ObsCure II (PS2)

 








Développement scénaristique
Jouabilité & Gameplay
L'image
Le son
Note générale


Sortie du jeu : septembre 2007
Développeur : Hydravision
Editeur : Playlogic
Genre : survival horror

Support : 1 DVD
Version testée : Française
Voix dans le jeu : US
Textes à l'écran : FR

Difficulté :
Multi-joueurs : 2 joueurs
Titre alternatif : ObsCure : The Aftermath
Prix au lancement : 60€


Aussi disponible sur :







Les sites partenaires :





_________________________________

Pages vues (depuis avril 2016)




Visiteurs uniques (depuis avril 2016)

ObsCure II








Si en 2004 ObsCure a fait autant parler de lui, c'est parce qu'il avait de son côté un gameplay légèrement rafraîchit, une bonne ambiance et une excellente réalisation. En plus, son principal concurrent demeurait Resident Evil : Code Veronica X, qui s'il est un excellent jeu, usait toujours des mêmes vieilles ficelles. Malheureusement pour cette séquelle d'un des plus grand survival-horror "made in France", ObsCure II doit cette fois faire face à une concurrence plus rude, notamment celle d'un inoubliable Resident Evil 4. En plus, cette suite n'améliore que peu sa recette, ne gomme pas toutes les imperfections du précédent opus comme on l'espérait, mais en plus en rajoute. En résulte un bon jeu qui a pour lui un scénario très travaillé mais encore une fois il faudra faire avec une mise en scène vieillotte et la vexante découverte d'un doublage essentiellement US, l'une des grandes réussite du précèdent épisode.


Développement scénaristique

Scénario : cliquez pour ouvrir

Il faut le reconnaître,
Une fois encore les vidéos sont moches à pleurer. Une déception...
le scénario est bien plus développé que dans le précédent épisode. Plus abouti, plus mature aussi, on n'échappe pourtant pas à quelques leçons de morale comme le fait qu'il ne faut pas abandonner si on n'est pas un lâche, qu'il faut toujours se protéger lors de rapports disons "frivoles" ou encore, on assiste à quelques scènes d'amourettes mal mises en oeuvre. Car une fois de plus, la mise en scène est à la ramasse. Si c'était excusable en 2004 étant donné la jeunesse d'Hydravision, cette fois c'est impardonnable. Les vidéos sont à peine meilleures mais accusent toujours une qualité venant d'une autre génération, ce qui nuit profondément au développement scénaristique. A la rigueur on finira par préférer les cut-scènes en 3D, un peu mieux mise en valeur grâce à un moteur 3D toujours aussi performant, mais globalement on reste déçu que les développeurs n'aient pas amélioré leur recette. Plus long et plus difficile, l'aventure se finit en 8 à 10 heures mais ne propose aucun bonus à débloquer (le jeu faisant 1.6Go, c'est pas la place qui manquait sur le DVD), ce qui limite un taux de rejouabilité déjà très bas. C'est fort regrettable, le premier opus nous ayant habitué à mieux...


Jouabilité & Gameplay

Si le gameplay
Le superbe gameplay du premier opus laisse place à un jeu simplifié...
ne change presque pas, il améliore tout de même la recette avec par exemple un système de lock des ennemis plus abouti (bien qu'encore perfectible). Désormais, une fois en-joue il suffit de presser rond pour recharger son arme et cette fois, les facultés de tous seront mise à l'épreuve. Si Stanley est toujours le roi du crochetage, cette fois il n'y aura que lui qui pourra le faire. Corey (un nouveau), sera quant à lui plus à-même de jouer les Lara Croft afin de débloquer des passages autrement inaccessibles, Shannon (qui fait corps avec les spores) sera capable d'aspirer des portails noirs ou encore c'est Mei qui pourra pirater les serrures électroniques ou les ordinateurs. Bien souvent on ne sera que 2, limitant ainsi les possibilités mais à certains moments du jeu, on sera rassemblé et on pourra choisir ses personnages (on joue toujours en binôme, soit en solo soit à 2 en coop') soit pour leurs aptitudes, soit pour leur feeling. Pour rentrer un peu plus dans le sujet, certaines phases de l'aventure s'enrichissent de mini-jeux. Lorsque Stanley crochète une serrure, on a une vue intérieure de cette dernière dans une phase d'adresse faisant penser à Splinter Cell. Le piratage des terminaux est semblable à un Motus où on doit retrouver un nom connu, les lettres mal placées étant mises en évidence (ce qui facilite un peu les choses). Toujours plus proche d'un Silent Hill, on ne pourra plus sauvegarder où on veut, les points de "save" étant imposés et uniques. Ca corse le jeu, rallongeant virtuellement la durée de vie. Les checkpoints n'existant pas, il sera parfois pénible de reprendre une vieille sauvegarde, les points étant à mon goût trop espacés. Question énigmes on ne retrouve que du grand classique au genre, tout comme les limitations imposées, si peu réalistes (bon sang, comment une simple corde décorative ou une planche peut nous barrer la route ? c'est superbement débile !!).


