Metal Slug [3D] (PS2)

 








Développement scénaristique
Jouabilité & Gameplay
L'image
Le son
Note générale


Sortie du jeu : juin 2006 (au Japon uniquement)
Développeur : SNK - Playmore
Editeur : SNK - Playmore
Genre : action

Support : 1 DVD
Version testée : Japonaise
Voix dans le jeu : US
Textes à l'écran : JAP

Difficulté :
Multi-joueurs : non
Abréviation : MSlug
Titres alternatifs : Metal Slug 3D - Metal Slug 2006
Prix au lancement : 60€ (import)



Les sites partenaires :





_________________________________

Pages vues (depuis avril 2016)




Visiteurs uniques (depuis avril 2016)

Metal Slug








Tout le monde le sait,
Premier épisode en 3D, les fans de la série 2D retrouveront vite leurs marques
la bonne vieille 2D qui sévit depuis la naissance du jeu vidéo, ne fait plus recette. Certains le regrettent et d'autres s'emplissent de joie lorsque leurs héros fait de pixels se recomposent de polygones. Après Samuraï Shodown et King of Fighters, c'est au tour de Metal Slug d'avoir sa troisième dimension. Longtemps attendu par les fans du monde entier, cet épisode tout en 3D, le premier de la série, n'est finalement sorti qu'au Japon. Aussi appelé Metal Slug 3D, cet opus reprend l'exacte recette des 6 derniers épisodes en essayant d'y ajouter une trame scénaristique, tout en gardant le fun et la nervosité des titres qui ont fait la gloire d'SNK. Sorti à peine 3 mois avant un Metal Slug 6 qui revient à la 2D, ces 2 épisodes fêtaient les 10 ans de la licence. Je ne vais pas vous détailler le maigre scénario cet opus 3D de Metal Slug car vous vous en doutez certainement, il est maigre à faire peur. L'intro, qui essaie d'être la plus pulsée possible (dans les faits, c'est presque ça), est clairement pas terrible et techniquement datée. A tel point qu'on croirait voir une cinématique de PlayStation première du nom. A chaque fin de niveau, une nouvelle vidéo se dévoile et entre les stages, de petites cut-scènes en 3D font évoluer notre personnage (au début c'est Marco). Dommage, ici aussi on croirait que c'est un jeu PSOne car c'est l'occasion de pouvoir juger un moteur graphique arriéré. En plus les cut-scènes distillent trop de dialogues (qu'on ne comprend pas, puisque le jeu est en anglais sous-titré japonais !), ce qui fait qu'on finit par les zapper. Rien n'est à sauver... Se jouant comme un Ratchet & Clank, j'ai trouvé que la 3D allait pas si mal au jeu. Malheureusement, c'est presque injouable car c'est tantôt très imprécis, tantôt trop réactif. La visée devient vite un calvaire. Heureusement que pour sauver les meubles, SNK a prévu un lock (touche R1) histoire de pas trop se prendre la tête. Le personnage, une fois locké, ne lâche pas sa cible ce qui fait qu'on peut tourner autour et éviter assez aisément le moindre tir venant de lui (c'est juste chiant d'avoir toujours le doigt crispé su R1). C'est donc une bonne idée sauf que l'expérience est quelque peu gâchée par une caméra franchement irritante. Se plaçant n'importe comment et montrant rarement ce qu'il y a à voir, on est obligé de la recadrer manuellement, et ce en permanence, ce qui finit par être pénible, surtout face aux boss.


Mais il ne faut pas
Le moteur 3D est léger, super léger et seul le design sauve le tout. Les cut-scènes et les vidéos sont par contre très moches !
croire qu'il n'y a rien à sauver dans ce jeu, bien au contraire. Le passage à la 3D a permit d'avoir un nouveau point de vue sur l'action ainsi que quelques nouveautés. La meilleure d'entre elle est que chaque point récolté au combat, vous permettra d'acheter des compétences pour votre perso et même de créer votre véhicule de combat, avec les morceaux trouvés dans les niveaux. Après, afin de ne pas dénaturer l'esprit Metal Slug, on retrouve tout ce qui en fait le charme de la licence avec des trésors cachés, les "robinsons" à délivrer (qui vous offrent généralement des bonus), les chars, les grenades et bien sûr, la panel d'arme habituel agrémenté de quelques nouvelles. Techniquement et comme je le disais plus haut, le moteur 3D fait un peu peine à voir. Les modélisations sont taillées à la serpe, avec bien sûr, les mains palmées qui vont de paire. Mais fort heureusement, les décors se rattrapent un peu. Loin d'être un beau jeu, les environnements sont assez communs (surtout pour la série) mais gardent une bonne coloration qui va si bien au "design SD" des divers personnages. C'est sans doute là la meilleure idée des développeurs car s'ils avaient fait un jeu d'action visuellement classique, ça aurait été un fiasco. L'ambiance est relativement détendue, avec des petites scènes rigolotes et des animations très cartoon. Malgré tout, l'action n'est pas en reste et aucun bug (hors caméra) ne sera à déplorer. Et encore heureux car une fois de plus, si les textures n'étaient pas si lisses, on croirait voir un jeu PSOne, où un jeu sorti à la naissance de la PS2. Pour soutenir l'action de façon convenable, quoi de mieux que de bonnes musiques et de bons bruitages ? Ici il n'y a pas grand chose à redire, puisque Metal Slug remplit bien ce contrat. Les bruitages sont explosifs et de qualité, et les musiques s'offrent de petites envolées mélodiques bien sympathiques. Sans faire dans la bande-son de la mort, j'ai trouvé le tout fort agréable. Ce qui m'a surpris par contre, c'est les voix. Fait par des Japonais pour des Japonais et vendu au Japon, on se retrouve avec des voix américaines qui ne collent pas du tout avec le design des personnages. Et croyez-moi, des voix américaines sous-titrées en Japonais, vous n'en verrez pas souvent...



Exclusivité PlayStation 2 Note
(comme Metal Slug 6), notre Metal Slug 3D n'est pas le super jeu tant attendu mais n'en demeure pas moins une aventure bien sympathique. Quel bonheur de revoir Fio, Eri, Tarma et bien sûr Marco, dans un jeu très proche d'un Metal Arms ou d'un Ratchet & Clank. Le passage à la 3D s'est fait en douceur au niveau du gameplay, car une fois la configuration en mains, on retrouve assez vite ses marques. Ce qui a souffert du portage par contre, hormis une bande-son réussie, c'est tout l'aspect technique. Avec ses cut-scènes vilaines qui ont la mauvaise habitude d'avoir des dialogues à rallonge (ce qui casse l'entrain), ses vidéos sorties d'un autre temps, sa caméra totalement défaillante et son moteur 3D largement dépassé, l'aspect visuel n'est rattrapé que par le bonheur indicible de revoir avec une troisième dimension, nos 4 héros ainsi que toute la panoplie qui va avec (Super Vehicle 001, les "robinsons", les tanks, ses ennemis débiles qui s'effraient dés qu'ils nous voient), le tout avec un "design SD" très sympa. Et finalement, c'est bien la seule chose qui est à regretter dans cet épisode-là car il possède un capital sympathie assez élevé. Je pense d'ailleurs que le jeu sera plus apprécié par les fans que par les néophytes de la série. Reste un petit jeu très agréable qui se parcours sans faim, d'autant qu'il n'est pas difficile.



Test réalisé par iiYama

juin 2008 (mise à jour : septembre 2015)