Max Payne 2 (PS2)

 








Développement scénaristique
Jouabilité & Gameplay
L'image
Le son
Note générale


Sortie du jeu : janvier 2004
Développeur : Remedy Entertainment
Adaptation : Rockstar Games
Editeur : Rockstar Games
Genre : TPS

Support : 1 DVD
Compatible PS3 60Go : oui
Version testée : Française
Voix dans le jeu : US
Textes à l'écran : FR

Moteur graphique : RenderWare 3
Difficulté :
Multi-joueurs : non
Prix au lancement : 60€
Score des ventes : 2 Millions (tous supports)


Aussi disponible sur :




Les sites partenaires :





_________________________________

Pages vues (depuis avril 2016)




Visiteurs uniques (depuis avril 2016)

Max Payne 2

The Fall of Max Payne



Deux ans après le talentueux, l'explosif, le désormais culte Max Payne, notre héros en imper' revient pour nous proposer de nouveaux délires psychotiques, de la boucherie à la pelle et une nouvelle histoire bien torturée. Sorti 3 mois après la version PC (et ratant à quelques jours près les fêtes de Noël), cette adaptation est signée par Rockstar lui-même. Dans cette période, la concurrence ne comptait pas d'adversaires sérieux, ce qui lui valut une fois de plus, un beau succès. Mais si à mes yeux il n'atteint pas le génie artistique du précédent opus, c'est tout d'abord parce que le jeu n'est plus doublé, ce que je regrette fortement et qu'il innove bien trop peu. En 2 ans, la licence n'a gagnée que quelques gadgets au lieu de se renouveler. Mais le pire restera sans conteste la piètre qualité du moteur graphique qui, après la baffe graphique de l'opus PC, fait un peu honte. Heureusement pour Max Payne 2, l'ambiance est resté intacte et on retrouve avec un certain plaisir, tout le fun du premier chapitre.


Développement scénaristique

Scénario : cliquez pour ouvrir

On retrouve avec plaisir
Moins traumatisante, cette nouvelle histoire reste poignante
la même mise en scène, originale s'il en est, qui sévit lors du premier épisode. Découpé en chapitres, on retrouve les planches façon BD (images fixes), un roman-photo au design de peinture à l'huile. On a aussi quelques cut-scènes en 3D, finalement assez rares mais étant donné les performances du moteur graphique, le résultat est assez moche d'autant que les modélisations laissent franchement à désirer sur cette version. Pourtant, il faut reconnaître que l'histoire accroche bien. Sombre et touchante, on assiste à un vieux polar où la mort traine derrière ce pauvre Max et ramasse les âmes damnées de ses victimes. Certes un peu moins traumatisante que dans le premier opus, on se sentira tout de même concerné et notre héros, toujours un peu schizophrène, sera victime d'hallucinations et autres troubles de la mémoire. Il est quand même dommage que les acteurs ayant servis au premier jeu n'est rempilés ici. En effet Max et Mona n'ont plus du tout le même visage (en fait, ils n'ont plus rien à voir avec les anciens protagonistes), idem pour les personnages secondaires comme Vlad. C'est un peu dommage, même si on trouvera Mona forcément plus sexy. Enfin il faut souligner que le jeu nous propose un petit résumé de l'épisode précédent, pour ceux qui n'auraient pas eu la chance d'y jouer. C'est sympa même s'il est un êu idiot de commencer à jouer à celui-ci sans avoir vécu l'aventure précédente.


Jouabilité & Gameplay

Généralement,
On en change pas une équipe qui gagne et personne ne s'en plaint
on ne change pas une équipe qui gagne et Remedy l'a bien compris. Ainsi on retrouve tout, absolument tout ce qui ce faisait le gameplay du premier Max Payne. A savoir qu'on pourra toujours user du bullet-time (effet de ralentissement du temps), au choix couplé au shoot-dodge (saut acrobatique) ou pas. Quasiment rien n'est destructible à part quelques bidons explosifs ou jerricans d'essence, et comme toujours, il n'y aura qu'un seul chemin à arpenter. Ca limite les choix. Bien sûr il y a quelques ajouts, comme le fait que Max reste couché à terre suite à un shoot-dodge, ce qui permet d'avoir un tir continu plutôt que de se relever de suite mais ça reste gadget et peu novateur. Ajout intéressant par contre, le fait de jouer Mona sera rafraîchissant bien que ça n'apporte rien de plus puisqu'elle se joue comme Max, bullet-time compris. Comme on est sur console, il faut bien se mettre en tête que le jeu est bien moins jouable que sur PC. Troquer la souris pour le pad n'est jamais synonyme de meilleur choix mais le jeu prend en compte cette considération avec des ennemis un peu plus lents et qui visent moins bien. La visée via le stick droit est par conséquent imprécise (moins que dans le premier épisode, une bonne chose) mais heureusement l'assitance fera bien son boulot. Le jeu est donc moins difficile puisque Max aura des réactions plus lentes et finalement en utilisant judicieusement le bullet-time et ayant toujours des médocs de côté, on s'en sortira très bien. Bon point aussi sur le fait qu'on puisse entièrement configurer son pad. L'IA est un peu plus poussée puisque les ennemis se planqueront plutôt que de se laisser bêtement shooter mais ce n'est pas non plus révolutionnaire, disons juste qu'elle a été améliorée depuis le premier jeu. Héritage direct de la version PC, le jeu ne comporte aucun checkpoint mais propose une quick-save. La manipulation est lente, bien plus que sur Xbox (l'accès à la Memory Card n'étant déjà pas très rapide, il faut en plus passer par 2 sous-menus) mais s'avère très efficace. Attention toutefois à sauvegarder souvent (même si ça peut finir par être chiant) car si vous mourez à la fin du level par exemple, vous reprendrez obligatoirement à la dernière save. Ca peut être super rageant de reculer d'une heure de jeu, surtout après avoir assuré comme une bête. On a également plus d'intéractions avec le décor (il y a plus de placards qu'on peut ouvrir) et les déplacements de Max sont moins rigides, plus fluides. Enfin je regrette qu'il y ait plus de didacticiel, puisque ce dernier a été remplacé par une vulgaire image présentant des touches par défaut (c'est un peu minable).


