Samuraï Shodown V (PS2)

 








Développement scénaristique
Jouabilité & Gameplay
L'image
Le son
Note générale


Sortie du jeu : juillet 2004
Développeur : SNK - Playmore
Adaptation : Yuki Enterprise Inc.
Editeur : Ignition Entertainment
Genre : combats

Support : 1 CD
Version testée : Japonaise
Voix dans le jeu : JAP
Textes à l'écran : JAP/US

Difficulté :
Multi-joueurs : 2 joueurs
Abréviations : SS5 - SamSho 5
Titre alternatif : Samuraï Spirits Zero (JAP)
Prix au lancement : 30€


Aussi disponible sur :







Les sites partenaires :





_________________________________

Pages vues (depuis avril 2016)




Visiteurs uniques (depuis avril 2016)

Samuraï Shodown V








Après moult adaptations
Le jeu est exactement comme sur Neo-Geo. Génial mais une petite plus-value n'aurait été de refus
des célèbres King of Fighters issues de ma chère Neo-Geo, voici qu'enfin débarque une version de Samuraï Shodown. Heureusement pas n'importe laquelle puisque c'est le dernier opus en date (le 5e) sorti sur le célèbre rouleau compresseur de la 2D, j'ai nommé la Rolls des consoles 16-bits. Décidément, SNK est à l'honneur dans mes tests ce mois-ci, mais je ne m'en plaindrai pas, bien au contraire ! Samuraï Shodown V (Samuraï Spirits Zero au Japon) est l'exacte copie du soft Neo-Geo, les loadings en plus. Et il faut le dire, ces derniers sont assez longs. Heureusement que de superbes Artworks sont là pour faire passer le temps. Le jeu accusant une plate-forme originelle 16-bits et 1 an et demi de plus que le Tenkaïchi , on ne peut donc pas vraiment faire la comparaison entre les 2 jeux. Après une intro des plus classique pour le support d'SNK, cette adaptation propose pas mal d'options et un large choix de 26 persos jouables. Cet épisode 5 apporte tout de même une belle nouveauté par rapport aux anciens opus : un mode "fury" qui dégage toute la puissance du personnage et qui lui offre la capacité de frapper infiniment plus fort. En plus lors de ces phases, le décors de fond change afin d'offrir le plus souvent, une ambiance décalée voire apocalyptique. Malheureusement, l'originalité de cet épisode s'arrête plus ou moins là. Je dis plus ou moins car le "mode story" est plus étoffé que par le passé (avec beaucoup de dialogues et de mises en scènes) et il est différent selon le perso choisi. Par contre, s'il offre un prétexte à toute cette effusion de sang, il faut avouer qu'on s'en fout un peu. Mais pas de panique, si Samuraï Shodown V reste classique, le classique a aussi du bon. Ainsi on retrouve dans cet opus le fameux zoom, si cher à la série, une jouabilité réactive avec des coups qui sortent facilement, des combos dévastateurs, une difficulté bien dosée (merci) et une ambiance globale très ancrée dans la saga. Techniquement, cette conversion est dans une bonne moyenne. Si certains décors sont vraiment superbes, d'autres par contre sont un peu vides et sans charme mais dans l'ensemble, le résultat se tient. Idem pour l'animation qui, sans atteindre une fluidité parfaite, se veut tout de même bien décomposée. D'ailleurs les divers protagonistes sont toujours aussi charismatiques et il faut le dire, bien classe (hormis quelques erreurs de goût comme l'horrible Kusaregedo). L'audio aussi est assujetti à quelques bonnes surprises et quelques remarques. Si on retrouve de superbes musiques typique du "Soleil Levant" de cette époque faste, à contrario les bruitages manquent un peu de punch. Certes de qualité, ils leurs manquent un petit quelque chose pour être parfaits. Etant donné que les voix et la musique les couvrent un peu, peut-être que s'ils avaient étés plus forts, le constat serait différent. Par contre les voix digitales sont exceptionnelles ! Elles ne grésillent pas et se paye le luxe d'un sampling hors norme pour une 16-bits (à moins que SNK les ai changées pour la PS2... je vais méditer là dessus).



C'est un fait, Note
le tableau parait mitigé mais je tiens à dire que Samuraï Shodown V, c'est avant tout une ambiance particulière pour un jeu de baston, une jouabilité divine et des coups tranchants dans le vif ! Il est vrai que quelques lacunes subsistent mais il n'y a rien qui puisse vous faire regretter l'achat d'un tel monument de la baston 2D. Personnellement, je suis fan des SamSho', de son univers brodé de Samuraï, Ninjas et autres Ronins, et c'est avec un grand plaisir que j'ai redécouvert ce superbe hit Neo-Geo, sur ma chère PS2. Tout juste on regrettera le manque de plus-value (comme une mise en scène via des vidéos, de nouveaux décors ou de nouveaux personnages) mais la conversion est si fidèle, qu'il serait dommage de s'arrêter à ce simple constat.



Test réalisé par iiYama

juin 2006