LEGO Indiana Jones (PS2)

 








Développement scénaristique
Jouabilité & Gameplay
L'image
Le son
Note générale


Sortie du jeu : juin 2008
Développeur : Traveller's Tales
Editeur : LucasArts Entertainment
Genre : plate-formes / aventure

Support : 1 DVD
Version testée : Française
Voix dans le jeu : -
Textes à l'écran : FR

Difficulté :
Multi-joueurs : 2 joueurs
Titres alternatifs : LEGO Indiana Jones : The Original Adventures / LEGO Indiana Jones : The Video Game
Prix au lancement : 40€
Score des ventes : 11 millions (tous supports)


Aussi disponible sur :




Les sites partenaires :





_________________________________

Pages vues (depuis avril 2016)




Visiteurs uniques (depuis avril 2016)

LEGO Indiana Jones

La Trilogie Originale



Je me souviens
LEGO Star Wars avec une skin Indiana Jones ? C'est un peu ça vu que les bases ne changent pas
encore de mon émerveillement lorsque j'ai découvert en 2005, la première adaptation de Star Wars en LEGO. Ultra facile mais très attractif, on y retrouvait tout l'univers si sérieux de Georges Lucas, mêlé à la bonne humeur de l'ambiance LEGO. Les LEGO, ses pièces adaptables qui permettent de faire presque n'importe quoi avec et dont j'ai été boulimique de longues années durant mon enfance, trouve encore une fois un moyen d'être sur les devants de la scène. Mais là où il faut être très clair de suite, c'est que la formule n'a pas du tout changée depuis le premier LEGO Star Wars, ce qu'on trouve fort regrettable. Si le public visé (les enfants) va toujours s'en donner à coeur-joie mais les moins jeunes trouveront l'exercice facile, les développeurs n'ayant fait aucun effort pour renouveler la licence. Du coup ça sent le déjà-vu et même si on trouve ça encore sympa, on ne peut plus être aussi indulgent qu'auparavant. En plus Traveller's Tales surfe sur le buzz du dernier film en date, un film au final bien plus décevant que cette parodie de la trilogie originale. Faut pas déconner non plus... Comme on en a l'habitude désormais avec les adaptations en version LEGO, on retrouve notre jeu découper en 3 grands chapitres, eux-mêmes sous-divisés en 6 levels. 3 grands chapitres pour évidemment les 3 grands films d'Indiana Jones : L'Arche Perdue, Le Temple Maudit et La Dernière Croisade. Tant bien que mal, les cut-scènes en 3D essaient de garder toute l'âme des films originaux, remplaçant le sérieux des long-métrages par un humour potache mais ô combien efficace. Le point central du jeu est cette fois le collège Barnett où enseigne le Dr Jones et on pourra y contempler les artéfacts rapportés de nos aventures (et même acheter les pièces manquantes si besoin), entrer les passwords (déverrouillage des niveaux, des persos...) et revoir les cinématiques débloquées. C'est d'ici qu'on accédera aux 3 chapitres du jeu, à faire dans l'ordre qu'on veut. Les bonus nous dévoilent un trailer du futur LEGO Batman et en plein jeu, ce sera un réel plaisir de revoir les scènes cultes des films au travers de l'univers LEGO (comme la scène où Indy est poursuivit par un rocher géant), qui s'autorise en plus quelques moqueries envers son prédécesseur. Enfin il est sympa que les chargements s'effectuent en affichant la carte, comme dans le film.


Dans les LEGO machin-truc,
Le jeu couvre la première trilogie
il faut savoir qu'on ne meurt jamais ! On pourra tomber dans un trou 20 fois, se faire écraser, partir en petits morceaux, il n'y a jamais de game-over. Le challenge en prend donc un sacré coup, ce qui ravira les gens qui détestent perdre ou les enfants, souvent peu patients. Malgré tout, il arrivera plus d'une fois qu'on bloque sur une énigme toute bête, simplement parce qu'on ne comprend pas ce que le jeu attend de nous. Et une fois trouvé, on se trouve con d'avoir cherché loin la solution la plus basique. La jouabilité est toujours aussi permissive et compense bien souvent nos impers mais il est inadmissible qu'elle soit toujours si imprécise alors que cet opus est le 3e de la série. Les défauts n'ont pas été rectifiés et c'est un tort, à l'image d'une caméra encore fixe (on peut tout juste pivoter). Les angles imposés n'étant en plus, pas toujours judicieux en terme de visibilité. Idem, le lock est resté à son état primitif, avec un personnage qui vise n'importe comment, lorsqu'il ne s'attaque pas directement à son allié(e) alors que des ennemis sont tout proches. Parfois on s'énervera parce que son co-équipier quittera son poste alors qu'on a besoin de lui à cet endroit-là, parce qu'il ne nous défendra jamais alors que l'ennemi est plus près de lui que de nous, ou simplement parce qu'il fera n'importe quoi, bridant notre ainsi avancement. En plus, la mécanique de jeu est identique aux précédents épisodes. C'est toujours actionner des interrupteurs, faire des galipettes, démonter les ennemis (c'est le cas de le dire) et trouver des pièces pour remonter un mécanisme qui débloquera le parcours. Petite nouveauté dont on se serait passé : Indiana et ses collègues peuvent se plaquer contre une paroi, à la façon de Snake dans Metal Gear Solid. Seulement nos petits LEGO seront aussi crétins que notre roi de l'infiltration, en se mettant systématiquement dos au moindre objet qu'on effleure, ce qui rend la progression irritante d'autant que ça ne sert à rien dans le jeu ! En parlant de désagréments (on y est, finissons le travail), on regrette aussi que les problèmes de "réglages" subsistent encore. J'ai même été bloqué 2~3 fois parce qu'un script se ne déclenchait pas (heureusement, au bout d'un moment le jeu se réveille).


