Tomb Raider Legend (PS2)

 








Développement scénaristique
Jouabilité & Gameplay
L'image
Le son
Note générale


Sortie du jeu : avril 2006
Développeur : Crystal Dynamics
Editeur : Eidos Interactive
Genre : aventure - exploration

Support : 1 DVD
Version testée : Française
Voix dans le jeu : FR
Textes à l'écran : FR

Difficulté :
Multi-joueurs : non
Abréviations : TR legend - TR7
Titre alternatif : Tomb Raider VII
Prix au lancement : 60€
Score des ventes : 1.7 millions (tous supports)


Aussi disponible sur :




Les sites partenaires :





_________________________________

Pages vues (depuis avril 2016)




Visiteurs uniques (depuis avril 2016)

Tomb Raider

Legend



Les premier
Cet épisode Legend est le premier d'une trilogie
et 4e volet de Tomb Raider sont pour moi des jeux majeurs de la PSOne. Emblème à part entière avec les Ace Combat et les Resident Evil, ce trio forme mon cercle de jeux préférés sur la 32-bits de Sony. Tomb Raider Legend n'est autre que le 7e épisode d'une série à rallonge. L'Ange des Ténèbres (le 6e opus) n'ayant pas réussi à séduire son public et à reconquérir ses fans, Eidos (détenteurs des droits de la licence) a floué Core Design pour filer le boulot à une boite semble-t-il plus douée : Crystal Dynamics. Bien connu des joueurs de PSX et DreamCast pour des jeux comme Gex, Legacy of Kain, Pandemonium ou Soul Reaver, ils le sont moins sur PS2 en ne s'affirmant qu'avec un Project Snowblind moyen ou un excellent SoulReaver 2. Alors se pose ici une question : est-ce que Crystal Dynamics a fait mieux que Core Design ? Pour le savoir, jugez-en plutôt. Dés l'intro (façon trailer de film de John Woo), on sent que la volonté des développeurs est d'appâter la galerie, et ça marche ! Après avoir configuré une myriade d'options (une liste qui s'agrandit au fur et à mesure de l'aventure avec par exemple de nouveaux costumes), le premier level se lance dans un plagiat des premières images de l'excellent film Mission Impossible 2 où on voit Tom Cruise faire le cascadeur aux dessus des falaises. Copie quasi conforme et vertigineuse de la scène, la séquence en 3D met tout de suite dans le bain. Vient ensuite le premier niveau et le constat s'impose de suite : que c'est beau ! En effet, Tomb Raider Legend c'est des décors un peu façon ICO tant pour la finesse des textures, le choix des couleurs ou les effets de lumières sont proches, même si entre nous les screenshots ne le dévoilent pas. Même les ombres sont superbement gérées, ce qui efface les bugs du précédent opus. Une première impression qui persiste tout au long de l'aventure pour un constat faisant plaisir, car cette charte de qualité visuelle démontre bien l'envie des p'tits gars de Crystal Dynamics d'aller de l'avant, tant pour eux même que pour une série à bout de souffle. Quelques bugs entachent l'animation mais rien d'alarmant puisque le tout est parfaitement fluide et plutôt bien conçu.


