démo, qui ne m'a guère convaincu). Ayant beaucoup apprécié Heavy Rain (malgré mes railleries ^^) je reconnais que j'étais assez impatient de me frotter au dernier titre de David Cage, histoire de confirmer ou d'infirmer les dires de mon collègue. Mais pour "surfer" sur les fêtes de fin d'année et profiter du buzz de sa sortie, j'admets avoir céder à la facilité. Seulement voilà, entre temps mon frère Aquel s'est acheté le jeu et Beyond : Two Souls est finalement meilleur que je le pensais, bien meilleur. Du coup je me retrouve avec un sérieux dilemme… Voilà pourquoi je me permets aujourd'hui d'apporter mon point de vue à cet article, ma vision de cette aventure signée Quantic Dream. Retrouvez le test et l'avis (que je respecte) de Puffmagicd ci-dessous, exactement comme nous l'avons déjà fait pour Minecraft.

_____________________________________________________________________________
L'avis d'iiYama et Aquel



Maintenant
Beyond n'est pas un jeu qu'on appréhende comme n'importe quel autre, il faut une certaine ouverture d'esprit, une sensibilité qui vous permettra d'avoir l'empathie nécessaire pour apprécier le jeu
que je me suis expliqué sur le changement de cap de cet article, entrons dans le vif du sujet. La nouvelle œuvre de David Cage débarque en cette fin d'année 2013 sur PS3, alors même que la PS4 voit le jour. Pourquoi le studio n'a pas transposé son jeu sur la nouvelle console ? C'est très simple en réalité : la PS3 va entamer sa fin de cycle donc le parc de machines est élevé (80 millions de consoles à l'heure où j'écris ces lignes), contrairement à celui de la PS4 qui, malgré un bon démarrage, plafonne à moins de 3 millions de machines. De plus le développeur français s'appuie sur un moteur graphique maitrisé, sans avoir à dompter un hardware trop récent et performant, qui aurait demandé de reprendre entièrement le jeu afin qu'il respecte les standards du support. Bref, en terme de développement et de markéting, c'était plus judicieux (il suffit de voir des jeux comme The Last of Us pour s'en convaincre). Avec son gros budget de 20 millions de $ (même si ce n'est rien en comparaison de GTA V) et surtout son développement unique, basé principalement sur la motion capture, Beyond : Two Souls (qu'on traduit étrangement par "Au-delà : deux âmes") surfe un peu sur le succès inattendu d'Heavy Rain, sorti en février 2010, aussi sur PS3. Le jeu met en vedette les 2 acteurs Willem Dafoe (Spider-Man, Platoon, Le Patient Anglais, Antichrist…) et surtout Ellen Page, la jeune et jolie canadienne à la carrière montante (Hard Candy, X-Men 3, Juno, Bliss ou l'excellent Inception). L'histoire nous fait vivre les événements marquant de la vie de Jodie Holmes, une jeune femme possédant un lien psychique avec une mystérieuse entité éthérée, nommée Aiden. Jouée par Ellen Page et ce, à plusieurs âges (de 8 ans à une vingtaine d'années), elle sera aidée par le docteur Nathan Dawkins (joué par Willem Dafoe) qui cherchera à comprendre ce lien, et surtout à faire en sorte qu'elle canalise ce pouvoir. Les premières heures sont assez déroutantes, il faut l'admettre. En effet, les développeurs ont fait le choix difficile de déconstruire le scénario, afin qu'on vive plusieurs étapes-clé de la vie de Jodie.