On retrouve aussi
... notamment la lumière n'a plus aucun rôle direct à jouer. Alors à quoi bon porter un tel titre ?
ces irritantes obstructions à notre passage avec des PNJs gênants ou encore le fait d'être stoppé net par un tuyau ou une pierre au sol, notre personnage étant toujours incapable de les contourner automatiquement. Si le système d'échanges et d'items a été amélioré (une bonne chose), il est par contre dommage qu'à l'image de son mentor, on retrouve les mêmes symptômes "Silent Hillien", comme le fait qu'il a des centaines de portes et que plus de la moitié ne seront jamais franchies. Bien plus linéaire que par le passé, laissant de côté toute ouverture de niveau, la carte s'est avérée dispensable, le ralliement automatique avec. Ainsi on se fera quelques allers-retours bien lourds afin de prendre le personnage qu'il faut pour débloquer la suite, une astuce faisant penser à Resident Evil avec la sombre optique de rallonger la durée de vie (encore une fois). Souvent mal placée, la caméra est capricieuse mais cette fois réglable manuellement, un petit plus bien sympathique. Par contre, ce qui n'a pas été amélioré c'est le jeu à 2 en coop' qui accuse toujours les mêmes tares génétiques. Les personnages ayant chacun leurs facultés manuelles propres, les indications se font rares. Carrément plus difficile qu'avant, on se heurtera parfois à des ennemis beaucoup plus agressifs qui dilapideront nos réserves de munitions et si les énigmes sont sympas au début, les séances de crochetages par exemple (devenant de plus en plus complexes) en deviennent lassantes. Pour finir sur une note plus optimiste, l'interaction avec le décor a été améliorée (n'importe quel objet à porté de main peut servir de projectile) et quelques passages jouent la grosse originalité. On peut par exemple citer ceux où l'un des personnages résout une énigme et l'autre le protège, ou encore un niveau qui fait penser à eXperience112, le joueur agissant par caméras interposées.


L'image

Le moteur graphique
Pas aussi beau que le premier mais ça reste sympa
reste le même avec quelques nettes améliorations. Très peu d'aliasing, des textures travaillées, des décors plus variés, un bestiaire plus étoffé et un jeu de lumière toujours aussi convaincant, font que le rendu visuel étonne toujours. Il subsiste toujours quelques saccades mais elles se font désormais rares. Mais ici aussi, il y aura à redire avec notamment des protagonistes toujours aussi raides, une caméra qui a la bougeotte en mode coop', ou pire encore, une totale désynchro lèvres/voix lors des cut-scènes. Comme quoi, même avec une seule langue, les défauts persistent. Il est même fréquent d'assister à une scène où le personnage parle sans bouger les lèvres ! Heureusement pour lui, ObsCure II assume un très bon moteur graphique qui n'a rien à envier à la concurrence, sinon c'était limite.


Le son

Hydravision renierait-il
Enorme déception, le doublage FR est passé à la trappe. Hydravision déçoit et renie ses origines
ses origines Françaises ? C'est à croire que oui ! Je ne sais pas si c'est par fainéantise, par manque de budget ou tout simplement pour faire comme les autres développeurs mais le doublage n'est plus en Français, ce que je regrette au plus haut point. C'est un regret oui parce que le doublage du premier opus n'avait pas à rougir face aux doublages américains, ce qui rendait le jeu plus immersif. Ici retour à la case départ, on devra lire d'innombrables sous-titres (je déteste ça !!), ce qui entre nous, m'a quelque peu gâcher le plaisir. Avec ça on retrouve les bruitages du premier opus qui étaient déjà très bons mais pas la même bande-son. Toujours composée par Olivier Deriviere, j'ai trouvé notre homme moins inspiré. En plus, si on retrouve quelques morceaux bien trash, ces compositions ne sont plus assumées par de grands noms, rendant la BO moins forte. Entre ça et un doublage certes correct mais en anglais (ayant quand même un humour acide un peu gâché par beaucoup de vulgarités), la régression étant toujours décevante dans un jeu, je trouve que le son a énormément perdu depuis le premier épisode.


Note générale

9 personnages (pas tous jouables), un jeu plus long, plus varié, plus diversifié, plus difficile, plus gore aussi et revendiquant sans vergogne son plagiat de Silent Hill (c'est d'autant plus vrai au début du jeu où on court à travers un couloir glauque qui nous assène d'effrayants flashbacks), Hydravision a planché sa copie. Le gameplay a été amélioré mais pas la jouabilité qui s'avère toujours aussi rustre. De plus, les vidéos sont toujours aussi vétustes et sorties d'un autre âge. Les développeurs n'ont-ils pas eu hontes de nous cracher de telles vidéos ? Heureusement que le scénario accroche de part son approche et sa complémentarité avec l'ancien épisode, que la fin nous révèle de belles surprises et que globalement, le jeu reste fun. Il subsiste tout de même quelques gros regrets comme le fait que les lampes sont presque inutiles désormais (plus de boost et il ne reste que 2 passages avec un projecteur où le concept est reprit), certaines facettes du jeu aurait pu être améliorées plutôt que reprises telles-quelles et le son, grosse déception de cet opus, a perdu de sa superbe avec des compositions banales et surtout, un doublage US vexant, qui jure avec l'excellent travail précédemment livré. Reste un bon jeu, certes assez loin de l'ambiance du premier ObsCure mais bon quand même (notamment graphiquement) mais qui ne tient pas la comparaison face aux maîtres du genre comme Resident Evil 4.


Test réalisé par iiYama

juillet 2008