D'ailleurs on
Legend propose quelques nouveautés réussies (comme ici le grappin) et d'autres complétement ratées comme la moto
retrouve ses sensations de vide à donner des frissons, si cher à mon coeur et perdu depuis la fabuleux Tomb Raider IV. Autre point qui m'a impressionné : le son. Tout d'abord je tiens à féliciter (et remercier) Eidos de pérenniser le judicieux choix de Françoise Cadol pour le doublage de la voix de Lara. Présente depuis le chapitre fondateur, Miss Cadol a toujours su donner beaucoup de charme et une certaine crédibilité à la voix d'une héroïne faite de polygones. Ensuite, exit le froid et le vide acoustique des précédents épisodes puisqu'ici, il y aura toujours un fond sonore à base de musiquette ou de filtre d'ambiance (chute d'eau, souffle du vent...) qui offre plus d'immersion. De plus, les phases rythmées s'offrent de superbes compositions cinématographiques, digne des plus grands noms de la toile blanche. Pour en finir avec le plaisir des oreilles, les bruitages sont réellement bien étudiés, toujours justes et de qualité. En résumé l'audio a susciter un grand travail de la part des développeurs et si la plupart des joueurs (ou des testeurs) s'en foutent un peu, moi au contraire, je félicite un travail pointu et en parfait accord avec l'esprit ludique des Tomb Raider. Au final, je ne regrette qu'une chose : les 2 assistants de Lara (Zip et Alister) nous gâchent un peu la fête. En effet ces 2 imbéciles ont toujours la gueule ouverte et pire, ils débitent des aneries affligeantes. Les blagues sont nulles, le phrasé est débile... bref ils nous plombent un peu l'ambiance. Côté jouabilité, elle a été accueillie comme le renouveau tant espéré après un Angel of Darkness un peu décevant. Pourtant, le contrôle de la belle Lara ne me parait pas si parfait que ça. Tout d'abord on ne peut toujours pas configurer les touches comme on le souhaite. Option manquante et rageante, où Crystal Dynamics n'a su combler un tort commis depuis le premier opus il y a exactement 10 ans. Ensuite, si les phases de combats à l'arme à feu s'avèrent simplifiées au maximum (moi vois, moi tire !), les phases de plate-formes peuvent parfois rebuter. Il arrive souvent que Lara ne saute pas où on veut ou bien qu'elle reste bloquée sur l'arête d'une corniche alors qu'on s'acharne à pousser le stick dans la bonne direction. C'est assez énervant et ça l'est d'autant plus que, et ça je tiens à le dire, le contrôle des 5 premiers épisodes (PSX) était pour moi fantastique. Bien que manquant d'un peu de souplesse, ils étaient très précis et je faisais ce que je voulais de Lara, les ratages étant alors assez rares.


Or depuis l'Ange des Ténèbres,
Exit Core Design, désormais c'est Crystal Dynamics qui développe la série avec ce que ça implique de retours aux sources et d'évolutions
j'ai perdu cet "instinct" que j'avais et désormais, je tâtonne plutôt que d'y aller franco. Mais je tiens à rassurer tout le monde, la jouabilité n'est pas non plus une catastrophe. Lara répond assez bien aux sollicitations du pad et puis il fallait que les choses évoluent un jour ou l'autre. Entre autre nouveauté, il y a désormais quelques phases à QTEs, des scènes où il faut appuyer sur le bon bouton au bon moment (un procédé très en vogue depuis quelques années). Quant aux phases à la nage sont brouillonnes, voire même injouables. Pour ce qui est du reste, il n'y a pas à se plaindre puisque lors des phases des shoots, Lara "locke" automatiquement son assaillant et pourra même utiliser diverses "machines de guerre", comme une mitrailleuse lourde posée sur un trépied. Afin de varier les plaisirs, fut introduit dans Tomb Raider II, la conduite de véhicules. Phases ô combien catastrophiques et pénibles à passer, Tomb Raider Legend nous livre une alternative pour le moins sympathique à la course à pied : la conduite de moto. Moto qu'on n'avait plus revue depuis La Révélation Finale (et encore, ce n'était qu'une cinématique). Ici en prendre le contrôle, c'est comme réaliser un vieux fantasme. Bien que le maniement soit très imprécis (un peu comme lorsqu'on prend le contrôle d'un véhicule dans GTA), ces phases de courses poursuites mêlées d'action, sont très sympas bien que sacrément brouillonnes. D'un point de vue gameplay, de grosses mises à jour ont été faites. Lara s'accroche toute seule aux rebords, elle se rattrape aux corniches en cas de fausses manoeuvres et d'une façon générale, si le contrôle est moins précis qu'avant, l'action elle, s'est largement étoffée. Tomb Raider a beaucoup inspiré la trilogie des Prince of Persia et aujourd'hui, on sent bien que c'est le Prince qui inspire Lara. La preuve est vite trouvée puisque le jeu est parsemé de barres transversales ou de poteaux sur lesquels elle pourra jouer les acrobates. Ceux qui comme moi, ont joués aux 3 Prince of Persia, savent bien de quoi je parle... Mais le plagiat étant réalisé dans les règles de l'art, il n'est point de critiques à formuler quant à cette évolution de la série vers quelque chose de plus acrobatique.


