Soldier Blade (PCE)

 








Développement scénaristique
Jouabilité & Gameplay
L'image
Le son
Note générale


Sortie du jeu : juillet 1992
Développeur : Hudson Soft
Editeur : Hudson Soft
Genre : shoot-them-up

Support : HuCard de 4Mb
Version testée : Japonaise
Voix dans le jeu : US
Textes à l'écran : US
Difficulté :
Multi-joueurs : non
Titre alternatif : Star Soldier 3


Aussi disponible sur :







Les sites partenaires :





_________________________________

Pages vues (depuis avril 2016)




Visiteurs uniques (depuis avril 2016)

Soldier Blade









Dans la grande
Le jeu a pas mal évolué depuis Super Star Soldier... et c'est tant mieux !
famille des shoots classique à scrolling vertical, il faut dire que la PC-Engine aura été le support idéal. Dernier épisode de la saga Star Soldier (Super Star Soldier et Final Soldier), voici Soldier Blade (il y a encore diverses suites et compilations mais ça se passe sur d'autres supports). Et une chose est sûre, les shoots de cette trempe s'améliore peu à peu, se bonifie avec le temps comme le bon vin. Conscient qu'ils allaient faire un énième shoot d'un genre ultra usé sur la console, Hudson s'est tout de même affairé à créer un jeu qui prendrait compte des critiques. Le résultat est à la hauteur de l'attente placé en lui et Soldier Blade est l'un des meilleurs shoots de la machine de NEC. On retrouve un menu tout ce qu'il y a de plus classique avec les désormais habituels modes 2/5 minutes (ici nommé Caravan Stage, c'est original), le tableau des hi-scores, le mode normal bien entendu et un set-up. Dans ce dernier on peut configurer sa difficulté, choisir entre un cadrage classique ou Arcade (réduit de moitié) ainsi qu'un sympathique sound-test. Car la bande son a été bien travaillée sur ce jeu. On retrouve de superbes musiques, très rythmées et mélodieuses, qui font immanquablement penser à Final Soldier. Un gage de qualité. Il n'y a qu'une seule voix dans tout le jeu ("alert") et les bruitages sont presque tous classiques, sauf pour les explosions qui détonnent un peu plus que d'accoutumé. C'est pas un luxe. Les graphismes profitent aussi d'une avancée technologique. En effet, en 2 ans les développeurs maîtrisent bien mieux leur support et le résultat est tout à fait quantifiable. Le jeu est somptueux, très bien coloré (comme d'habitude dans la série certains niveaux sont plus beaux que d'autres) et pour seuls bugs on aura quelques saccades en lieu et place des éternels ralentissements. Une preuve de la grande maîtrise de la console car le nombre de sprites affichés est tout bonnement hallucinant. Voilà aussi pourquoi on ne peut pas considérer la PC-Engine comme une console de 3e génération puisqu'elle est l'égale de ses consoeurs Megadrive et Super Nintendo. Et pour une fois, le précieux petit mode7 de la console servira à quelque chose puisque quelques effets viennent égayer le tout, notamment des rotations et des distorsions. En plus, pour donner un peu de profondeur à l'image, le jeu affiche des plans décalés (notamment des nuages), dont l'effet est réussi. Cerise sur le gâteau, les boss sont énormes et étonnamment bien animé. Décidemment la petite console de NEC se surpasse à chaque fois. Le design général est si excellent qu'il m'a rappelé un autre gros jeu du genre, sur une machine infiniment plus puissante, j'ai nommé Alpha Mission II. Oui, rien que ça.


Notre vaisseau possède
Soldier Blade est le meilleur épisode de la trilogie parue sur PC-Engine
2 vitesses (changeable via Select) mais déjà en vitesse lente, je l'ai trouvé un peu trop rapide. Du coup on manque un peu de précision par moment. Pas super difficile, seul le dernier niveau et le dernier boss vous donneront du fil à retordre, la difficulté étant assez bien équilibrée. Ca change de ses 2 prédécesseurs qui sont assez élitistes en la matière. Le jeu s'ouvre sur une petite intro sympa, à base de Japan-Arts et l'aventure compte seulement 6 niveaux (7 avec le boss final). Mais la grosse nouveauté de Soldier Blade, c'est son gameplay. Le jeu ne compte que 3 armes, d'accord c'est peu, mais le système est vraiment bien pensé. En récupérant des "options" (items de power-up) dans l'une des 3 couleurs (pour 3 armes), on change d'arme et peu à peu on augmente sa puissance. Si on se fait toucher, comme dans Super Star Soldier la puissance diminue au lieu de perdre de suite une vie. Une fois à puissance max, chaque fois qu'on prendra une nouvelle option de la même couleur que celle utilisée, ça fera l'effet d'une bombe et ça nettoiera l'écran (c'est du déjà-vu mais ça reste efficace). Plus important, c'est en récupérant des options qu'un petit drone viendra nous prêter main-forte. On peut stocker jusqu'à 3 options et les tirs du drones s'ajoutent aux notres. Ensuite en pressant la touche -I- et selon l'arme utilisée, notre drone ira chercher l'ennemi pour le détruire ou notre vaisseau tirera un mega-blast. Le temps qu'on utilise ses armes spéciales, notre vaisseau est invulnérable et notre stock diminue d'une option. Et toute la subtilité est là. Il faut toujours garder au moins une option pour avoir le drone à nos côtés, et chaque fois qu'on "en brûle une", on passe à la suivante et si elle n'est pas de la même couleur, par la même on change d'arme. Vous avez compris le concept ? Avouez que c'est pas mal non ? Donc voilà, toute la force de Soldier Blade est là. Bien sûr on pourra montrer du doigt le faible nombre de niveaux (mais le jeu n'est pas plus court qu'un autre), le fait qu'il n'y ait que 3 armes ou encore que dans le fond, le jeu est d'un classique peu étonnant sur PC-Engine. En plus, il reste un peu trop dans la lignée de ses 2 prédécesseurs, donc on peut aussi lui attribuer son manque d'originalité. Pourtant son gameplay revu et sa magnifique réalisation ont de quoi vous faire changer d'avis.



Personnellement, Note
j'ai tellement apprécié Soldier Blade, que je l'ai trouvé même meilleur que Final Soldier, qui reste encore aujourd'hui l'un de mes shoots préféré sur cette console. Clôturant une magnifique trilogie, avec son excellente réalisation et sa bonne bande-son, Soldier Blade est le meilleur opus des 3 épisodes parus sur PC-Engine et désormais on peut de cette brave petite console qu'elle est au shmup ce que la NeoGeo est aux jeux de baston, à savoir la machine de référence.



Test réalisé par iiYama

mars 2009