Elle se
David Cage ne nous a pas menti sur sa marchandise : mise en scène impressionnante, bon scénario et émotions à la pelle
retrouve ainsi confrontée à des événements émotionnellement forts, et Aiden lui sera souvent d'un grand secours. Certains trouvent ça bordélique, voire incompréhensible, or c'est avant tout un effet de style brillant. En effet dans le film Memento on retrouve un peu la même façon de procéder (plus ou moins) mais personne n'irait critiquer cet excellent long-métrage pour ça. Beyond est donc un jeu qui ne se suffit pas de courtes sessions, il faut y jouer de longues heures pour mieux s'imprégner de son histoire. Et je pense en premier lieu que s'il a été critiqué, c'est justement parce que la presse n'a pas réussi à suffisamment se fondre dans le passif du personnage de Jodie (faut dire qu'une bruyante salle de test n'aide pas). Autre point important, malgré la présence d'Aiden, on trouve le scénario finalement très convenu… du moins au début. Car assez vite on comprendra que les enjeux de l'écriture vont bien plus loin qu'escompté ! Si au départ on ne comprend pas pourquoi la CIA la pourchasse, très vite le scénario prend des axes plus obscurs et occultes, qui relèvent littéralement l'intérêt du jeu ! En clair, malgré son apparent foutoir chronologique, David Cage (producteur et scénariste du jeu) signe ici le roman noir le plus abouti de sa carrière. Question gameplay, il est clair qu'en réalisant un jeu 100% axé sur la narration, Quantic Dream a été obligé de passer par la case QTE. Certaines mauvaises langues font vite le rapprochement avec le très moyen Asura's Wrath, mais c'est au final injustifié. Si le roi des interviews promotionnelles nous bassine autant avec ses "émotions" et le lien qui unie les gens, ce n'est pas pour rien. Ainsi Beyond : Two Souls c'est avant tout une aventure à vivre, plus qu'à jouer. Alors certes on mange des QTEs pour tout et rien mais ce n'est pas comparable avec Heavy Rain. En effet, dans cette aventure il règne toujours une certaine tension, un rythme qui fait que même si on a le temps de flâner et de fouiner chaque recoin, finalement on cherche avant tout à faire avancer l'histoire pour connaitre la suite des événements, quitte même à oublier un temps, le peu de profondeur du gameplay. Maintenant depuis leur précédent jeu, les choses ont tout de même évolué. Fini ce personnage infâme à contrôler et qui avance en pressant R2, Jodie se contrôle "normalement" (avec le stick gauche), même si une certaine lourdeur se fait tout de même sentir. Les actions contextuelles (souvent au ralenti pour mieux les appréhender), contrairement aux autres jeux comme God of War, ne sont pas punitives si on les rate : elles entrainent généralement des bifurcations dans le déroulement de l'aventure, mais que très rarement un game over.


Certains critiquent
L'aventure n'est vraiment pas difficile, cependant venir critiquer Beyond pour ses embranchements, quand d'autres ne proposent aucune alternative, c'est un peu fort...
cet aspect du jeu, en disant qu'ainsi l'aventure est trop facile (et en un sens, c'est vrai) et que nos décisions ont trop peu de répercutions à court terme. Oui, en un sens c'est vrai cependant les jeux qui proposent ce genre de cheminement sont quasiment inexistants ! Ils n'existent presque pas de titres qui offrent des alternatives à la narration (en général d'une partie à l'autre la narration est exactement la même), alors au final, pourquoi critiquer ? Finalement ces embranchements sont un bon moyen de reprendre son jeu pour essayer des voies divergentes, et ainsi apprécier de facto, les changements que ça apporte. En pressant triangle, on peut (lorsque c'est possible) contrôler Aiden, l'entité bienveillante qui est liée à Jodie. Aiden peut généralement déplacer des objets (la plupart du temps avec violence) mais peut également créer une bulle de protection, prendre (rarement) possession d'un corps, créer un lien psychique avec une personne (en vue de récupérer un souvenir) ou encore guérir les bobos. Seul regret à tout ça : les actions sont à la fois contextuelles et imposées, et on ne choisit que rarement quoi faire. Finalement, seule la réussite des QTEs conditionne le déroulement des événements. Dans d'autres phases de jeu, plus ouvertes cette fois, Jodie et/ou Aiden pourront se balader librement en vue d'interagir avec les éléments du décor et débloquer ainsi d'autres événements. On le reconnait volontiers, on est guidé, le parcours laisse peu de place à l'initiative mais encore une fois, étant donné qu'on nous sert une histoire rondement menée, il n'était peut-être pas si évident de rendre l'aventure plus "interactive". C'est un parti-pris de plus, un parti-pris qui divise certes, mais à bien y regarder, la plupart des autres jeux font de même sans qu'on y prête attention et cette façon de développer les jeux, est un peu la "marque de fabrique" du studio. Techniquement, Quantic Dream utilise à nouveau son moteur maison, celui-là même qui nous déjà ébloui dans Heavy Rain, à ceci près qu'il a été peaufiné et qu'il tire 100% des capacités de son support. Une PS3 dont la RAM fait cruellement défaut et ça sent : le disque dur s'affole comme un dingue tout au long du jeu, et le lecteur Blu-Ray en fait autant ! En résulte quelques petits lags et pop-ups mais ça reste rare et finalement pas bien méchant.