Dans la continuation
La qualité des graphismes est impressionnante pour une PS2 !
des nouveautés, Lara est maintenant équipée d'un grappin. Un ustensile indispensable puisqu'il permet de faire bouger certains objets ou de s'accrocher afin de passer un précipice. En parlant d'objets, petite nouveauté sympa, certains d'entre eux seront destructibles. Parfois c'est contextuel, parfois ce ne sera que pour le plaisir. Les phases de tirs se sont d'ailleurs inspirés des FPS, puisqu'il sera souvent possible de faire exploser un bidon d'essence ou un camion, pour éradiquer plusieurs ennemis en même temps. Dans la série "Miss gadget", fini les torches à l'ancienne, Lara possède à présent une lampe électrique rechargeable et une paire de jumelles "intelligente" qui vous permettra de zoomer et de détecter les mécanismes. Autre évolution notable : Lara ne porte plus que 3 trousses de soin et 2 armes, les pistolets de base étant obligatoires. Mais pas d'inquiétude puisque la belle brune pourra ramasser les armes qu'elle croisera sur sa route (celles laissées par ses victimes) et les jeter une fois vides. Idem pour les trousses de soin. Vous utiliserez vos 3 trousses comme bon vous semble et les ennemis en laissant souvent derrière eux, vous aurez presque toujours votre stock plein. C'est vrai que ça fout un peu le stress de ne pas posséder un arsenal comme dans les autres épisodes (40 trousses de soins dans son sac à dos, 2 uzis, un M16, un lance-roquettes...) mais quand on réfléchit 2 secondes, ça rend l'aventure plus crédible et Lara plus humaine. Scénaristiquement parlant, c'est en fouillant dans de vieilles ruines que Lara va faire ressurgir du passé, ses vieux démons. Bondé de cut-scènes 3D (dont certaines sont interactives) et de flashback, je trouve le scénario très bien composé même si dans le fond, il reste assez simple : Lara part à la recherche de la légendaire épée d'Excalibur. Le concept de Tomb Raider V ayant fait son chemin, Lara ne sera pas seule sur son parcours puisqu'elle sera secondée par une équipe. Côté gameplan, hormis un soupçon de "déjà vu", mélange de Tomb Raider PSOne et de Prince of Persia, le tout reste très accrocheur avec des phases variées. Les lieux s'enchaînent et ne se ressemblent pas, tout comme les énigmes ou les passages purement plate-formes. D'ailleurs le niveau du Manoir des Crofts est devenu un level à part entière. Disposant de pas mal de pièces cachées et de petites missions annexes (comme retrouver des blasons familiaux par exemple), le manoir sert plus que jamais à l'entraînement. Alors ? Et bien oui !



Crystal Dynamics a Note
largement mieux réussi sa copie que Core Design. Bien plus beau, mieux animé, plus rapide (et ce n'est pas un luxe), plus abouti en terme de gameplay et techniquement impressionnant, Tomb Raider Legend est un très bon jeu d'aventure. De plus, un certain "envoûtement" est revenu titiller notre sens de l'exploration car les développeurs ont tout compris en matière de spiritualité avec des passages je dirai "magiques". Proposant des zones comme la Bolovie, qui à la fois, renoues avec le premier opus mais aussi intéresse d'un point de vue archéologique (on est loin des zones toutes pourries dont on se fout éperdument), ce 7e opus propose du mystique et c'est tant mieux. Les fans de la première heure (comme moi), seront ravis. Alors que dire de plus, si ce n'est que son seul réel défaut reste sa jouabilité assez imprécise et des problèmes de caméra, récurrent à la série. Passé cet handicap (on s'y fait vite, pas d'inquiétude sur le sujet), le jeu promets de bons moments. De plus le scénario est prenant et l'action est soutenue. Il faut dire que le plaisir du jeu passe aussi par pas mal d'originalités pour la série et qu'en plus, il évite les "prises de têtes" (et ça, c'est important). Certes le jeu n'est pas bien long (moins de 8 heures) ni bien difficile mais on y reviendra pour refaire l'aventure au complet (j'ai fini plusieurs fois les 6 autres opus), faire les modes "Time Attack" ou encore trouver les artéfacts cachés dans chaque niveau (qui donnent des bonus comme des améliorations du pistolet). Le père de Lara, Toby Gard (créateur du premier épisode) peut être fier de sa nouvelle oeuvre. En renouant avec une aventure présignée d'un grand A, Tomb Raider et Lara Croft reviennent sur les devants de la scène d'une fort belle manière.



Test réalisé par iiYama

juin 2006 (mise à jour : janvier 2012)