Dragon Ball Z Budokai (PS2)

 








Développement scénaristique
Jouabilité & Gameplay
L'image
Le son
Note générale


Sortie du jeu : novembre 2002
Développeur : Dimps (Bandaï)
Editeur : Atari
Genre : combats

Support : 1 DVD
Version testée : Française
Voix dans le jeu : JAP/US
Textes à l'écran : FR

Difficulté :
Multi-joueurs : 2 joueurs
Abréviation : DBZ Budokaï
Prix au lancement : 60€
Score des ventes : 3.8 Millions (tous supports)


Aussi disponible sur :




Les sites partenaires :





_________________________________

Pages vues (depuis avril 2016)




Visiteurs uniques (depuis avril 2016)

Dragon Ball Z

Budokaï


J'aime beaucoup
On retrouve bien la patte graphique du manga
la série des Dragon Ball. Véritable fan pendant des années, je n'ai raté aucun épisode du tout premier jusqu'à la fin de Boubou. Côté jeux, j'ai eu les 4 versions sur Super Nintendo, celle sur Mega Drive et les 2 opus PSOne qui, il faut l'avouer, étaient assez médiocres. Pour ma part j'ai trouvé que le DBZ 2 de la Super Nintendo était la meilleure à ce jour. Aujourd'hui j'ai testé pendant plus de 2h le premier épisode PS2, nommé Budokaï et un constat s'impose : mouais bof ! Je sais que certains réagirons à la vue de mes dires, mais je dois avouer que j'ai pas super accroché. Tout d'abord la maniabilité a entièrement été repensée. Le jeu ne se joue plus comme un Street Fighters II mais plutôt comme un Tekken. Allez comprendre par là que les combos, comme les coups spéciaux, sortent avec des combinaisons type poing-poing-pied par exemple. Si pour les enchaînements je trouve ça bien, pour les coups spéciaux par contre, je trouve ça à chier !! Soyons sérieux, un Kamehaméha devrait sortir avec une combinaison type "quart de cercle" comme dans un King of Fighters plutôt qu'une combinaison poing-poing-poing-poing-énergie (véridique, c'est la bonne combinaison). C'est non seulement pas pratique mais en plus ça bride l'action. Pire encore, il arrive que la dite "boulette" refuse de sortir. Pour sauver la jouabilité du désastre, la panoplie de coups est très large, ce qui permet une grande diversité d'action même si on aura tendance à n'utiliser que nos 3 ou 4 coups préférés. Autre gros détail gênant : dés le début du jeu, vous n'aurez que 5 persos disponibles, même en versus. Voilà qui est navrant. En fait, c'est lors du mode Story que les 16 autres persos se débloqueront (+2 cachés ce qui monte le total à 23). Donc pour les joutes entre potes, dés l'achat du titre, ce sera bien maigre.


Budokaï propose par
Les persos ne sont pas très nombreux mais c'est surtout le gameplay qui cloche
contre pas mal de modes de jeu. Nous avons bien sûr le mode versus cité plus haut, le mode tournoi (où même en easy les adversaires sont des acharnés, c'est un peu trop difficile), le mode d'édition des coups spéciaux (coups qu'on apprend, qu'on achète ou qu'on partage via une 2e Memory Card), le mode training et le mode Story qui vous contera dans les grandes lignes, l'histoire de Goku et de ses amis de la bataille contre Freezer jusqu'au tournoi de Cell. A débloquer aussi un Satan's Mode où on incarnera le minable mais ô combien rigolo Satan (Hercule en France). Pour revenir un peu sur le mode Story, la trame se découdra au travers de cut-scènes en 3D et non de passages du dessin-animé. Regrettable. Autre détail, le scénario sera survolé dans ses grandes lignes. On aurait par exemple aimé faire l'entraînement de Goku au Paradis ou dans la capsule qui le mène jusqu'à Namek. En fait, le jeu ne proposera que les "grands" combats issu de l'animé. Techniquement, ce n'est pas la débauche visuelle tant attendue. Les graphismes, bien que très propres, sont tout de même vides de détails ! Si les personnages sont parfaitement modélisés, leur design reste simpliste. Quant aux décors, c'est plus ou moins le néant artistique puisque le minimum syndical a été réalisé afin d'évoluer sur une scène proche du dessin-animé. Encore une fois, le tout reste très sommaire. Par contre le son ne déçoit pas. Les bruitages sont percutants (issu du D.A.), les voix sont tirées de la VO Japonaise et sont excellentes. Seules les musiques sont un peu banales bien qu'assez rythmées et parfaitement dans l'esprit Dragon Ball Z.



Il est vrai que les combats Note
donnent un minimum de plaisir, notamment lorsqu'on jouera Goku lors du Story. Pas trop difficile au début, ce mode s'avère vraiment sympa et prenant pour celui (ou celle) qui connaît parfaitement le dessin-animé. Seulement la lassitude m'a pris assez vite à cause d'une maniabilité inadaptée au type de jeu et d'une difficulté par moment trop élevée (même en "easy") à cause d'adversaires vraiment teigneux. Pour une fois que Bandaï fait un bon jeu, il faut que ce soit moi qui ne l'apprécie pas à sa juste valeur car Budokaï reste quand même un titre sympa, voire même un incontournable pour ceux qui passeront outre la jouabilité (ou qui s'y feront) et une réalisation technique qui fait le boulot, sans plus. Tant pis pour moi, je vais rebrancher ma Super Nintendo et me remettre un bon DBZ 2 pour me consoler.



Test réalisé par iiYama

juin 2006