Burnout 3 (PS2)

 








Note générale


Sortie du jeu : février 2006
Développeur : Criterion Games
Editeur : Electronic Arts
Genre : courses

Support : 1 DVD
Version testée : Française
Voix dans le jeu : FR
Textes à l'écran : FR

Difficulté :
Multi-joueurs : jusqu'à 8 joueurs
Moteur graphique : RenderWare 3
Prix au lancement : 60€
Score des ventes : 3.3 Millions (tous supports)


Aussi disponible sur :




Les sites partenaires :





_________________________________

Pages vues (depuis avril 2016)




Visiteurs uniques (depuis avril 2016)

Burnout 3

Takedown


Voilà bien un
Graphiquement énorme, c'est en plus rapide, fun et déjanté ! Ajoutons à ça d'excellentes musiques
jeu de courses qui mérite l'attention, même de ceux qui n'aiment pas le genre. Faisons un rapide résumé du passif de la licence. Le premier Burnout est sorti en 2001 sur PlayStation 2, Xbox et GameCube. Dés ce pemier opus on souligne de très bons graphismes, une conduite Arcade particulièrement fun et des sensations de vitesse excellentes. Avec Burnout 2 : Point of Impact, sorti en 2002 sur les mêmes consoles, Criterion confirme son savoir-faire et booste une formule de plus en plus mise en avant. Criterion, qu'on connaissait jusque-là pour quelques petits jeux au succès modeste (Sub Culture, Redline Racer, Trickstyle...) revient 2 ans plus tard avec un Burnout 3 prêt à tout casser ! Il faut savoir que ce développeur est également à l'origine du moteur graphique RenderWare, qui sert d'intergiciel (middleware en anglais, de moteur graphique pour faire simple) pour bon nombre de jeux tiers. Pour ne citer que les plus connus, on notera les GTA III à San Andreas, Killer7, Mortal Kombat Mystification, ObsCure, Cold Fear, Shadow the Hedgehog, Max Payne 2 (sur PS2 et Xbox), Cold Winter et tant d'autres. Malheureusement, le vrai gagnant depuis la sortie des consoles de 7e génération, c'est évidemment l'Unreal Engine III. En fait, RenderWare est un middleware très performant et dont les royalties étaient tout à fait raisonnables. Mais les développeurs avaient du mal à accepter de travailler sur un moteur parfois concurrent (Criterion appartenant à Electronic Arts). C'est surtout le cas des développeurs sous la tutelle d'Activision. Du coup le RenderWare 3 est le dernier moteur à avoir du succès, la version 4 (pour PC, PS3 et Xbox 360) ayant été injustement boudée... au profit du moteur d'Epic. Que voulez-vous, c'est ainsi dans le sale monde des affaires. Burnout 3 fonctionne donc sous RenderWare 3 et il est le meilleur exemple de ses performances graphique. Très beau, l'animation bluffe de vitesse et de fluidité (surtout lors des coups de boost), les carambolages sont absolument géniaux et réalistes, la jouabilité (très Arcade) est délirante (on ne doit pas seulement arriver premier, on peut et doit aussi défoncer ses adversaires) et la bande-son, très Rock-FM, colle parfaitement à l'ambiance jeun's et tuning du jeu (l'OST est d'ailleurs disponible).



Y'a-t-il un défaut à ce jeu ? Note
heu... non ! Y'en a pas ! Hormis le fait qu'il soit assez difficile, ce titre est du pur délire ! En plus, sa durée de vie est assez longue puisque les différents parcours et véhicules se débloquent au fur et à mesure. Meilleur sous tout rapport que le déjà très bon Need for Speed Underground, je conseille ce jeu à tous ceux qui aiment les jeux de bagnoles, ce qui aiment la destruction, des carambolages démentiels, servis par des graphismes de haute volée et une bande-son Rock du plus bel effet. Burnout 3 est clairement l'un de mes jeux de courses préféré, tout simplement.



Test réalisé par iiYama

novembre 2006 (mise à jour : février 2011)