Car Beyond :
La réalisation est véritablement impressionnante ! La Motion Capture et la qualité des modélisations feront date !
Two Souls saura à coup sûr, vous impressionner. Il suffit de voir la qualité des textures, avec quelle finesse l'eau ruisselle sur une vitre, la danse d'une flamme ou la finition assez effarante de certains décors, pour se dire que l'équipe de développement a bien bossé. Mais encore là ce n'est rien devant la qualité extrême des modélisations qui atteignent ici un degré de finition encore jamais vu (même sur PS4 !). Les visages sont hyper réalistes, les expressions faciales sont vraiment naturelles, les détails sont ahurissants et les protagonistes sont magnifiques ! Pas besoin de se leurrer, je me souviens encore que dans Heavy Rain, malgré de très gros efforts, certains visages étaient ratés. Alors bien sûr on note encore quelques angles un peu mal dégrossis et quelques animations intermédiaires un peu robotisées, mais dans l'ensemble ce jeu affiche une parfaite maitrise de la console de Sony. Du grand art ! Seul bémol, une fois encore le jeu a été développé en anglais (normal, les acteurs sont anglophones) et du coup le doublage français n'est pas toujours raccord. La synchro labiale a des hauts et des bas, quand d'autres jeux savent enfin gérer les moteurs graphiques en fonction des doublages. Ceci dit le doublage français est de très bonne qualité et on reconnaitra vite des sommités de la voxographie mande in France comme Xavier Fagnon ou Dominique Collignon-Maurin (la voix de Nicolas Cage). Les bruitages sont également de qualité, même si dans ce type de jeux, contrairement à un FPS par exemple, on y prêtera moins attention. Enfin les musiques ont été composées en partie par Normand Corbeil, qui avait déjà travaillé sur pas mal de films et sur Heavy Rain. Malheureusement le compositeur québécois est mort d'un cancer en janvier 2013 (condoléances…) et sera tardivement remplacé par Lorne Balfe (TransFormers, Inception), rejoint par le grand Hans Zimmer qu'on ne présente plus. En résulte une bande-son riche qui, à priori, passe un peu inaperçue mais qui sait en réalité mettre en exergue la moindre situation. Tel un véritable film, la musique souligne les temps forts de l'aventure, qu'ils soient émotionnels ou sous tension. Une belle réussite finalement.



Lorsqu'on Note
joue à Beyond : Two Souls, il faut avant tout avoir une certaine ouverture d'esprit. En effet, il est absurde de débuter cette aventure comme n'importe quel autre jeu vidéo. Voilà pourquoi il divise les foules, que certains le trouvent déconstruit, confus et dépourvu de réel gameplay. Je pense sincèrement que les testeurs ayant écrits de telles inepties, n'ont rien compris au sens même du titre. Car s'il est vrai qu'il n'est pas parfait, que ses prises de décision ne porte jamais bien loin, qu'il fait souffrir la console ou encore que cette "time line" qui va et vient n'aide pas à comprendre immédiatement l'histoire, dans le fond on nous propose une nouvelle fois, une aventure qui n'a pas son pareil dans l'univers ludique. Ainsi les septiques et les bourrins de base ne peuvent pas imaginer que derrière, Quantic Dream nous livre des émotions à fleur de peau, à travers les yeux d'une fille qui a été maltraité et mal considéré toute sa vie. Une histoire touchante de prime abord, qui vire agréablement vers l'occulte pour se renouveler. Et si pour ça il faut que le gameplay se réduise un peu, c'est un parti-pris que je suis prêt à accepter. Car il faut voir ce jeu comme une façon "alternative" d'appréhender le jeu vidéo, un film interactif nouvelle génération, une aventure à vivre et à ressentir, qui vous fera vibrer comme aucun autre jeu, bref une expérience ludique et surtout, unique. Ajoutons à ça une réalisation de très haut niveau, un bon doublage et un jeu d'acteur au sommet de son art (avec entre autre des modélisations et des expressions faciales qui atteignent des sommets encore inexplorés), pour vous convaincre que même si ça ne saute pas de suite aux yeux, on nous propose enfin quelque chose de neuf et de nettement plus profond et touchant que tous ces jeux de guéguerre qu'on nous sert régulièrement. Si évidemment vous n'avez pas l'intelligence d'essayer de comprendre ça, je ne pourrai rien de plus pour vous. Je terminerai ce test en disant que si le jeu vidéo devient un jour un art reconnu et à part entière, Beyond : Two Souls y aura grandement participé.



