Destroy All Humans! (PS2)

 








Développement scénaristique
Jouabilité & Gameplay
L'image
Le son
Note générale


Sortie du jeu : juin 2005
Développeur : Pandemic Studios
Editeur : THQ
Genre : aventure

Support : 1 CD
Version testée : Française
Voix dans le jeu : US
Textes à l'écran : FR

Difficulté :
Multi-joueurs : non
Prix au lancement : 60€
Score des ventes : 1.5 Millions (tous supports)


Aussi disponible sur :







Les sites partenaires :





_________________________________

Pages vues (depuis avril 2016)




Visiteurs uniques (depuis avril 2016)

Destroy All Humans!








Destroy All Humans
Certains passages sont plus marrants à jouer que d'autres mais avouons que jouer un Alien a toujours quelque chose de fun
est sorti en plein été 2005, avec une série de pubs assez rigolotes. Vous vous rappelez peut-être le "petit gris" qui essaye d'hypnotiser une vache pour qu'elle le conduise à son maître (voir ci-contre). Vous l'aurez compris, dans le jeu on incarne un "Roswell" belliqueux dont la race humaine lui donne des boutons. Venus pour envahir la Terre, le grand maître des gris veut tout de même faire ça en douceur, d'où l'utilité d'envoyer un pion plutôt que toute une armée. Le but est simple : comprendre comment fonctionne ce monde et essayer d'en contrôler psychiquement, ses chefs. Toute la trame se passe dans les années 30 (d'où un certain côté kitch) et si le scénario se révèle au final assez mince, il n'en reste pas moins agréable. Pour contrecarrer votre invasion, il y aura la police, l'armée puis les MiB. Même s'ils ne sont pas appelés ainsi dans le jeu (question de droits d'auteur je suppose ^^), entre le costard noir, les lunettes noires, les voitures noires et tout ce qui va en noir (slip ou caleçon ?) la référence est bien visible (le cliché est par ailleurs bienvenu). C'est d'ailleurs vos pires ennemis (dommage qu'on n'ait pas le couple J & K aux trousses :p ). Le jeu se déroule avec une vue à la 3e personne, à pied ou à soucoupe volante (bien clichée elle aussi). Pour parler jouabilité, le tout est excellent. Crypto (c'est le nom de notre alien) se manie bien et ses différentes capacités psychiques ou physiques (comme voler grâce à un jet-pack, hypnotiser une personne, lui pomper la cervelle et bien sûr, shooter de l'humain à tout va avec une sorte de fusil) évolueront au fil du jeu.


Voler sur le toit
La réalisation est assez classique, il n'y a rien d'extra-ordinaire car c'est bien l'ambiance qui marquera les joueurs
des immeubles, se déguiser en humains et prendre son "déjeuner humano-cérébral" a quelque chose d'original et de sympathique. Quant à la soucoupe, son pilotage est des plus simple, le pouvoir de destruction en plus (il est dommage de ne pas avoir plus de missions avec cette dernière, parce que la destruction de buildings à coup de rayon laser est jubilatoire). Graphiquement le jeu ne casse pas des briques. Certes il est agréable avec une robe 3D très colorée et pas mal détaillée, mais on a vu tellement mieux qu'on ne s'en étonnera jamais. Idem pour l'animation, qui est assez fluide mais le framerate souffre de quelques ralentissements. Années 30 oblige, les musiques sont... d'époque (pour pas être plus méchants). Comprennez par là que c'est kitch, ça met bien dans l'ambiance du jeu et de sa période historique, mais globalement, il est difficile de trouver la bande-son agréable. Personnellement, je n'ai jamais aimé ce type de musiques même si encore une fois, elle sert au mieux le jeu. Par contre les voix et autres bruitages sont excellents. Au fur et à mesure qu'on avance dans l'aventure, des bonus sous forme d'ArtWorks et autres vidéos (clips de vieux films des années 30 parlant d'envahisseurs) se débloquent, au même niveau que notre arsenal. L'idée est sympa, et même si le jeu n'est pas trop difficile, tout débloquer prendra du temps aux acharnés.



Incarner Note
un "petit gris" hargneux est très sympa mais les missions sont parfois chiantes et surtout répétitives. J'ai adoré jouer (et finir) ce titre à l'originalité certaine, seulement son aspect technique n'est pas des meilleurs (encore qu'on s'en fout un peu de ça) et une fois fini, son taux de rejouabilité est quasi nul. A mon humble avis c'est un jeu qu'on finit puis qu'on oubli. Il reste quand même un bon moment de divertissement...



Test réalisé par iiYama

janvier 2006