Mais le fin du fin,
Les petits clins d'oeil sont sympas mais la réalisation n'a rien d'exceptionnel
c'est qu'on peut désormais prendre des véhicules (voitures, camions, motos) dont la jouabilité est catastrophique et la réalisation tout simplement minable. Bien sûr il y a quelques nouveautés comme le fait de pouvoir prendre les armes des ennemis et il est rigolo de voir que nos petits LEGO se prennent de plus en plus pour Lara Croft, en enchaînant les passages acrobatiques. On retrouve comme toujours les petites énigmes, la collecte de pièces (d'ailleurs la plupart des objets sont cette fois destructibles et libèrent de précieux deniers), les trésors cachés et on retrouvera aussi le sympathique mode 2 joueurs en co-op', qui est la solution la plus simple pour éviter les désagréments d'un partenaire virtuel et idiot. Dans le jeu on ne sera jamais seul et il faudra, comme à l'accoutumé, basculer d'un perso à l'autre puisque chacun à ses facultés propres (Marion saute haut, Indiana use de son fouet, etc...). En plus, une fois le level fini on peut le refaire en "mode libre" et au lieu de choisir ses 2 persos comme avant, on switchera d'un perso débloqué à un autre en pressant R1 ou L1. Ainsi on pourra fouiller les niveaux à 100%. Techniquement, il faut reconnaître que si certains passages s'en sortent mieux que d'autres, le concept a vieilli. Entre nous, je trouve que les LEGO se marient mieux à l'univers Star Wars, plus hi-tech et plus anguleux d'origine. Certes le design fait encore son bout d'effet mais le rendu est pixellisé et accuse un gros aliasing sur presque toute les frames. Et puis le gameplan semble déjà vu, le gameplay est copier-coller, le son aussi fait dans le déjà-vu alors comme je l'ai entendu quelque part, LEGO Indiana Jones n'est ni plus ni moins qu'un LEGO Star Wars avec la skin adéquate. Enfin le moteur physique a parfois de drôles de réactions, notamment avec certains objets qui ont une étrange manie de rebondir de façon absurde. On retrouve bien sûr les grands thèmes de la trilogie Indiana Jones, composées par John Williams. La qualité est très bonne, les bruitages sont repris de LEGO Star Wars (le bruit des sabre laser en moins), et nos LEGO sont toujours aussi muets et usent d'onomatopées (au moins pas de jaloux sur la question du doublage). Jusque là rien de neuf et c'est à tel point, qu'on trouvera même des similitudes dans les thèmes sonores. Si on excepte les grands morceaux si caractéristique à chaque trilogie, il y a un air de Star Wars dans certaines musiques d'Indiana Jones, les 2 bande-originales ayant étés composées par le même homme. Mais là, ce n'est pas de la faute au jeu...



Vous l'aurez sans doute compris, Note
j'ai pas été autant emballé par cette trilogie que celles de Star Wars. La faute à un nombre honteux de bugs qui perdurent depuis l'épisode de 2005, comme une jouabilité imprécise ou des problèmes de réglages irritants (des scripts qui ne se déclenchent pas, par exemple). Le pire dans tout ça étant les véhicules, qui ont une jouabilité pourrie et une réalisation à mourir de honte. Il semble clair que cette version PS2 a été bâclée, laissant le soin aux consoles plus performantes, d'avoir des adaptations nettement plus abouties. C'est d'autant plus vrai pour les graphismes, ici clairement décevants. Alors entre ses problèmes de jouabilité qui perdurent, les mêmes bruitages, les mêmes onomatopées, des faux-airs dans les thèmes, le même type d'énigmes et de gameplan, on a vite fait de se croire dans une banale adaptation de LEGO Star Wars au format Indiana Jones. Malgré tout et pour le public visé (les enfants) ce sera une nouvelle fois un jeu de choix, tout d'abord parce qu'on ne meurt pas dans ce jeu et parce que la violence est édulcorée au maximum. LEGO Indiana Jones reste un titre sympa et à tarif réduit dés sa sortie (40€), qui profitera aux amateurs du genre. J'ai beau dire ceci ou cela, j'ai quand même bien aimé ce titre, trouvant la conversion LEGO toujours aussi rigolote et légère. Ca nous change des perpétuelles guerres qu'on mène habituellement. Reste que le concept a pris de la bouteille et que nos LEGO n'ont plus le même charme... Ils est temps que la formule soit renouvelée.



Test réalisé par iiYama

septembre 2008 (mise à jour : mars 2015)