DRIV3R (PS2)

 








Note générale


Sortie du jeu : juin 2004
Développeur : Reflections
Editeur : Atari
Genre : aventure - action

Support : 1 DVD
Version testée : Française
Voix dans le jeu : FR
Textes à l'écran : FR

Difficulté :
Multi-joueurs : non
Titre alternatif : Driver 3
Prix au lancement : 60€


Aussi disponible sur :




Les sites partenaires :





_________________________________

Pages vues (depuis avril 2016)




Visiteurs uniques (depuis avril 2016)

DRIV3R








Après 2 opus sortis sur PSOne,
La réalisation fait peine à voir. Dommage, y'a quelques bonnes idées
ce troisième épisode de Driver se diversifie. Passant d'un jeu de course-aventure, il devient un GTA-like proposant ce qu'il sait faire de mieux (les courses poursuites) mêlé à une aventure proche de Vice City. La première chose à souligner, c'est que la galette propose 3 modes de jeu et pas mal de bonus (vidéos et making-off). Nous avons le mode conduite libre où on peut voguer où bon nous semble avec n'importe quel véhicule. Le mode "Jeux de Conduite" nous propose de revivre les courses poursuites les unes derrière les autres et enfin, le mode Undercover n'est autre que le mode scénario. Dans la peau de Tanner, agent du FBI, vous devrez infiltrer un cartel. Pour cela, toute une panoplie d'armes sera à votre disposition ainsi que pas mal de véhicules (voitures, scooters, motos, bateaux). Il sera d'ailleurs agréable de voir que chaque véhicule possède sa propre durée de vie et qu'il se dégrade à chaque nouvelle collision. Vous commencerez l'aventure à Miami pour la poursuivre à Nice (ville réputée pour sa mafia). Mais dans tout ça, DRIV3R pose beaucoup de problèmes de jouabilité et de réalisation. En effet, Tanner n'est pas un modèle de souplesse puisque son contrôle sans finesse vous fera souvent grincer des dents. Pire encore, les phases de conduite de véhicules, axe principal du jeu, sont parfaitement injouables ! On peut venir critiquer GTA San Andreas pour sa prise en mains imparfaite, mais DRIV3R est une horreur ! Les réactions sont disproportionnées, c'est lent et c'est difficile. Car la moindre fausse note dans votre mission (perdre de vue un suspect, abattre un flic) et vous devrez recommencer tout le chapitre. Autant vous dire que c'est vite lassant. De plus, la réalisation est déplorable. Si les vidéos en images de synthèses sont de bonne qualité, on ne peut pas en dire autant des cut-scènes basées sur un moteur 3D fatigué. Pour dire, lorsque les protagonistes parlent, les lèvres ne bougent même pas ! Pour un jeu de 2004, autant dire que c'est un peu la honte. Mais ce n'est pas tout. Les graphismes sont poussiéreux et vides, l'animation de Tanner n'est pas du tout crédible (il a un balai dans le c** ou quoi ? ) et si le titre prend en compte une certaine physique, elle est parfois désordonnée. A côté de tout ces mauvais points, on découvre une excellent bande-son. Avec des musiques cinématographiques qui mettent l'ambiance et de bons bruitages, les oreilles sont choyées. En plus, le titre de Reflections est entièrement traduit, ce qui nous évite de lire des sous-titres. Autant dire que les GTA seraient bien plus immersifs et attractifs s'il avait été traduits comme ici, par des doubleurs Français qui connaissent leur métier. Seulement, ce sera là les seules bonnes choses du jeu...



Avec des graphisme pauvres, Note
une animation raide comme j'ai rarement vu et je dirais même molle (une Lamborghini ne sait jamais autant traînée !), le tout couronné d'une jouabilité aux antipodes de la souplesse, DRIV3R déçoit. Attendu comme le messie, le renouveau de la série, il propose certes du neuf pour les Driver mais copie sans génie les GTA. Dommage, on avait là de quoi jouer à autre chose qu'à un jeu Rockstar...



Test réalisé par iiYama

juin 2007