WipEout Fusion (PS2)

 








Développement scénaristique
Jouabilité & Gameplay
L'image
Le son
Note générale


Sortie du jeu : février 2002
Développeur : Sony Computer (Studio Liverpool)
Editeur : Sony Computer
Genre : courses

Support : 1 DVD
Version testée : Française
Voix dans le jeu : US
Textes à l'écran : FR
Difficulté :
Multi-joueurs : 2 joueurs simultanément + mode online



Les sites partenaires :





_________________________________

Pages vues (depuis avril 2016)




Visiteurs uniques (depuis avril 2016)

WipEout Fusion








Suivant le rythme classique
Entre l'épisode 3 et celui-ci, Psygnosis est devenu Studio Liverpool
d'une sortie tous les 2 à 3 ans, WipEout s'invite tout naturellement sur la remplaçante de la PlayStation. Attendu comme le messie, trouvant que le développement fut long (moi je ne trouve pas, 3 ans d'attente c'est du classique), la presse fut unanime sur ce nouvel épisode, le dernier en date puisque depuis 6 ans, il n'est réapparu que sur PSP. Il est vrai que de mon côté, je suis un peu en retard mais comme on dit, mieux vaut tard que jamais. Ainsi, j'ai passé un gros bout de mon temps sur cette nouvelle perle du jeu de courses. Entre Wip3out et cet épisode Fusion, Psygnosis est devenu Studio Liverpool suite à son rachat par Sony, la PSOne est désormais au placard pour laisser place à la PS2 et hormis une DreamCast mourante, la concurrence (en la présence des Xbox et GameCube qui sortirent quelques semaines plus tard), a laissé tout loisir à ce titre de s'installer et de faire parler de lui. Il faut aussi préciser que si aucune suite n'a vu le jour sur PS2, c'est bien que la barre fut placée très haut, à tel point que seule une future mouture PS3 sera en mesure de la détrôner. Et pourtant, c'est pas une intro somme toute bof-bof qui va vous préparer à ce que vous allez vivre. C'est même regrettable qu'il en soit ainsi, les intros des WipEout sur PSX s'ouvrant toujours sur une séquence en images de synthèses de toute beauté. Bref, on presse "start" et la première bonne surprise, c'est le nombre étonnant de modes de jeu qui est offert, ainsi qu'un menu d'options assez riche où on peut par exemple faire sa propre tracklist (avec les titres inclus bien sûr) histoire de n'écouter que les pistes qu'on veut entendre. Dommage par contre que la config' des boutons soit si peu paramétrable car je trouve qu'accélérer sur X est loin d'être confortable. Malgré tout, on retrouve tout ce qui fait la richesse de la licence et même si je râle pour les boutons, tirer avec R1 s'avère fort pratique. Finit les 2 malheureuses vues disponibles, Fusion en propose désormais 4 points de vue, dont une de capot nous dirons, très sympa. La jouabilité reste inchangée par rapport à Wip3out bien que le tout gagne en souplesse. Les vaisseaux sont super agréables à piloter, les réactions sont vives et on retrouve comme toujours, des teams et pilotes qui sont autant de différences entre les appareils. Côté armement, on dispose d'un panel bien plus étoffé qu'à l'époque avec quelques nouveautés de taille comme le lance-flammes, le fusil à proton, le dépôt manuel de mines (bien pratique) ou encore le tir tactique qui envoie un rayon venu d'un satellite pour écrabouiller la gueule de ses adversaires. Du gros gros fun !


Car WipEout Fusion
Le jeu est super maniable mais aussi super difficile
entre dans une nouvelle aire pour la licence, à savoir que sur la piste ce n'est pas seulement une course, c'est aussi la guerre ! Ça explose dans tous les sens et croyez-moi, vous n'êtes pas la seule cible. D'ailleurs, survivre aux courses sera votre principal but dans un premier temps, car si le jeu n'est pas trop difficile au début, il faudra toujours faire gaffe à son bouclier. Depuis WipEout 2097, notre vaisseau possède un bouclier rechargeable et depuis cet épisode-là, le contact avec le bord ne nous sèche plus sur place comme dans le premier opus. En contre-partie, l'écran se brouille, le pad vibre à mort (faut pas avoir d'arthrose aux mains) et votre bouclier en prend pour son grade. Alors entre des concurrents assez farouches et des pistes sinueuses au possible, finir simplement la course est déjà pas si mal. Ce 4e opus ne propose plus une pseudo-sélection de la vitesse du jeu en choisissant une ligue. Déjà hyper rapide, cet épisode ne dispose pour le mode Arcade, que d'une seule vitesse, déjà sévèrement décoiffante. Et puisqu'on en parle, abordons le sujet des modes de jeu. Comme je viens de le dire, il y a un mode Arcade. C'est le mode classique où on concourt comme dans tous WipEout qui se respecte et où il faut finir premier pour débloquer la course suivante. Il faut quand même préciser qu'il y a 7 zones comportant 3 pistes chacune, ce qui nous fait la bagatelle de 21 tracés. Il faut en plus ajouter à ça le mode "reverse" qui double le nombre de pistes et vous comprendrez vite que rien que ce mode-là, va vous prendre énormément de temps (c'est bon pour la durée de vie). On peut jouer en multi-joueurs via le Net, en mode Ligue AQ, Défi mais il faudra au préalable finir le mode Arcade pour débloquer les modes "Zone" et "contre la montre". Défi vous propose tout un tas de défis singuliers, sur une piste originale et sur un seul tour. Le mode Ligue vous propose une sorte de mini-tournoi sur 3 circuits, où finir premier n'est pas seule façon d'avoir des points, puisque l'élimination de concurrents est aussi payante. Le mode Zone vous propose de prendre en main un prototype qui avance tout seul et où on doit tourner de façon indéfinie dans un niveau. Ça parait rien comme ça mais la vitesse augmente à chaque tour jusqu'à devenir un enfer à piloter. A chaque check-points on gagne des crédits, la limite n'étant imposée que par votre bouclier qui partira vite en poussière tant à vitesse max c'est super impressionnant (gare aux épileptiques !) mais aussi super injouable. Et sur la question "à quoi servent les crédits ?", je répondrai : à acheter de nouveaux vaisseaux, les upgrader et débloquer de nouveaux persos, le summum étant toujours le fameux Piranha qui peut désormais tirer. Autant dire que c'est le vaisseau ultime puisque toutes ses caractéristiques sont à fond. Côté circuits, ils sont super fun ! On découvre enfin des loopings, les sensations sont complètement énormes puisque les développeurs n'ont vraiment pas lésinés sur les passages fort en adrénaline.


