Super Star Soldier (PCE)

 


Cliquez pour agrandir






Développement scénaristique
Jouabilité & Gameplay
L'image
Le son
Note générale


Sorties du jeu : juillet 1990 (au Japon) - mars 1991 (aux Etats-Unis)
Développeur : Inter State Co. Ltd. (Kaneko)
Editeur : Hudson Soft
Genre : shoot-them-up

Version testée : NTSC japonaise
Voix dans le jeu : -
Textes à l'écran : japonais

Media : Hu-Card de 4Mb
Difficulté :
Multi-joueurs : non
Abréviation : SSS
Titre alternatif : Star Soldier 2


Aussi disponible sur :









Les sites partenaires :












_________________________________


Pages vues (depuis avril 2016)




Visiteurs uniques (depuis avril 2016)

Super Star Soldier









Inter State
Ce premier épisode de la trilogie Star Soldier assure déjà bien le spectacle
est l'un des studios de développement de Kaneko, cet ancien associé à Taito qui a fini par voler de ses propres ailes à partir de 1990. Kaneko est connu pour quelques titres comme Air Buster (PCE/MD), Bonk's Adventure (version Arcade), Heavy Unit (PCE/MD), une longue liste de jeux inconnus allant de la Game Boy à la PlayStation, mais on retiendra surtout Nexzr, Star Parodier et Super Star Soldier (le studio a fermé en 2007). Premier épisode de la saga des "Star Soldier, une de celles qui aura fait vendre des consoles NEC, Super Star Soldier n'est à mon sens pas un grand hit (contrairement à ce que tout le monde affirme mais ça ne tient qu'à moi) mais il reste un shoot bien sympa. Le jeu s'ouvre sur une intro qui nous rafraîchie la mémoire, en nous affichant quelques screens N&B de son prédécesseur : Star Soldier sur NES (histoire de se remémorer son ancienne aventure car oui, la série n'a pas commencé sur PC-Engine, celui est bel et bien le 2e épisode). Le jeu nous propose un tableau des hi-scores, un mode normal et les habituels modes 2/5 minutes pour le Caravan Fest. Je vous rappelle le principe : à l'origine Hudson montait des tournois où les japonais, durant l'été, s'affrontaient sur le dernier titre phare de l'éditeur (au début c'était des shoots, sur la fin c'était plutôt des Bomberman). Durant 2 ou 5 minutes, le but était alors de réaliser le plus gros score et le gagnant remportait forcément des cadeaux. Ces événements qui ont traversés les plus grandes villes japonaises, ont commencé en 1985 avec Star Force, en 1986 c'était Star Soldier (tiens tiens), en 1989 ce fut Gunhed, en 1990 c'était au tour de Super Star Soldier, en 1991 on passe à sa suite directe Final Soldier, 1992 fut l'avénement de l'excellent Soldier Blade et ça continue comme ça jusqu'en 2006. Voilà pourquoi ces modes 2/5 minutes existent (sur les titres ultérieurs les versions "Caravan Edition" étaient spécialement conçues et vendues à part) mais pour nous, qui ne participons pas à un quelconque tournoi, ces modes n'ont aucun intérêt. Retour donc, au mode normal.



   

Star Soldier, sorti sur NES en 1986


Super Star Soldier
Sur la fin, le jeu devient vraiment difficile
est shoot vertical très nerveux, et si les 4 premiers niveaux se passent sans trop de soucis, une fois arrivé au boss de ce même niveau, la difficulté monte d'un coup. Comptant 8 niveaux, il est donc clair que la première moitié du jeu est assez facile et que l'autre moitié est franchement difficile. Et question difficulté, le dernier level nous ressert en plus tous les boss déjà vaincus (c'est bateau et en plus, c'est chiant) ainsi qu'un affrontement final véritablement épuisant. Il faut ajouter que si on meurt pendant les 7 précédents levels, aucun problème, le jeu continue tant qu'on a des vies mais au level 8, si vous perd, on recommence le niveau du début. C'est vraiment n'importe quoi et voir la fin sera une véritable épreuve pour les nerfs, d'autant plus que le jeu n'en vaut pas vraiment la chandelle puisque la fin est très simple (mais quelle fin de shmup' ne l'est pas ?). Entre temps, il y aura quand même de quoi s'amuser : notre petit vaisseau peut porter 4 armes différentes (on ne les accumule pas, dommage) qui sont upgradables sur 3 niveaux. Une fois au max, si on récupère encore un item identique, ça créé une explosion qui rase les ennemis de l'écran. Sorte de mega-bombe, c'est bien pratique mais on aurait préféré les transporter sur soi afin de s'en servir quand on en a vraiment besoin.


A puissance
La réalisation est oscillante, après tout il faut penser que nous sommes en 1990, la PC-Engine n'est pas encore exploitée à son plein potentiel
max on peut se faire toucher jusqu'à 3 fois puisque l'armement se "downgrade" avant que notre vaisseau ne parte en confettis. Question bonus, on a le choix entre des missiles à têtes chercheuses ou des nacelles protectrices. L'armement n'est donc pas mauvais mais aurait gagné à être plus clair et la forme des projectiles fait qu'on ne se servira finalement que de 2 d'entre elles (les plus efficaces, nautrellement). Techniquement, nous sommes en présence d'un jeu classique à la console. Quelques rotations, des dizaines de sprites simultanément, un scrolling fluide et parfois véloce mais des graphismes souvent banals. J'accorde volontiers que quelques passages sont vraiment beaux (comme les installations spatiales du premier niveau ou le niveau de la glace), que les boss sont pas mal originaux et bien souvent imposants. Seulement ce n'est pas une constante, les graphismes ont beaucoup de passages à vides, bien fades et peu détaillés (notamment les niveaux 2 et 3). Le jeu est assez coloré mais parfois on subit un très mauvais contraste entre les tirs ennemis et le décor (on aura tendance à perdre des vies à cause de ça). Question animation chapeau bas, à part quelques ralentissements, le jeu est superbement programmé et gère des sprites énormes (boss) ou un flot d'ennemis assez ahurissant. Je fais volontairement l'impasse sur toute forme de scénario (à quoi bon dans un shoot...) et je passe directement à la partie sonore qui nous offre des musiques sympas, rythmées et généralement mélodieuses, mais loin d'être mémorables (celle des boss est carrément nulle). Pas de voix digit et des bruitages bien cheap, pas très puissants ni très réalistes mais suffisants.



Super Star Soldier Note
fait parti de ces jeux typiques que la PC-Engine a accueillie, ce type de shoot vertical comme on en voit des centaines et qui ne sont pas originaux pour 2 sous. Reste une réalisation impeccable, des graphismes avec des hauts et des bas, une bonne jouabilité avec vitesse réglable manuellement (ça nous change d'R-TYPE), un gameplay classique mais efficace et un jeu très praticable sur sa première moitié (la seconde est déjà nettement plus difficile, quand le dernier niveau est même assez hardcore). Un titre culte selon certains, juste un bon shoot selon moi...



Test réalisé par iiYama

mars 2009 (mise à jour : juin 2020)