L'image

Sur PC, Max Payne 2
Sur PS2 les couleurs sont délavées et le framerate est inconstant
tourne avec le moteur Max FX 2.0, qui fut développé par Remedy spécialement pour le jeu. Mais pour ses adaptations consoles (PS2 et Xbox), il fonctionne avec le moteur RenderWare. Ce moteur développé par Criterion est généralement très efficace, la preuve avec les Burnout, Cold FEAR, ObsCure ou même Black. Seulement voilà, pour cette adaptation développée par Rockstar (et non par Remedy lui-même), il en est tout autre. Finalement assez comparable à la honte graphique qu'est Enter the Matrix, ce qui fut autrefois une véritable claque graphique, est désormais risible, même pour une PS2. Les textures sont peu détaillées, souvent unies voire même floues, les PNJs comme les ennemis sont raides et toute l'image semble être passée à la javel puisque les couleurs sont fades au possible. En plus de ça le framerate sourcille souvent et l'image finit d'être salie par un important aliasing. Les protagonistes ouvrent à peine le bouche en parlant et si les visages de Max et Mona sont pas trop mal réussis, ceux de tous les autres sont vraiment moches. Ce qui sauve un peu le jeu c'est que dans l'ensemble on retrouve assez bien l'ambiance de la version originale, les animations de Max sont assez réussies et quelques détails sympas sont à noter. Par exemple, lors des cut-scènes on voit bien les balles passées, les mecs tués ferment les yeux (je sais ce n'est qu'un détail mais ça a son importance), on a une véritable gestion de la physique avec notamment beaucoup d'objets qui ne sont pas figés et pas mal de loadings se déroulent en arrière-plan. En fait on a un gros chargement à chaque niveau et ensuite le jeu profite des scènes intermédiaires pour loader en tâche de fond. Après c'est sûr, ça n'explique pas que le rendu soit si dégeulasse sur PS2 et que lorsqu'on reprend une quick-save, même après 10 secondes, le jeu se remette à charger.


Le son

A la façon d'un Metal Gear Solid,
Très bonne qualité du son, même si on perd le doublage FR
les fans et les testeurs ont pris en grippe le doublage Français du premier épisode. Je reconnais que certains doubleurs ont fait un peu n'importe quoi, y allant d'une intonation bouffonne, loin de l'ambiance dramatique que posait le scénario. Pourtant c'était tellement plus agréable d'avoir des voix en Français... Vous l'aurez sans doute compris, désormais le doublage est entièrement US, et il n'y a pas à redire, il est d'une excellente qualité (en tout cas plus charismatique et impliqué que celui de son prédécesseur). Pourtant, les râleurs diront ce qu'ils voudront, moi je me fous de leur avis, j'adorais le doublage du jeu et je déteste lire ces satanés de sous-titres. Alors certes ça fait plaisir aux chieurs, à ceux qui n'aiment que les VO (comme je dis toujours "si t'aimes les VO achète tes jeux en américain") mais pour moi qui aime ma langue natale, je suis très déçu de "revenir en arrière". Hormis ça, on retrouve une nouvelle fois une ambiance sonore somptueuse. Le remake du thème principal, les quelques musiques qui plongent le joueur dans les délires de Max ou dans ses combats létaux, sont purement excellentes. Et un jeu d'action digne de ce nom ne le serait pas sans des bruitages qui défouraillent un max. Là dessus on ne sera pas lésé car hormis les armes de poings (Desert Eagle, Beretta) qui font une bruit minable (presque comme s'ils avaient un silencieux), les autres possèdent un bruitage puissant qui pousse au rictus limite sadique. Ca déménage ! A noter également que les bruitages d'ambiance (crépitements du feu, la pluie) sont aussi d'un très bon niveau.


Note générale

Parmi les grands regrets de cette adaptation quelque peu bacclée, on retrouve en tête de liste un moteur graphique sous-exploité (le RenderWare étant capable de bien mieux), qui nous offre des décors dégueulasses et des modélisations cubiques, inexpressives, raides... bref ratées. C'est vraiment regrettable surtout quand on voit la qualité du jeu d'origine. Deuxième grosse faute : les couleurs sont délavées et le framerate est loin d'être constant. Enfin on pourrait montrer du doigt un système de quick-saves peu pratique et une maniabilité forcément nivelée vers le bas, le pad ne pouvant en aucun cas rivaliser avec la souris. Le jeu est donc moins intéressant que sur PC ou sur Xbox et même que le premier opus, car l'effet de surprise ne joue plus en sa faveur. Pourtant on retrouve une nouvelle fois un scénario noir et puissant, mis en valeur d'une manière si artistique qu'on ne peut qu'apprécier. Et même si je peste contre le peu de nouveautés, un doublage devenu US en lieu et place de notre doublage FR ou encore un réalisme aux oubliettes, je suis le premier à reconnaître que Max Payne 2 c'est du plaisir immédiat, du gros fun pour une action explosive et non-stop. Peut-être pas aussi brillant que sur Xbox et PC, il reste un bon moment d'action vue à la 3e personne (Third Person Shooter), loin devant beaucoup de jeux. Si seulement la réalisation avait été plus soignée, on aurait là l'un des meilleurs TPS de la console.


Test réalisé par iiYama

avril 2010