En plus, la variété des décors
Réalisation top niveau mais bande-son un peu faiblarde
(qui mêlent parfois le technologique au naturel d'une campagne) joue aussi avec quelques effets bien menés, comme la neige ou la pluie. Plus fort encore, il y a aussi des items qui vous colleront au plafond dans certains passages et il y a par ailleurs, plusieurs embranchements à chaque niveau. C'est du gros délire, ils se sont littéralement lâchés ! Croyez-moi, faut pas être sensible aux variations et aux tangages sinon on rend vite son petit-déjeuner. D'ailleurs, j'ai trouvé sympa que le jeu nous laisse le choix de jouer avec le stick analogique ou la croix numérique (plutôt que d'imposer l'un des 2, comme la plupart des jeux) et il y a une galerie d'images (artworks) à débloquer. S'il faut trouver des défauts à ce titre, bien sûr on en trouve. On peut avant tout montrer du doigt un gameplay qui n'a pas vraiment évolué. Les touches L/R sont les aéro-freins, on récupère des items ou des armes pour gratter les premières places, on prend les accélérateurs pour rattraper son retard... bref c'est du déjà vu, même si ici, le principe est clairement encensé par la réalisation et le fun de courses/combats sans limite. Mais personnellement, je regrette qu'on ne puisse toujours pas avoir une banque d'objets. Certes on peut jeter son item mais si en on avait 3 de côté, avec la possibilité de choisir celui qu'on veut utiliser en premier, ce serait un gros plus lors de courses un peu chaudes. On peut aussi rétorquer la pub de tous les côtés pour Kappa (la marque de fringues), des ralentissements et un fort aliasing par endroit, surtout lorsque ça va vite. Enfin le jeu est quand même vachement difficile une fois la moitié passée (moins que le premier WipEout mais quand même) et la tracklist est décevante. On reste bien sûr dans le gros Electro qui va bien, mais sur les 20 titres disponibles, la plupart ne sont pas Techno, fer de lance de la série. On retrouve donc un mélange de Drum'n'Bass, Tripop, Freestyle ou Break-beat qui n'est pas des meilleurs. Ok ça colle pas trop mal au jeu, les pistes sont de bonne qualité (même si la plupart ont étés composés par d'illustres inconnus) mais on est loin, très loin des tracks fumants de WipEout et WipEout 2097 qui nous proposaient de la grosse Techno à se faire péter les tympans. Par contre, les bruitages sont excellents (faut faire un réglage dans les options car la musique est trop forte) et la réalisation graphique, malgré les 2 fausses notes citées plus haut, est énorme.



Avec son design Note
hi-tech méchamment accrocheur, sa grosse vitesse de pointe, ses effets (poussière, particule, climat, fumée, transparence de certaines portions de piste), WipEout Fusion nous en met plein les yeux. C'est très beau et hyper rapide, faisant honneur à la console de Sony et à notre ex-Psygnosis, ce qui ne fera qu'augmenter le potentiel de fun du jeu, qui s'avère grave explosif rappelons-le. Faut dire que sur les 16 participants de départ, il en restera souvent moins de la moitié à l'arrivée tant les circuits sont chauds et la concurrence parfois rude. Mais les pistes sont souvent larges et les bords "glissent", ce qui favorise la prise de vitesse et donc de risque. Alors malgré ses quelques défauts qui ne sont finalement que des détails, j'ai adoré ce 4e opus de la saga WipEout, Fusion étant même devenu l'un de mes épisodes préféré. Maintenant j'attends de pied ferme la sortie prochaine de WipEout HD sur PS3, voir s'il va arriver à faire mieux que celui-ci en terme de sensations fortes. Y'a du boulot !



Test réalisé par iiYama

février 2008