Les -

  • Peut-être trop facile, trop dans une volonté d'accessibilité
  • La console est mise à rude épreuve (disque dur et lecteur)
  • Jouabilité un peu lourde et flottante
  • Quelques soucis de caméra
  • Les +

  • Des émotions à la pelle que les grosses brutes ne comprendront même pas
  • Une expérience ludique, unique, profonde, touchante…
  • Rejouabilité et durée de vie correcte (10 à 12h)
  • Techniquement très impressionnant !
  • Une aventure très variée
  • Jeu d'acteur impeccable


  • _____________________________________________________________________________
    L'avis de Puffmagicd



    Un jeu
    Jodie est attachante mais son histoire peut paraitre confuse. Par contre chapeau-bas pour le jeu d'acteur...
    polémique... certainement, un jeu particulier... assurément, un jeu ou un film interactif ? Que de débats ! Pour ma part, j'ai tranché : Beyond Two Souls est un jeu. Certes avec une interactivité et une jouabilité particulières mais cela reste un jeu (et puis si Asura's Wrath en est un… celui-ci aussi, forcément). Nous étions fans (dans l'équipe) de Heavy Rain, alors qu'en est-il de ce nouveau projet de David Cage ? L'histoire nous raconte que Jodie Holmes est une enfant particulière puisqu'une entité ésotérique accompagne notre jeune héroïne (celle-ci s'appelle Aiden) et ce depuis sa naissance. Placée en centre d'observation des phénomènes paranormaux, elle est scrutée et observée sous tous les angles, les scientifiques voulant découvrir les pouvoirs de Jodie et les utiliser. Jodie s'enfonce alors dans la solitude et la peur de perdre le contrôle, et sa quête de "normalité" va se heurter à la peur des autres face à sa différence. Ses aventures vont l'entraîner de l'enfance à "agent" pour la CIA, mais aussi bien au-delà de l'entendement. L'aventure nous fera découvrir de façon disparate les souvenirs de Jodie, et ce à tous les âges, et en ne respectant aucune chronologie. Le scénario vous réserve naturellement quelques surprises et certaines sont même de taille, car à l'image d'Heavy Rain, le titre lorgne sur le cinéma en offrant une aventure construite comme un film (après on apprécie ou non la conduite du scénario). Nous ne spoilerons pas, mais la fin est un peu plus convenue et c'est dommage car le reste de l'aventure est plutôt surprenante, et certains passages sont vraiment très bien écrits (exemple : le Nevada), mais soyons honnêtes le scénario n'évite hélas pas certains poncifs liés à ce type d'histoire.


    Côté réalisation,
    Techniquement, Beyond envoie du lourd, du très lourd ! La motion capture atteint ici un niveau jusque-là inexploré
    on rentre dans l'excellence puisque le travail sur le visuel est juste incroyable. Le chara-design et la motion-capture sont bluffants et on admire de "vrais visages". On a vraiment l'impression de jouer avec Ellen Page et Willem Dafoe. Quantic Dream a repoussé les limites qu'Heavy Rain avait déjà bien ébranlé. Le grain de peau, les yeux, les expressions faciales… ici tout est fait pour être crédible, réaliste au possible et cela fonctionne ! Certains passages sont d'une telle qualité graphique qu'ils en deviennent touchants, stupéfiants voire même envoûtants. Les effets de lumière et de particules sont globalement très bons. Par contre il faut signaler que par moment, la console PS3 se met à ramer, car le jeu demande beaucoup de ressources, et la machine est vraiment poussée dans ses derniers retranchements (nous avons rencontré trois gros freezes durant toute l'aventure). Ce jeu est techniquement une très belle démonstration, et on se demande avec une machine plus puissante (comme la PS4) ce que pourrait proposer ce studio dans les années qui viennent. L'avenir semble prometteur, alors "wait and see" comme on dit ! Côté prise en mains, c'est un peu là que le bas-blesse et que certains joueurs considèrent que le manque d'interactivité ne permet pas à ce titre d'être considéré comme "vrai" un jeu. Pour moi ce Beyond Two Souls est un jeu (à l'époque de Dragon's Lair et des titres du même genre, les joueurs se posaient déjà la question de savoir s'ils pouvaient être considérés comme des jeux ou des aventures interactives, mais avec le recul tout le monde s'accorde aujourd'hui sur le fait que cela reste des jeux). Beyond se joue à la manette (pas de compatibilité au PS Move, du moins pour l'instant), on peut jouer à deux et même si le jeu ne propose que peu d'interaction, il faut bien intervenir pour faire évoluer l'aventure de Jodie. Alors après qu'on adhère ou pas à ce principe, il faut reconnaître que le titre nous propose un gameplay « simpliste » : on interagit en effectuant un mouvement avec le stick, la seule difficulté étant que le jeu ne propose pas d'indication, il faut donc anticiper de façon un peu "aléatoire" les mouvements. Il n'y a donc pas de vraie stratégie dans les combats et les déplacements, ça manque un peu de fun.


