Silent Hill 4 (PS2)

 








Développement scénaristique
Jouabilité & Gameplay
L'image
Le son
Note générale


Sortie du jeu : septembre 2004
Développeur : Konami
Editeur : Konami
Genre : survival horror

Support : 1 DVD
Version testée : Française
Voix dans le jeu : US
Textes à l'écran : FR

Difficulté :
Multi-joueurs : non
Abréviation : SH4
Prix au lancement : 60€


Aussi disponible sur :








Les sites partenaires :





_________________________________

Pages vues (depuis avril 2016)




Visiteurs uniques (depuis avril 2016)

Silent Hill 4

The Room


Après un
L'appartement est le point central de l'aventure
seul épisode sur la première PlayStation, voilà que débarque déjà le 3e sur PS2. Comme tout Silent Hill qui se respecte, le héros a encore changé, le moteur graphique a été peaufiné et les menus ont été simplifié (ça, ce n'est pas un mal). Seulement voilà, ce Silent Hill 4 change également pas mal de "règles" à la série. Tout d'abord tout le jeu a pour point central votre appartement. C'est le seul point de recueillement, le seul point de sauvegarde et l'endroit où on peut ranger tout ce qu'on trouve dans un coffre. Je sais, ça sent le déjà vu (Resident Evil). Mais Silent Hill 4 est aussi l'oiseau noir de la saga de Konami à cause de trop grands bouleversements eu égard à la série. Lors de sa sortie, les puristes ont criés au scandale à cause de la disparition de la sacro-sainte ville, plus ou moins open-world, qui a fait couler tant de sang et de brume depuis 3 épisodes. Et oui, de Silent Hill on ne garde que le gameplay, le glauque et le passif de la série, mais on jette la liberté de vagabonder dans le bourg brumeux. La progression est donc devenue très dirigiste, d'autant qu'il n'y a toujours qu'un seul et unique chemin possible, que les énigmes sont "assistées" (trop d'indices) et que même la difficulté a été revue à la baisse. Encore fois les développeurs nous offrent un monde malsain et encore une fois quelques changements viennent perturber la descendance, comme le fait qu'il n'y ait plus la radio si chère à la série (les joueurs des anciens opus comprendrons) ou que le jeu, malgré son ambiance glauque et sale, ne soit plus aussi flippant qu'avant. On comprend dés lors pourquoi, Silent Hill 4 a vu son lot de fans diminuer car cet épisode sort des rails imposés les 3 premiers opus. Pour celui qui porte la série dans son coeur, comme moi je le fait avec les Resident Evil, je comprends que ça soit ennuyant. En plus au niveau du gameplan, Konami ne s'est pas trop foulé puisque dans la première partie du jeu on visite 5 zones différentes et lors de la 2e partie on se retape les mêmes niveaux avec juste avec quelques textures plus "sanguinolentes". Fainéants va...


Ils restent
Après un Silent Hill 3 brillant, on sent que ça baisse
quelques clins d'oeil sympas aux épisodes précédents comme une femme qui ressemble à Maria (Silent Hill 2), le lapin sadique (Silent Hill 3) ou encore le grand retour du 4S (orphelinat qui s'apparente à un donjon à tortures : faut être un monstre pour faire ça à des gosses). Ces petits flashback rappelleront le stress des autres épisodes, seulement voilà, les ennemis n'ont plus ce côté choquant ou dérangeant des anciens opus, alors le trouillomètre reste au plus bas et l'aventure se parcoure sans vraiment flipper. La jouabilité n'a pas changée d'un poil depuis l'épisode 2, hormis des menus plus facile à utiliser mais aussi plus restreint puisqu'on ne peut qu'emmener 10 choses avec soi (d'où une certaine crédibilité du jeu et l'utilité du coffre). L'aventure est très linéaire et encore plus dirigiste que par le passé, à grand coups de portes fermées et autres passages obstrués. En parlant de ça, je me demande toujours pourquoi Konami s'emmerde à concevoir tous ces passages et toutes ses portes qu'on ne traversera jamais. Dans la plupart des autres jeux du genre, chaque porte a son utilité et c'est d'autant plus plausible. Ici c'est toujours aussi tordu. De toute façon pour créer un tel jeu, il faut être un peu dérangé, non ? Pour finir, la partie technique nous offre des modélisations toujours aussi superbes, l'animation est impeccable, les voix sont toujours aussi réalistes et bien doublées. Autre changement : la musique. En effet, plus de thème principal (superbe dans le 2, repris dans le 3) ni même de jolies et non-moins ponctuelles musiques lors des cut-scènes. Il ne reste plus que des bruits étranges et angoissants. C'est un peu dommage et ça enlève tout côté attachant aux personnages lors des cut-scènes.



Silent Hill 4 Note
change trop radicalement par rapport aux autres versions et même si le côté technique est impeccable, le dernier Silent Hill "qui n'en parait pas un" ne s'avère pas aussi prenant que les épisodes antécédents. Même moi qui ne suit pas un grand fan (bien que j'ai adoré les épisodes 2 et 3), j'ai trouvé le scénario assez moyen par rapport et finalement cet épisode 4 est assez... fade pour du trash-horror. J'espère que Silent Hill Origins redorera le blason de la série et que le Homecoming prévu sur next-gen, sera plus convainquant que cette aventure bien fade...



Test réalisé par iiYama

janvier 2006