Gran Turismo 4 (PS2)

 








Développement scénaristique
Jouabilité & Gameplay
L'image
Le son
Note générale


Sortie du jeu : mars 2005
Développeur : Polyphony Digital
Editeur : Sony Computer
Genre : courses

Support : 1 DVD
Version testée : Française
Voix dans le jeu : US
Textes à l'écran : FR

Difficulté :
Multi-joueurs : 2 joueurs
Abréviation : GT4
Prix au lancement : 60€
Score des ventes : 10.4 Millions



Les sites partenaires :





_________________________________

Pages vues (depuis avril 2016)




Visiteurs uniques (depuis avril 2016)

Gran Turismo 4

The Real Driving Simulator


Faisant suite au fameux
Un peu lent certes mais qu'est ce que c'est beau !
GT 4 Prologue (sorti en mai 2004 pour faire patienter les fans), The Real Driving Simulator s'offre un ultime volet PS2. Avec pas moins de 40 circuits (11 en ville, 7 sur terre et neige et 22 sur bitume) et l'impressionnant chiffre de 327 véhicules (240 voitures contemporaines + 87 voitures historique allant 1886 à 1999), Gran Turismo 4 déballe un travail monstrueux. On retrouve bien sûr la plupart des marques mondiales comme Renault, BMW, Aston Martin, Mercedes, Lotus, Dodge, Peugeot, Hyundai, Toyota, Honda, etc... Faisant la part belle aux voitures Japonaises, Polyphony Digital a privilégié les voitures nippones (qui sont en surnombre) plutôt que celles plus proches de nous comme les M3 ou les Clio, qui (dans le jeu) sont presque anecdotiques. Voulant varier un peu son champ d'action, Gran Turismo s'offre quelques pistes de rallye où il sera bon de prendre une bonne vieille 205 Rallye Turbo pour les arpenter. D'ailleurs, si le jeu use de son pompeux sous-titre, c'est parce que il se veut plus proche d'une simulation que d'un jeu d'Arcade. Gérant la physique avec une finesse peu commune, chaque voiture a ses spécificités propres et il faudra jouer sans cesse sur les transferts de charges. Une jouabilité pointue mais qui ne rebute pas comme dans un TOCA ou un V-Rally qui eux, ne pardonnent aucune erreur. Sans doute est-ce due au type de sol. Sur un plan plus technique, le jeu s'ouvre sur une intro magnifique, même si les sponsors à outrance (Total, Elf, Sparco...) nous rappelle qu'on est bien dans un produit marketing. Graphiquement, la PS2 ne cessera de m'étonner car il faut reconnaître que les graphismes sont somptueux. C'est si beau qu'on a peine à croire qu'on est sur une console de 6e génération. Par ailleurs, on peut s'adonner à une séance de snap-shot (photos) qu'on pourra garder sur Memory Card ou exporter sur clé USB (y'en a qui réfléchissent).


Proposant des dizaines d'options,
Avec 420 circuits et 327 véhicules... y'a de quoi faire
un paramétrage relativement poussé de son véhicule et 2 modes de jeu (Arcade et Gran Turismo), voilà un titre qui scotchera n'importe quel amateur de mécanique devant sa TV, des heures durant. Côté son, on retrouve une parfaite retranscription des moteurs comme des bruits de roulement (variable selon le revêtement). Un réalisme étonnant qui sera quelque peu gâché par des musiques un tantinet pourries. Zappant de l'Electro au Rock en passant par la Techno bas de gamme, toutes ou presque faisant abstraction de mélodies, il est regrettable de devoir couper les musiques pour se concentrer sur le mélodieux chant des V8. Mais à l'instar du test de Gran Turismo HD (PS3), il est déplorable d'avoir un réalisme si poussé du côté et tant de mal à y croire de l'autre. On commencera notre tableau noir par des spectateurs en forme de planche en carton (en quasi 2D donc), on n'a aucune déformation de la carrosserie après un choc et pire, je trouve que le jeu est lent. Je suis d'accord pour dire que les graphismes sont réellement époustouflants, allant croire que le jeu tourne sur une autre console bien plus puissante. Pourtant, si on joue avec une Clio V6 de 260Ch, celle-ci aura du mal à atteindre les 200km/h tant elle se traîne le cul. Pas la peine non plus de prendre une Aston Martin Vanquish de 460Ch ou même une Dodge Viper de 500Ch (avec un V8 de 10L !), car si l'animation est parfaitement fluide, elle ne décoiffera jamais un chauve ! Enfin, le jeu passe son temps à charger les données, ce qui finit par être un peu pénible.



Malgré ses défauts, Note
Gran Turismo 4 reste un monstre. D'une durée de vie phénoménale, d'une réalisation nette et sans bavure, Polyphony Digital peut être fier de son bijou pour collectionneurs. Et croyez-moi, avec plus 400 voitures déblocables (ramenant le garage à plus de 700 modèles), les permis, les dizaines de circuits (ville, terre, circuit de courses) et une maniabilité certes exigeante mais excellente, GT4 réussit le pari de faire oublier un Prologue trop cher pour son contenu. Même si je ne suis pas fan de ce type de jeux, je suis forcé de reconnaître que Gran Turismo 4 est une grande réussite. Dommage que ça se traîne autant et que le réalisme n'aille pas au bout des choses mais fort heureusement, le contenu est tellement riche et le jeu tellement beau, qu'on aura tôt fait d'oublier ces désagréments pour brûler des dizaines d'heures de notre vie, devant un jeu magnifiquement réalisé.



Test réalisé par iiYama

juin 2007