    Autre point
    Le gameplay est tout sauf exigeant, la difficulté est très basse et malheureusement, nos choix n'influent que peu sur l'histoire
    négatif : on ne ressent pas vraiment de différence, dans le scénario, suivant les choix que nous effectuerons. L'impact des choix sur l'aventure limite l'envie de découvrir si le jeu offre divers arcs narratifs. En clair : il offre peu de liberté et c'est vraiment dommage. Maintenant on pourra apprécier le fait d'intervenir avec Aiden, et de pouvoir jouer les trouble-fêtes paranormaux. Ensuite il faudra intervenir sur l'évolution des dialogues, en pressant au choix une des touches de la manette : classique et efficace (mais pas très fun, encore une fois). Comme vous le constatez, l'interaction est très limitée voir trop limitée et c'est là, le point faible du jeu. On aurait aimé participer de façon plus active à cette aventure, afin de rentrer encore plus dans cet univers. Personnellement, j'ai vraiment accroché aux voix et aux musiques du jeu. Les orchestrations sont en parfaite adéquation avec l'univers proposé, même si celles-ci ne seront pas des références du genre, elles restent d'une excellente qualité. Il faut dire que le trio de compositeurs, est de choix : Normand Corbeil (Fahrenheit, Heavy Rain), Lorne Balfe (Dark Knight Rises, Assassin's Creed III, Crysis 2) et le grand Hans Zimmer (Inception, Gladiator, The DaVinci Code, TransFormers, Iron Man, Call of Duty : Modern Warfare 2) ne sont plus à présenter. A noter que la synchro labiale, si elle n'est pas parfaite, est assez réussie au vu des synchros catastrophiques de ces dernières années dans le jeu vidéo. Enfin niveau durée de vie, comptez 8 à 10 heures pour finir le jeu une première fois, et 2 à 3 fois plus si vous désirez débloquer toutes les fins et les divers "arcs narratifs". Maintenant une fois le jeu terminé, arriverez-vous à vous replonger dans l'univers de Jodie ? Tout dépendra de votre implication et de votre immersion dans cet univers.



    Beyond Two Souls Note
    est différent, une expérience à part et bien au-delà des polémiques, il ne laissera pas indifférent. Qu'on aime ou qu'on déteste, le jeu vous laissera forcément du souvenir. Si comme moi vous aimez varier les expériences vidéo-ludiques alors ce jeu devrait vous plaire et vous emporter au travers d'une aventure visuelle et scénaristique, avec bien sûr, ses forces et ses faiblesses. Si le manque d'interaction, la simplicité du concept, le manque de liberté ne vous rebutent pas alors vous découvrirez un univers très différent de ce que vous avez déjà rencontré, entre onirisme, ésotérisme. L'aventure pourra vous surprendre, de même que la solitude ressentie, la peur, la joie, l'amour... toutes ces palettes d'émotions proposées par Beyond Two Souls et qui rendent terriblement humaine cette jeune héroïne qui en devient vite attachante. Cependant j'aurais aimé plus participer à cette aventure et j'aurais souhaité pouvoir ressentir de façon plus "physique" ce lien entre Jodie et Aiden, dont la prise de contrôle est en plus assujettie au bon vouloir des scripts (et non, impossible de faire ce qu'on veut quand on veut). Pour ma part, j'espère que David Cage proposera sur les futures consoles une nouvelle aventure de ce type, en revoyant les possibilités d'interactions, car si Heavy Rain et Beyond Two Souls nous proposent une aventure viscérale, basée sur des personnages et des émotions, il serait important d'amener un gameplay en adéquation avec ce ressenti afin de proposer une nouvelle expérience vidéo-ludique, et pas un jeu couloir hyper limité en possibilités, un film interactif moderne.



    Les -

  • Trop peu d'incidences dans nos choix
  • Gameplay trop passif
  • On s'ennuie :(
  • Les +

  • Une aventure unique et dépaysante
  • La variété des séquences de jeu
  • Le jeu d'acteur, forcément :)
  • Techniquement bluffant


  • Article réalisé par iiYama, Aquel et Puffmagicd

    décembre 2013